Partagez | 

willary + You caught me in every web that you weave


 :: corbeille V1 (forum privé)

avatar

25/06/2015
32
vingt-trois ans.
Voir le profil de l'utilisateur

CE MESSAGE A ETE POSTE Dim 9 Aoû 2015 - 17:11


You caught me in every web that you weave
ZACHARY SEDDICK DAVENPORT & WILLOW IVY CHARLESTON

do you ever think of me, when you lie? ✻✻✻ Je resserre un peu plus mes bras autour d’Austin qui continue de blaguer avec le reste de la bande. Personnellement, je suis bien trop fatigué pour ça. J’ai l’impression d’être à des années lumières de leurs petits délires et préfère encore rester là, sagement accroché à mon eucalyptus préféré. « Zach, ça va mon pote ? » Je décolle la joue de l’épaule d’Austin et tente, tant bien que mal, de regarder Zander qui me regarde, un sourire débile au visage. Je ne sais pas trop ce qu’il m’a refilé mais je dois bien avouer que c’est de la merde ! Ce truc m’endort plus qu’autre chose et je dois lutter pour ne pas sombrer. « C’est de la merde ton truc ! » Je grogne plus que je ne parle avant de tourner la tête, posant ainsi mon autre joue contre l’épaule d’Austin que je sens remuer. C’est qu’il se marre ce con ! Légèrement vexé, je me redresse et fais de mon mieux pour m’extirper du siège dans lequel Austin et moi étions installés, l’un derrière l’autre. Inquiet, mon doudou me demande où je vais et je ne peux pas m’empêcher de sourire. « Je vais aux toilettes… tu veux venir avec moi bébé ? » Il éclate de rire et je ne me prive pas pour l’accompagner. Une fois calmé, je tape l’épaule d’Austin avant de pointer un doigt accusateur vers Zander. « Pas touche à Hemsy ! Il est à moi ok !? » Qu’on se le dise : Austin est à moi. C’est mon doudou à moi et à personne d’autre ! Surtout pas à Zander. Serait capable de le tuer à grands coups de pilules toutes moisies ! Et qui c’est qui va me bercer le soir si bébé Hemsworth n’est plus là pour le faire hein ? Personne. Je vais me retrouver tout seul avec un gamin dont je ne veux pas et des colocs qui ne penseront qu’à une chose : me mettre à la porte. Débarquer avec un gosse n’est, en effet, pas le meilleur moyen de commencer une colocation. Je me demande d’ailleurs comment s’en sort le gosse ? Je l’ai laissé seul avec la meuf qui s’occupe du vestiaire… à moins que ça soit avec la fille au pair ? Enfin bref, peu importe. Dans les couloirs, je me cogne contre tout et n’importe qui. J’espère que les gens ne m’en porteront pas préjudice. Se défoncer dans son propre club n’étant pas la meilleure des façons de gérer un commerce. Arrivé dans les toilettes, je me débrouille pour dézipper ma braguette sans prendre le risque de pousser un peu plus sur ma circoncision. Manquerait plus que je la coupe ! M’enfin, c’est pas avec l’usage que j’en ai que madame me manquerait ! La dernière fois que je m’en suis servi remonte à… merde, j’ai oublié son prénom. Tout ce que je sais c’est qu’elle était blonde. Ou brune. Je sais plus.  C’est tellement pas mon genre de faire ça. Sauter la première fille venue. Je suis plus du genre romantique… Jeune damoiseau recherche une meuf mortelle. Une qui ne me prendra pas pour un con, une qui ne m’abandonnera pas à mon triste sort comme ont pu le faire Athéna et Colleen. Bref, pipi ! Il faut que je me vide sous peine d’exploser. Un, deux, trois et c’est parti ! Toutes voiles dehors les gars, on prend le large ! Avec un sourire débile, je m’amuse à arroser les contours du chiottes. Oui j’ai dix ans et alors ! Une fois mon gros pipi terminé, je replace la bête dans sa cage et rezippe mon slim en faisant bien gaffe à ne pas me coincé quoi que ce soit. J’ai déjà vu ça dans une série et ça a l’air de faire un mal de chien ! Enfin bref, c’est pas le sujet. Lavons nous les mains et déguerpissons ! Car oui, j’ai beau être un garçon, je n’en reste pas moins propre ! A bat les clichés des garçons qui ne se lavent pas les mains ! Mes petites menottes toutes propres, je prends à mon tour le large et rejoins le club. Dans les couloirs, rebelote : je me cogne un peu partout et éclate de rire à chaque fois que je rentre dans quelqu’un. Un peu plus loin j’aperçois Charleston, soit la plus jolie fille de notre staff. Elle a le dos tourné et semble être occupée à ramasser je ne sais pas trop quoi. Avec un sourire, je me déplace (ou défonce tout) jusqu’à elle et finit par me placer juste derrière elle, silencieux. On attend, on attend encore, encore… « BOUH ! » je crie et éclate de rire quand je la vois sursauter. Une cible facile. Fier de moi, j’affiche mon plus beau sourire. Je sais ce qu’elle ressent pour moi et j’avoue être plutôt flatté. « Est-ce que tout va bien ? » Je souris un peu plus, conscient d’être le dernier à pouvoir s’inquiéter de l’autre. Contrairement à moi, Willow semble en parfait état. Comment fait-elle ? Elle doit être la seule ici à n’avoir rien pris. A moins qu’Austin et moi… Non… c’est impossible. Impossible qu’on soit les seuls ! La fête est tellement plus folle quand on est sous alcool !



zaustin+ Some other folks might be a little bit smarter than I am, bigger and stronger too maybe. but none of them will ever love you the way i do. it's me and you, and as the years go by, boy, our friendship will never die. you'r gonna see; it's our destiny!
Revenir en haut Aller en bas

avatar

08/02/2015
20
22 ans.
Voir le profil de l'utilisateur

CE MESSAGE A ETE POSTE Jeu 27 Aoû 2015 - 21:49


You caught me in every web that you weave
ZACHARY SEDDICK DAVENPORT & WILLOW IVY CHARLESTON

do you ever think of me, when you lie? ✻✻✻ « Jackson, s'il-te-plait ! » Je lui désigne les clients qui attendent dans un regard noir. J'ai croisé vite fait Austin pour me plaindre de la nouvelle recrue qui passe plus de temps à draguer qu'à servir, mais comme d'habitude, monsieur semblait bien trop défoncé pour s'en préoccuper. Ça l'a fait rire de voir à quel point j'étais énervée et il m'a planté en me précisant que ses potes l'attendaient. Ca me fait une belle jambe ! De tous les patrons que j'ai pu avoir au cours de ma courte vie, je ne sais pas s'ils sont les pires ou les plus sympas. Car ça, il n'y a rien à redire : ils sont cools. Ils me font confiance, ils ne me parlent pas comme un chien comme d'autres ont pu le faire... Mais pour le sens du management on repassera. A croire que c'est concours de celui qui s'en tape le plus. Jackson me claque les fesses en passant derrière moi et je lui claque la poitrine d'un coup de coude. « T'es mignonne quant tu t'énerves Willow. » Il m'adresse son plus beau sourire et je lève les yeux au ciel, exaspérée. « On verra si je suis aussi mignonne quand je porterai plainte pour harcèlement sexuel sur mon lieu de travail. » J'ai beau hurler, je suis persuadée qu'il ne m'a pas attendu par dessus la musique. Une cliente me précise que je ne devrais pas hésité et je lui offre un verre pour la peine. Ce n'est pas comme si qui que ce soit allait vérifier la caisse au verre prêt... Je pourrais encore me vider une bouteille de vodka en bossant que ça passerait inaperçu. Je me fais d'ailleurs quelques shots avec des gars qui me les offrent à chaque fois qu'ils reprennent une tournée - et celles-ci défilent plutôt vite, ce qui me force à arrêter pour finir mon service debout. « On a pas le droit de boire en bossant. » Je me tourne vers lui avec un large sourire et vide d'une traite le shot que j'ai à la main. « Je t'en prie, je te laisse aller le rapporter à Zach ou Austin. » Au pire ils en rient, au mieux ils m'en offrent un autre. Parfois ils leur arrivent d'être en état normal - je crois - mais de ce que j'en ai vu ce soir, ils sont loin de la sobriété. Je doute que l'un d'eux puisse ne fus-ce que remarquer que j'ai bu, c'est limite un apéro à leur stade.
La soirée passe plutôt vite entre les " conversations " avec les clients et Jackson qui se sent obligé de jouer avec mes nerfs toutes les trois minutes. Quand ça se calme légèrement, je décide de m'extirper du bar - ça forcera monsieur à bosser - pour aller ramasser un maximum de verre en salle et passer un coup sur les tables déjà libérées. J'ai les pieds en décomposition... C'est bien beau de se mettre dans l'ambiance mais les talons pour bosser, ce n'était pas l'idée du siècle. Je fais plusieurs aller-retour entre les tables et le bar dés que mes mains sont pleines et laisse une collègue se charger de tout mettre dans le lave-vaisselle au fur et à mesure. Je m'attarde sur une table que je nettoie en replaçant les tabourets correctement quand Zachary me surprend avec son BOUH de gamin. Par réflexe, je le frappe avec le torchon que j'ai à la main en espérant lui laisser une jolie marque sur le bras. « Tu vas me faire avoir un arrêt cardiaque, idiot ! » Non, je n'ai pas mieux comme insulte. Il a beau avoir mon âge, il n'en reste pas moins mon patron... Je n'ai pas le choix d'y aller mollo si je veux garder mon job. Les deux.  « Est-ce que tout va bien ? » Je ne peux m'empêcher de sourire en voyant le sien (vous avez vu ce sourire, sérieusement?) et plante mon regard dans le sien. Il est complètement jeté... Ils ont beau être adorables ensemble, je peux comprendre que leurs proches tiennent à les séparer. Ils sont clairement néfastes l'un pour l'autre, ils se tirent vers le bas, voir au fond du gouffre. « J'ai les pieds en décomposition et Jackson n'en branle pas une, mais ça va. » Je lui adresse un sourire en reprenant par mécanisme mon petit nettoyage. J'en profite pour glisser au patron que monsieur se la coule douce ! « Et toi? Tu tiens encore debout? » Je souris en le regardant de haut en bas pour désigner son état (et me rincer l’œil, autant joindre l'utile à l'agréable), même si je ne suis pas certaine qu'il puisse  ne fus-ce que suivre mes mouvements. Sérieusement, en dehors du côté "défoncé", y'a pire comme contrat... Je ne suis même pas certaine qu'il y aie mieux, c'est pour dire.


willow ivy charleston
charlie ✻ 'Cause I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm goingbBut I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead. This is the road to ruin and we're starting at the end.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

25/06/2015
32
vingt-trois ans.
Voir le profil de l'utilisateur

CE MESSAGE A ETE POSTE Lun 30 Nov 2015 - 11:04


You caught me in every web that you weave
ZACHARY SEDDICK DAVENPORT & WILLOW IVY CHARLESTON

do you ever think of me, when you lie? ✻✻✻ La terre tourne. Elle tourne de plus en plus vite et je suis presque sûr que Willow n’y est pour rien. Elle a beau être ce qui se rapproche de la plus belle fille que je connaisse, elle n’a surement pas ce genre de pouvoir. Appuyant un peu plus sur mon sourire, je vais jusqu’à lui pincer les côtes quand elle m’accuse d’attenter à sa vie. Je trouve ça mignon, la façon dont elle a de faire comme si on était de simples amis… « Je m’en voudrais de perdre la plus jolie de mes serveuses. » Dis-je finalement, prenant bien soin d’éviter de croiser son regard. En fait, je ne suis même pas sûr qu’elle m’ait entendu. Faut dire qu’il y a pas mal de boucan ici… j’aimerais juste avoir l’occasion de la prendre à part. Et quand je dis « prendre », je ne parle pas de relation sexuelle. J’en ai fini avec ça. Moi vivant, on ne me verra plus coucher avec qui que ce soit. Ouep, c’est décidé, à partir de ce soir, je deviens un vrai petit curé ! Fini le sexe, fini les prises de tête, je ne jurerai que par l’autosatisfaction, la bouffe et les câlins que mon eucalyptus préféré voudra bien m’accorder !  En fait, j’aurais eu une quelconque attirance pour les mecs, j’pense que je serais devenu gay. Dommage pour moi, j’ai toujours préféré les fruits de mer aux saucisses merguez. Wouaw… c’est que je pars loin en fait ! Je dois être bien plus défoncé que je ne le croyais. Voulant cacher ma petite gêne passagère, je change de sujet vite fait et lui demande comment elle va. Je me demande presque si elle s’amuse autant que nous. Personnellement, on s’éclate. Les clients sont super et le service impeccable… Faut dire qu’Austin et moi, on en fout pas une. On reste là, à profiter du service sans même s’en soucier. Vous m’direz, on est bien trop bourrés pour ça. « J'ai les pieds en décomposition et Jackson n'en branle pas une, mais ça va. » Je fronce les sourcils et tourne la tête vers Jackson qui nous regarde, légèrement inquiet. Tu fais bien de t’inquiéter mon pote ! Car s’il y a bien une chose qui m’insupporte, c’est bel et bien les glandeurs ! Austin et moi sommes les seuls à avoir le droit de nous la couler douce ici ! D’abord parce que tout ça, bah c’est à nous et ensuite parce qu’on a suffisamment galéré comme ça ! J’ai pleuré ma mère des années avant d’avoir la chance de diriger mon propre truc. Des cafés, des bières, j’ai dû servir tout un tas de truc avant de pouvoir en arriver là. Et c’est sans parler de mon bébé Hemsy qui a dû passer par tout un tas de merdes lui aussi ! D’abord il a été viré de son club, puis l’autre conne l’a largué… Quand je dis que les filles sont toutes des connes ! Toutes sauf Willow apparemment. Va savoir pourquoi, elle a l’air plus gentille que les autres… à moins que ça soit ma fierté qui parle. Suffit d’être gentil avec moi pour que je vous construise  un temple. C’est peut être ça mon problème, je suis trop gentil. Un vrai petit bisounours ! « Et toi? Tu tiens encore debout? » Surpris, je tourne la tête vers Willow. Merde, j’avais presque oublié qu’on avait une conversation. Décidément, je suis dans un sale état. Et le plus con dans tout ça, c’est que ça m’amuse plus qu’autre chose. Armé de mon plus grand sourire – faut avouer que j’suis plutôt bien armé quand il s’agit de sourires, je hoche la tête. « Ouep, impec’ ! »  Sérieusement, je ne me sens jamais aussi bien que quand je suis défoncé. Ca m’évite de penser à toutes les merdes que j’ai pu traverser. Toutes les merdes que je préfère oublier. Défoncé, je reviens à l’adolescence et j’adore ça. Et puis j’avoue que ça m’plait, de la voir s’inquiéter pour moi. Je ne suis peut être plus apte à offrir mon petit cœur d’amoureux à qui que ce soit, je reste un éternel narcissique. Flatter moi, occupez vous de moi et vous m’aurez tout entier.  Doucement, je me penche vers Willow, allant même jusqu’à poser une main sur sa taille – Je suis bourré, rien d’autre. « Si tu veux que je vire Jackson, t’as juste à demander. » Je crie malgré le fait que je sois à quelques centimètres de son oreille vu le bruit et mon état, ça ne sera pas du luxe. Après, en ce qui concerne ma petite proposition, j’avoue ne pas être sûr d’être capable m’en souvenir demain. Donc autant qu’elle se décide vite fait bien fait. Reste plus qu’à espérer qu’elle ne soit pas contre le fait de passer pour le chouchou du patron. Déjà que tout le monde n’arrête pas de dire qu’elle a un faible pour moi… En fait, c’est comme ça que je l’ai su, par le bouche à oreille. Personnellement, je la trouve jolie, voire pire que jolie mais jamais, jamais je ne m’aurais imaginé lui taper dans l’œil. C’est flatteur, sérieux mais c’est aussi assez déstabilisant parfois. Bourré, je le gère plutôt bien. Sobre, j’avoue avoir beaucoup plus de mal. « Mais si je fais ça, les gens vont croire que je fais ça pour te faire plaisir. Déjà qu’ils sont au courant que tu craques pour moi… » Oups. Est-ce que j’ai vraiment dit ça ? Pour le coup, ça fait limite un peu prétentieux… « Pas que je sois contre l’idée hein. Je trouve ça flatteur. T’es jolie et super sympa. Mais les filles… très peu pour moi. » Ok… je crois que c’est de pire en pire là. Panique à bord, je répète : PANIQUE A BORD ! «  Mais je suis pas gay hein ! Non, non… loin de là. J’aime beaucoup trop les filles pour ça. Sérieusement !  J’adore ça les filles… » Ta gueule, non mais ta gueule ! « M’enfin, tout ça pour dire que j’ai pas mal souffert ces derniers temps et… » De mieux en mieux, parlons de nos petits malheurs. Rien de mieux pour plaire aux filles que de jouer les mecs tristes et abandonnés. Viril comme jamais ce soir ! « Tu sais quoi ? Je vais juste me taire. Me taire et euh… filer. » Je montre la salle, comme pour dire  que je suis sur le point de prendre mes jambes à mon coup. Autant le faire en mode silencieux vu la merde que je viens de raconter ! Sérieusement, j’ai honte ! J’ai l’impression d’avoir tout foiré. Pour une fois qu’une des filles du staff me préfère à Austin. Putain, la honte. Vite, j’ai besoin d’un câlin ! Ou est mon doudou !? Ou est Hemsworth ?!



zaustin+ Some other folks might be a little bit smarter than I am, bigger and stronger too maybe. but none of them will ever love you the way i do. it's me and you, and as the years go by, boy, our friendship will never die. you'r gonna see; it's our destiny!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


CE MESSAGE A ETE POSTE

Revenir en haut Aller en bas

 :: corbeille V1 (forum privé)

 Sujets similaires

-
» Caught On Tape
» Caught Up (1998,Darin Scott)
» [Twins]: Weave (entrelacé)