Partagez | 

anciens persos nycl.


 :: Bordel de Marine.

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Ven 27 Déc 2013 - 13:35

maya lola fabregas → leighton meester
brooklyn athena hellstrom → lea michele / lyndsy fonseca
savannah loan walsh → sophia bush / katie cassidy
Revenir en haut Aller en bas

avatar

11/04/2014
121
22ans.
Voir le profil de l'utilisateur http://mllebrightside-rpg.tumblr.com/

CE MESSAGE A ETE POSTE Jeu 17 Avr 2014 - 11:43

FEAT. LEIGHTON MARISSA MEESTER
Maya Lola Fabregas

22 ans → Né(e) à Barcelone le 25/04/1989 → Danseuse à Broadway.
célibataire → hétérosexuelle → membre des Ordinaries.



And who am i ?

★Quels sont tes caractéristiques?
→ → Déteste la cigarette. Rien que l'odeur lui donne envie de vomir, Maya est incapable de sortir avec un mec qui fume, ça la répugne. Elle a tendance à faire scandale si quelqu'un se permet de le faire dans un lieu public, après tout la loi l'interdit, qu'ils la respectent. • Elle n'a ni tatouage ni piercing (en dehors de ses oreilles). La première raison est simplement qu'elle trouve ça la plupart du temps horrible, voir vulgaire, mais surtout elle ne voudrait pas voir une aiguille venir lui abimer la peau. Une prise de sang, c'est déjà beaucoup pour elle. • A l'opposé, elle n'a absolument pas peur du sang et ne se laisse pas impressionner facilement même si la personne en face d'elle en est recouverte, elle reste calme. Il faut dire que si tout se passe bien, ça n'arrive pas tous les jours! Plus jeune, elle avait même envisagé de devenir chirurgienne mais les années d'études lui ont vite changé les idées. • Elle supporte difficilement les enfants et n'est absolument pas prête à en avoir, d'ailleurs elle ignore si ce besoin de maternité apparaitra un jour ou non. Autant les bébés sont mignons, autant elle se lasse en cinq minutes une fois qu'ils grandissent. • Elle ne mange aucun légumes, surtout pas les crus. La seule façon de lui en faire manger sont quand ceux ci sont mélangés à une sauce, ne faisant pas trop ressortir leur gout. • Maya ne boit aucune boisson pétillante, elle ne comprend pas comment les autres peuvent apprécier le fait d'être ballonné sans cesse mais surtout d'ingurgiter une si forte dose de sucre toute la journée. Elle boit un coca lorsqu'elle n'en a pas le choix, autrement lorsqu'elle zappe un repas et finir par se sentir mal. • Amoureuse des lapins, elle n'en a pourtant jamais eut puisqu'elle sait parfaitement qu'elle ne nettoierait pas sa cage et qu'elle s'en lasserait. Elle est aussi une grande fan de tout bébé animal mais, tout comme les enfants, elle les aime beaucoup moins une fois qu'ils grandissent.

★Quel est le caractère de ton personnage?
→ Bien difficile de me décrire, je peux être tout à la fois. Les gens voient souvent en moi une personne très calme, bien dans sa peau et très bosseuse. L’enfant parfait en résumé… Ils n’ont pas tout à fait tort. Je donne toujours mon maximum pour le boulot, je me sens plutôt bien dans ma peau et parfois, il faut deviner ma présence tant je suis silencieuse. J’aime beaucoup ces petits moments de solitude, que ce soit avec mon i-pod ou un bouquin, m’installer et simplement ne rien dire, être apaisée. A côté de cela, je suis quelqu’un de sportif et d’actif. Par moment, je suis incapable de tenir en place et je m’occupe par n’importe quel moyen, j’aime d’ailleurs beaucoup aller courir pour dépenser ce sur plu d’énergie. Lorsque je suis en compagnie de personne inconnue ou que je connais très peu, je me montre généralement timide et discrète. Ne vous attachez pas trop à cette image tout de même, vous risqueriez de me détester en apprenant à me connaitre : je suis une bavarde invétérée ! Impossible de me faire taire une fois que je me sens bien avec quelqu’un, quitte à parler vingt minutes de la météo, j’ai toujours bien une petite histoire dans la poche. Sous mes petits airs angéliques, je peux également être la pire des garce et si vous voulez savoir, j’adore endosser ce rôle ! Bien sûr ça ne me vient pas naturellement, sans la moindre raison, mais je déteste que l’on me fasse passer pour rien, que l’on me contrarie ou pire, qu’on me trahisse. Si d’apparence je me montre plutôt sur de moi, je dois bien avouer que par moment, je n’y crois absolument pas et il serait facile de me faire remettre tout en question, sans doute mon côté un peu trop influençable ou du moins l’importance que j’accorde à l’avis des autres. Mes amis ont tendance à dire que je suis une vraie folle – ils ne croient pas si bien dire, si seulement ils savaient mon hospitalisation au centre… - parce que je suis des plus lunatiques. Je peux passer de la folie à la tristesse en repassant par l’hystérie totale mais il faut bien avouer que c’est ce qui fait tout mon charme. Au niveau de mes relations, je m’attache malheureusement facilement aux gens, que ce soit amical ou sentimental ce qui fait que je tombe souvent de haut mais on m’a toujours dit qu’on apprenait de nos erreurs et que chaque chute était là pour mieux se relever. Sans être le genre de petite amie jalousie et possessive de manière maladive, j’aime quand même que mon/ma chéri(e) ne soit pas trop tactile et proche d’une autre personne. Je ne peux pourtant pas dire être une perle question fidélité même si je fais des efforts considérables… Je n’y peux rien, je m’attache vite aux autres ! En réalité, on peut dire qu’on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre avec moi.



Well... It's my story...



C’est en Espagne, à Barcelone précisément, que j’ai ouvert les yeux pour la première fois. Six yeux braqués sur moi jusqu’à ce que je ne décide de pousser mon premier cri. S’ils avaient su, ils ne l’auraient peut-être pas réclamé… En pleurs dès qu’on essayait de m’abandonner lâchement dans ma chambre, je ne passerai ma première nuit qu’à l’âge de quatre ans. Je demanderai toujours beaucoup d’attention de la part de mes parents, surtout de ma mère, n’acceptant pas qu’elle s’intéresse à autre chose que moi. Au fond, je sentais peut-être déjà qu’elle avait besoin de sa fille pour vivre, pour avoir une raison de vivre. Toute mon enfance, je vais entendre des cris, voir les larmes de ma mère et surtout ses bleus, sans jamais intervenir. Mon père me l’interdisait et obéissante, j’obtempérais pour remonter dans ma chambre. Un énorme signe de faiblesse de ma part, préférant me réfugier plutôt que de subir le même sort que Lena. C’est à mes six ans que je ferai mes adieux à mon Espagne pour rejoindre les USA, ou mon père était transféré pour bosser à la NASA. Atlanta, la Floride, le soleil, la plage… Le rêve de toute petite fille. La meilleure nouvelle était sans doute qu’il était trop préoccupé par son travail pour se soucier de nous et accordait ainsi un peu de répit à Lena.



Quatre ans plus tard, nous emménagerons à New York et ce, définitivement. Mon père, lui, restera sur Atlanta, de retour le weekend et pendant ces congés à nos côtés. Une chance pour ma mère… Intelligente, je ramènerai toujours des bonnes notes à la maison, faisant la fierté de mes parents. Les deux, oui, car aussi violent soit-il, je savais que mon père m’aimait et qu’il était fier de sa « princesse » comme il le répétait si souvent. C’est d’ailleurs sous une avalanche de bonne note que je demanderai l’autorisation d’entrer dans une agence de mannequinat. A seulement dix ans, cela se résumait à de petits défilés et quelques publicités pour les plus chanceuses d’entre nous mais cela représentait déjà beaucoup pour moi. Lena va à nouveau subir les colères de mon père pour oser me soutenir dans ce projet et pourtant, il me donnera son accord face à mon petit air angélique qui savait si bien l’attendrir. Je commencerai les publicités, locale et régionale par la suite, un peu pour tout en passant de la nouvelle console de jeux pour enfants, aux vêtements ou encore à la nourriture. Peu importe ce que l’on me proposait, j’ai toujours prit ce « travail » très à cœur et je donnais le meilleur de moi-même. C’est comme cela que je serai repérée à l’âge de seize ans par le propriétaire d’une grande agence de mannequinat. Je commencerai alors les défilés pour de grandes marques, de vrais et beaux défilés comme j’en avais toujours rêvé, ce pourquoi j’avais travaillé si dur. Discrète et professionnelle, je garderai toujours un peu de distance entre ma vie et ce monde pour ne pas céder aux nombreuses tentations auxquelles nous étions exposées chaque jour. Aucune drogue, pas d’anorexie ni de soirées jusque pas d’heure chaque jour. Je tenais à garder une vie saine et loin des effets néfastes de la mode. Je n’ai pourtant pas réussir à m’en sortir indemne, malgré mes nombreux efforts. Victime harcèlement moral, je gardais pourtant tout pour moi en pensant à cette carrière sur laquelle je refusais de faire une croix. Ce n’était que des paroles et je m’estimais assez forte pour les entendre sans réagir, sans craquer… Si je pouvais vous donner un conseil aujourd’hui, je vous dirais simplement de tout arrêté à la première phrase de travers, d’en parler à vos parents, de ne pas vous laissez faire, tout simplement. Les gestes se sont rapidement mêlés aux paroles, victime d’attouchement comme quatre autres filles de l’agence qui, comme moi, avait décidé de garder le silence. C’est en décidant de me confier à l’une d’elle que nous allons d’ailleurs prendre conscience de ne pas être la seule dans ce cas. Après avoir parlé à chacune des modèles, deux autres admettrons être dans la même situation mais nous supplieront de garder le silence. Chose que Ana-Belle et moi avons fait l’erreur d’accepter. Nous avons pris la décision de quitter l’agence sans donner de raison, sans porter plainte et il m’arrive encore de me demander où en sont les autres filles maintenant, si elles ont réussi à mettre un terme à tout cela. Je me refuse pourtant de prendre de leur nouvelle, sans doute par peur qu’il leur soit arrivé le pire, de notre faute.



Je me retrouvais donc âgée de dix-huit ans, sans réelle perspective d’avenir puisque je m’étais toujours imaginée mannequin, peut-être directrice d'une agence plus tard mais sans aucune autre motivation à l’horizon. La danse que je pratiquais depuis toujours semblait donc être ma seule option. Bien sur, le BAC en poche, je pouvais toujours tenter d'être intégrée à l'université mais il faut bien avouer que cette idée ne me motivait pas le moins du monde. Pourtant, la danse n'était pas suffisante pour mes parents, ce qui me valait mon entrée à Columbia. Études latino en major, une facilité je l'avoue, et danse en minor.


Après ma première année et toujours d’aussi bonne note, ma petite vie à nouveau tranquille va pourtant prendre un tout autre tournant. Mon père, rentré vivre avec nous, va à nouveau s’en prendre à ma mère. Une petite guerre qui s’était arrêtée depuis quelques années à présent. Les coups vont s’enchainer et il n’hésitera pas à s’en prendre à moi pour le moindre détail. Devenant de plus en plus violent, c’est un sept juillet ou je trouverai enfin le courage de m’interposer. Je trouverai ma mère ensanglantée dans la cuisine, cherchant par tous les moyens à protéger son visage des coups de pied répétitifs de mon père. Je lui porterai ce jour-là un unique coup, le premier et le dernier… Un marteau à la main, je ne viserai pas son visage mais bien ses genoux, pour le faire tomber. Consciente qu’il me tuerait s’il se relevait, j’étais déjà prête à fuir, à demander de l’aide dans notre quartier. Il ne se relèvera pourtant pas et c’est après deux heures à les observer, tous deux étendus sur le sol, que je déciderai d’enfin appeler les secours.

« Heure du décès : 13h00 approximativement ». 13h17 exactement, mais ça, j’étais l’unique personne à le savoir. Retombé contre le meuble de cuisine, mon père avait subi un coup du lapin, une mort brute, sans souffrance… mais je venais de le tuer. Pour l’unique coup que j’avais osé lui porter, je l’avais tué. J’avais mis fin à la souffrance de ma mère.  

« Je vous le répète, je suis sortie faire des courses et quand je suis entrée, je les ai trouvé tous les deux allongés dans la cuisine ! Il l’a toujours frappé, elle a surement du chercher à se protéger... »

«  Êtes-vous consciente d’accuser votre mère de meurtre ? »

« C’était un accident. C’était la meilleure chose qu’il pouvait lui arrivé, mais c’était un accident.»

« C’était de la légitime défense, j’en conviens. Merci mademoiselle ».

Honteux, lâche de ma part… Pensez ce que vous voulez, je sais que j’ai fait ce qu’il y avait de mieux à faire. Ma mère est depuis ce jour dans une clinique spécialisée et sait à peine levé un verre à sa bouche. J’ignore totalement si elle me reconnait, si elle a le moindre souvenir de ce jour puisqu’elle a également perdu la parole. Je l’ai accusée à tort mais je sais qu’elle m’approuverait si elle le pouvait. De la légitime défense… ils ne peuvent rien lui faire, rien lui reprocher, surtout pas dans cet état. Si seulement j’avouais la vérité, je serais jugée pour meurtre sans préméditation. Meurtre, car je n’ai pas reçu le moindre coup de sa part, je n’avais aucune raison légale de lui porter ce coup fatal. Je regrette aujourd’hui de ne pas avoir appelé les secours plus tôt... Peut-être que Lena s’en serait sortie à meilleur compte si j’avais décidé de le faire mais à ce moment-là, je voulais simplement être certaine que lui, n’ouvrirait plus jamais les yeux.



Dans les semaines qui ont suivi, j’ai eu beaucoup de mal à accepter ce qui arrivait à ma mère, qui n’avait jamais rien fait pour mériter cela. Entre saute d’humeur, crise d’hystérie et de larmes, Juliett, ma meilleure amie depuis de longues années, a décidé de me faire interner. Un choix judicieux, peut-être… bien que je continue de lui en vouloir un peu de m'avoir éloignée de tout. Elle m’a éloignée de ma vie, d’elle, de Lena, d'Aaron... durant neuf mois. Neuf mois sans ma meilleure amie, sans pouvoir voir ma mère et voir l’avancement de ses progrès, sans pouvoir expliqué à mon -ex?- petit ami la raison de mon départ. Je suis pourtant forcée d’admettre que, malgré la dose de médicaments ingurgitée qui n’était pas nécessaire, ce centre m’a fait du bien. Sans être tout à fait un centre psychiatrique, sans être un centre de remise en forme, il était un peu des deux. Je suis d’ailleurs tombée amoureuse là-bas, amicalement parlant, et lui seul détient la vérité sur ce sept juillet, lui seul me connait réellement, sait ce que j’ai fait et m’a aimé malgré tout. Il est mon meilleur ami, celui qui comptera toujours plus que tout les autres. On a pourtant décidé de ne plus jamais se voir après notre sortie. Je rentrais à New York, lui à Boston et notre histoire d'amitié s’arrêtait là. Tout le monde me voit revenir d’un voyage extraordinaire en Europe pour retrouver ma famille et je ne cesse de parler de la beauté de Londres, Bruxelles, Paris, Barcelone… alors que je n’étais qu’à quelques centaines de kilomètres d’eux, toujours sur le territoire américain. Seule Juliett sait pour cette hospitalisation et a pris soin de me rendre visite chaque semaine. Elle ne connait toujours pas la vérité sur cette journée et sait qu’elle ne l’obtiendra pas. A présent, j'ignore complètement comment cette année va se dérouler, mais je suis bien décidée à reprendre ma vie en main, souriante et fidèle à moi même. Les études sont finies pour moi et je viens d'être acceptée à Broadway en tant que danseuse, c'est là une porte qui s'ouvre et je compte bien saisir cette chance.


my little secret

★Ton prénom ou ton pseudo & ton age → Ma. (a)
★Comment es-tu arrivé(e) ici ? → PRD.
★Ce personnage est-il un double compte ? → Savy.
★Présence sur le forum → 6/7.
★Personnage inventé ou scénario ? → Inventé.

Mon exemple de RolePlay:
 
Le code règlement:
 


austin tanel hemsworth
let's be alone together ✻ 'Cause I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm goingbBut I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead. This is the road to ruin and we're starting at the end. ✻ zaustin
Revenir en haut Aller en bas

avatar

11/04/2014
121
22ans.
Voir le profil de l'utilisateur http://mllebrightside-rpg.tumblr.com/

CE MESSAGE A ETE POSTE Jeu 17 Avr 2014 - 11:44


maya l. fabregas
CLOSE
• Marcus - ❝ Dance with me ❞
• Samuel - ❝ Mens moi, je préfère de loin ça. ❞
• Xavier - ❝ Je danse jusqu'à rire ❞
• à venir
• à venir
RPS TERMINES/ABANDONNEs
THANK YOU CAZI!!



MAYA L. FABREGAS
IN FACE OF TRUE LOVE, YOU JUST DON'T GIVE UP.
STORY • Barcelone. C'est là où j'ai ouvert les yeux pour la première fois, là où j'ai fait tout mes premiers pas. A huit ans, je quitte le soleil et l'ambiance de mon Espagne que je chérissais tant pour poser les pieds à Atlanta. Mon père venait d'être muté à la NASA. Atlanta, c'est joli aussi... Mais Barcelone reste mon premier amour. J'apprends l'anglais, tout en continuant l'espagnol qui est assez parlé dans cette région. Pourtant, je ne reste pas bien longtemps dans cette ville : Lena & moi emménageons à New York. L'american dream comme disait ma mère... Les gens qui en rêvent ne doivent pas avoir passer beaucoup de temps ici. Ou ils ne connaissent pas Barcelone, c'est possible aussi. Enfin, New York reste synonyme de liberté puisque pendant un certain temps, mon père reste sur Atlanta et laisse ainsi du répits à ma mère, battue d'aussi loin que je m'en souvienne. A mes quatorze ans, j'ai dans l'idée de devenir mannequin, ce que ma mère m'encourage à faire. Lui ne l'acceptera. "C'est un métier de sa**pe, ma fille n'entrera jamais là dedans" et c'est une nouvelle fois Lena qui reçoit des coups pour avoir oser me soutenir dans un rêve aussi ridicule. Je termine l'école et entre ensuite à Columbia : danse en major, puisque j'en faisait depuis toujours, étude latino en minor, une facilité je l'avoue. Tout bascule il y a un peu plus d'un an, quand j'ose enfin m'interposer. De nouveau violent, j'entends les cris de ma mère et attrape le premier outil qui pourrait me servir d'arme : un marteau. Lorsque j'arrive dans la cuisine, ma mère est déjà étendue sur le sol et c'est les genoux de mon père que je vise pour qu'il cesse ses coups. Un mauvaise chute le conduit tout droit aux enfers et c'est seulement après deux heures que j'appelle les secours. "Je suis sortie faire les courses et ils étaient tous les deux étendus sur le sol quand je suis rentrée" est et restera ma version officielle, pour tout le monde. Si dans un premier temps j'ai cherché à faire comme si tout allait bien mais mes sautes d'humeur, mes crises devenaient beaucoup plus importante et j'ai accepté de me faire soigner. Je suis restée neuf mois en centre psychiatrique, même si tout le monde pensait que je m'autorisais un petit tour d'Europe pour me changer les idées. En un an de liberté, peu de choses ont changés, j'ai retrouvé mon premier amour qui s'est fait la malle, Aaron refuse toujours de m'adresser la parole... Point positif, j'ai été engagé à Broadway pour une comédie musicale.

Déterminée ⁂ Bavarde ⁂ Bosseuse ⁂ Matérialiste ⁂ Discrète ⁂ Courageuse ⁂ Lunatique ⁂ Attachante ⁂ Infidèle ⁂ Jalouse compulsive.

STUFFDéteste la cigarette. Rien que l'odeur lui donne envie de vomir, Maya est incapable de sortir avec un mec qui fume, ça la répugne. Elle a tendance à faire scandale si quelqu'un se permet de le faire dans un lieu public, après tout la loi l'interdit, qu'ils la respectent. • Elle n'a ni tatouage ni piercing (en dehors de ses oreilles). La première raison est simplement qu'elle trouve ça la plupart du temps horrible, voir vulgaire, mais surtout elle ne voudrait pas voir une aiguille venir lui abimer la peau. Une prise de sang, c'est déjà beaucoup pour elle. • A l'opposé, elle n'a absolument pas peur du sang et ne se laisse pas impressionner facilement même si la personne en face d'elle en est recouverte, elle reste calme. Il faut dire que si tout se passe bien, ça n'arrive pas tous les jours! Plus jeune, elle avait même envisagé de devenir chirurgienne mais les années d'études lui ont vite changé les idées. • Elle supporte difficilement les enfants et n'est absolument pas prête à en avoir, d'ailleurs elle ignore si ce besoin de maternité apparaitra un jour ou non. Autant les bébés sont mignons, autant elle se lasse en cinq minutes une fois qu'ils grandissent.
23 ANS ☇ ESPAGNOLE ☇ DANSEUSE
THANK YOU CAZI!

RECHERCHES DE LIENS
MEILLEUR AMI • Zéro ambiguïté entre Maya & lui, ils sont très tactiles, proches et ne se cachent rien. Elle le considère comme son double, son frère & son confident. Il est l'une des rares personnes à savoir que sa maman est dans le coma, il l'accompagne d'ailleurs régulièrement la voir.
AMI TROP PROCHE • Même s'ils y a une réelle amitié entre eux, ils se cherchent depuis le début. Entre soirées défis, révélations et drague ouverte, il est assez difficile de nier l'attirance entre eux. En dehors de quelques baisers perdus, il n'y a pourtant rien eut et le fait que Maya pense de plus en plus à Aaron ne va pas aider à faire avancer les choses.
RELATIONS • 2 ou 3 relations d'un soir ou de quelques semaines - grand maximum. Maya s'est pas mal amusée en un an en espérant oublié Aaron, mais comme toujours elle se lasse vite et se rend surtout à l'évidence : ça ne marche pas!
LIENS NÉGATIFS • filles ou garçons, il m'en faut (a) & n’hésitez pas si vous avez d'autres idées, il me faut un peu de tout !


austin tanel hemsworth
let's be alone together ✻ 'Cause I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm goingbBut I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead. This is the road to ruin and we're starting at the end. ✻ zaustin
Revenir en haut Aller en bas

avatar

11/04/2014
121
22ans.
Voir le profil de l'utilisateur http://mllebrightside-rpg.tumblr.com/

CE MESSAGE A ETE POSTE Jeu 17 Avr 2014 - 11:52

FEAT. LYNDSY FONSECA
Brooklyn Athena Hellstrom
« Athena »

24 ans → Née à Los Angeles le 25/01/1989 → Publicitaire & escort girl
célibataire → hétérosexuelle → membre des POPULARS.



And who am i ?

★Quels sont tes caractéristiques?
→ En Californie, Athena a gagné une compétition de surf le jour de ses 16 ans. Elle en faisait depuis des années mais après une chute qui a affaiblit son genou droit, elle n'a pu recommencer. ৩ Suite à un karaoké, le chant est devenu une nouvelle passion chez elle mais elle n'en parle jamais et se contente de chanter lorsqu'elle est chez elle même si elle a souvent pensé à prendre des cours. ৩ Elle s'est prise une unique cuite au Whisky coca et l'a regretté durant deux jours. Depuis la simple odeur du whisky la rend malade. ৩ Elle est fan des chatons et des chats en général mais y est totalement allergique. Malgré ses médicaments, plus de dix minutes en présence de l'un deux et elle est bonne pour un passage par les urgences. ৩ Jusqu'il y a quelques semaines, elle s’appelait Athena Brooklyn Hellstrom-McLord mais son divorce avec Elyott a enfin été prononcé. Elle reste très proche de lui et continue de prendre souvent de ses nouvelles. ৩ Elle boit des smoothies à longueur de journée, Athena est une grande fan des fruits, c'est sans doute ce qui lui donne cette énergie débordante. ৩ Elle est fan de One Republic, Coldplay et Train. ৩ Son père n'a pas supporté son divorce et dans un excès de colère, elle lui a également appris qu'elle était escort girl. Après lui avoir demandé de tout arrêté, il a décidé de ne plus lui parler et de la "déshérité". Il semble que monsieur Hellstrom aie oublié la loi qui interdit de supprimer un enfant de son héritage. ৩ Brooklyn a récemment décidé d’arrêter son job de publicitaire puisqu'elle rentre à NY. Elle aimerait se contenter de son job d'escort et pourquoi pas chanter de manière plus professionnelle. Elle rêve également d’ouvrir une boite d’événementiel : de biens beaux projets! ৩ Elle ne sort jamais sans vernis, elle en est fan et en possède une bien belle collection, de toutes les couleurs possibles. ৩ Elle rêve de faire un safari en Afrique pour être en contact direct avec les animaux tels que les lions, qui la font rêver. ৩ Elle se rend régulièrement à la salle de sport pour entretenir son corps et garder la forme, le sport est vitale chez elle. ৩ Elle aime dire qu'elle porte le même nom que JT hellstrom, car oui, elle est fan des feux de l'amour et le revendique. ৩ Elle teste souvent ses pouvoir, dans le cas ou la magie aurait décidé de prendre possession de son corps durant la nuit. Après de nombreux essais, la télécommande ne vient toujours pas à elle, et elle ne peu se téléporter. ৩ Elle déteste Glee et ne comprend pas le succès de la série. ৩ Elle est montée sur scène lors du concert d'Enrique Iglesias en Californie et n'a pas hésité à l'embrasser. ৩ Fan de "The voice" même si le concept est selon elle truqué : elle regarde et vote ! ৩ Considère sa meilleure amie comme son double, sa moitié, et est heureuse de rentrer la retrouver.

★Quel est le caractère de ton personnage?
Capricieuse : Élevée dans le luxe, la petite Athena a obtenu toute sa vie ce qu'elle désirait, dés qu'elle le désirait. Elle n'a jamais eut à employer de grand moyen pour obtenir ce qu'elle désirait, quoi que cela puisse être. Un simple sourire, un regard d'ange et ses parents se contentaient de plier. Une exagération et du profit dans toute sa splendeur ? Peut-être mais puisqu'elle n'avait pas le droit à un peu de temps et de tendresse, Brooklyn s'occupait comme elle le pouvait. Au début, elle cherchait simplement à faire réagir ses parents, se disant que tôt ou tard ils allaient mettre fin à ses caprices et la prendre en main mais ils n'ont jamais compris son appel. Elle demandait, on lui donnait, ça s'arrêtait là. Avec le temps, elle y a prit gout et ne changerait cela pour rien au monde maintenant. Même si elle n'en veux plus vraiment à ses parents, elle prend un malin plaisir à vider leur carte bleue.
Déterminée : Restons dans l'obstination de la demoiselle à obtenir ce qu'elle veut. Athena n'accepte pas l’échec et est déterminée tant sur le milieu professionnel que personnel. Elle déteste les personnes indécises et qui hésite trois heures avant de prendre une décision. Elle ne l'est jamais -ou peut-être rarement- et lorsqu'elle se donne un but, elle se donne tous les moyens pour y arriver. Même si beaucoup y voit un défaut, une obsession parfois abusive, c'est aussi une qualité et surtout sa force pour arriver à ses fins, surtout lorsqu'il s'agit du milieu professionnel, milieu dans lequel elle refuse d'échouer.
Rancunière : Si Athena est toujours fidèle et présente pour ses amis, elle s'attend à recevoir la même chose en retour. Elle ne supporte pas la trahison et pardonne très difficilement. Lorsqu'il s'agit de détails futiles, elle préfère passer l'éponge pour ne pas s'embrouiller inutilement mais lorsque c'est important, même si on lui répète souvent que l'erreur est humaine, elle n'hésite pas à se séparer de la personne qui la trahie et généralement sa décision est irréversible. Oui, être amie avec Athena est un peu un Koh-Lanta, sa sentence est irrévocable.
Sensible : Elle transmet l'image d'une fille forte et sur d'elle à 100% la plupart du temps, c'est d'ailleurs ce que pense toute personne qui ne la connait pas un minimum. Ce n'est pas un hasard, puisqu'elle l'a choisit. Pour elle, c'est un peu une sorte de protection pour éviter de souffrir. Même lorsqu'elle est blessée, elle ne le montre pas et garde tout son répondant et sa force de caractère. Cela ne veut pas dire que lorsque la demoiselle fait le point sur sa vie ou se retrouve seule, il ne lui arrive pas de craquer de temps à autre. Jamais elle ne montre ses faiblesses, même devant les personnes en qui elle à une confiance aveugle alors qu'au fond, elle est blessée bien plus qu'on ne pourrait l'imaginer par moment par le comportement des autres. Un simple détail peut la faire fondre en larmes lorsqu'elle est à fleur de peau, même si elle s'éclipse toujours à temps pour ne pas le faire remarquer.
Présente & fidèle en amitié : Si Athena joue pas mal avec les gens, elle ne s'en prend jamais à ses amis. Elle est une peste mais dans ses limites. Pour elle, ces personnes sont simplement les plus importantes de sa vie, son équilibre et elle ne peut que se montrer présente pour eux. Elle est toujours la première à se présenter en cas de problème, ou simplement pour passer un bon moment. Néanmoins, ceux-ci se comptent sur les doigts d'une seule main!
Fetarde : Comment ne pas l'être lorsqu'on vient tout droit de Californie ? Les plus belles fêtes, les feux d'artifices sur la plage, c’était sa vie. C'est d'ailleurs ce qui lui manque le plus à New York car même si l'ambiance est là, elle n'arrive pas à la cheville de celle en Californie. Malgré tout, Lyn ne dévoue pas sa vie entière à la fête et l'alcool. Elle reste une personne sérieuse dans ses études mais arrive à gérer les deux, quitte à se trouver en cours avec une gueule de bois et une migraine atroce. Jusqu'ici l'un n'a jamais empêcher l'autre et même si les cours s'intensifient, elle n'a pas l'intention de freiner son rythme pour l'instant. Elle est jeune et se doit d'en profiter.
Maladroite : On lui répète souvent qu'elle a deux mains gauches et il faut dire qu'ils n'ont pas tout à fait tord. S'il y a une chute en publique ou une boisson à renverser, elle est toujours la première présente à se donner en spectacle. Elle fait pourtant attention mais étant énergique, elle a souvent des gestes brusques et lorsqu'elle se calme, il est généralement trop tard.


Well... It's my story...


Lena Fisichella a vut le jour à Sao polo, au brésil. Ses parents se distinguaient de la plupart des habitants par leur entreprise. Même si ceux ci ne pouvaient pas être qualifié de « riches », ils se trouvaient largement au dessus du reste de la ville. Lena grandit donc dans un monde aisé mais où les valeurs et la religion avait une grande importance, même si elle fréquentait des écoles privées pour se différencier des autres jeunes du quartiers, choix que ses parents avaient fait. Durant ses années, Felipe & Nadia mirent l'argent nécessaire de côté afin de permettre un jour à leur fille t'intégrer une prestigieuse université. Pourtant, repérée à l'âge de 16 ans dans la rue, Lena se lança dans de grands défilés de mode, qui lui assuraient un avenir riche en strass et paillettes, implantée dans la prestigieuse ville de Beverly Hills. C'est là qu'elle rencontra Lewis Hellstrom, architecte. Le coup de foudre fut immédiat et par amour pour lui, Lena abandonna cette vie de débauche qu'elle menait depuis son recrutement en tant que mannequin professionnelle sans pour autant arrêter sa carrière. L'alcool, les fêtes et la drogue étaient seulement loin pour elle. Alors qu'elle n'avait que 20 ans, Brooklyn Athena-Luca pointait le bout de son nez. Loin d'être une erreur, elle était voulue, surtout par Lewis. Après quelques mois, la ligne de Lena semblait à nouveau parfaite pour elle recommencer ses défilés, il faut dire qu'elle y avait consacrer beaucoup de temps, sans doute plus qu'à sa petite princesse. Pourtant, défiler ne l'intéressait plus, elle voulait en être maintenant l'organisatrice. Après un diplôme de gestion/management qu'elle obtenu tout en continuant de défiler, elle devenait donc sous directrice d'une agence de mode. Athena n'eut donc jamais l'attention disponible que ce soit de l'un ou de l'autre. Leurs carrières respectives devenaient leur seul objectif et Brooklyn était gâtée de cadeaux à défaut de câlins. De grandes fêtes pour son anniversaire, des peluches à s'y perdre dedans, des maisons de plus en plus spacieuses, la piscine ... Si elle l'a mal vécut au début, elle apprit rapidement à en tirer profit et à en jouer. Elle avait l'impression de punir ses parents en leur pompant tout leur argent mais au final, ils pensaient là la rendre heureuse et n'ont jamais réagit à ses "appels". L'adolescence commençait avec l'entrée dans sa vie des plus belles fêtes du pays, accompagnée des plus beaux mâles. Dans un premier temps, Brooklyn chercha à se venger, à les faire payer en faisant tout pour qu'ils n'aient d'autres choix que de s'intéresser à elle, mais autant dire que c'était peine perdue et au final ce n'était peut-être pas plus mal. Quoi qu'elle fasse, on lui pardonnait tout, qui n'en rêverait pas? Cette vie était parfaite, elle n'avait pas besoin de ses parents pour la vivre pleinement.

Même si tout ce beau monde et cette ville représentait ce qu'elle aimait par dessus tout, à ses 18 ans, Brooklyn prit la décision d'entrer à l'université à New York. L'opposé de sa ville, ou tout monde se croisent, ou la pluie battante vous fouette le visage dés le matin. Son soleil s'effaçait, mais elle prenait enfin sa liberté, s'éloignant définitivement de ses parents. Athena est entrée à l'université pour suivre de communications, avec une spécialisation dans la publicité. C'est à ce moment là qu'elle a rencontré les deux personnes les plus précieuses à ses yeux : Serena & Liam, ses meilleurs amis. Tout était parfait avec l'un & l'autre, même si les choses ont fini par dérapé avec le dernier. Les sentiments ont pris le dessus sur leur amitié après trois ans...Brooklyn considérait leur histoire comme la plus belle qu'elle puisse vivre. Lorsque sa mère l'appela pour lui signaler que son père était gravement malade, elle quittait pourtant ce dernier avec un simple mot pour rentrer à LA, pensant que c'était la meilleure solution pour qu'ils ne souffrent pas trop de cette rupture. Durant cette année, Athena a suivit la demande de son père et a épousé Eliott, cet ami qu'elle chérissait tant et qu'elle aimait sincèrement, bien que ce ne soit pas le genre de sentiments qu'on éprouve à l'égard de son mari.

Elle est ensuite rentrée à NY et a tenté de reprendre sa place auprès de ses amis, de retrouver son meilleur ami surtout qui lui manquait. Les choses s'apaisaient doucement lorsqu'elle du partir à nouveau pour Los Angeles après une rechute de l'état de santé de son père. Aujourd'hui, celui-ci a apprit qu'elle était escort girl et que toute cette histoire avec Eli n'était qu'une pièce montée pour lui faire plaisir, la jeune femme est d'ailleurs divorcée. Depuis, son père refuse de lui parler alors qu'elle regrette simplement d'avoir sacrifié tant de choses pour un homme qui n'en valait finalement pas la peine. Athena est à présent de retour à New York et n'a pas l'intention de passer à côté de sa vie, elle envisage d'ailleurs de monter sa propre boite d’événementiels plutôt que de reprendre son poste à l'agence ou elle bossait à l'époque.  



my little secret

★Ton prénom ou ton pseudo & ton age → Mlle.Brightside.
★Comment es-tu arrivé(e) ici ? → En canoé.
★Ce personnage est-il un double compte ? → Mais non :maya:je finis toujours par revenir avec mes anciens bébés
★Présence sur le forum → 4/7.
★Personnage inventé ou scénario ? → Inventé.

Mon exemple de RolePlay:
 
Le code règlement:
 


austin tanel hemsworth
let's be alone together ✻ 'Cause I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm goingbBut I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead. This is the road to ruin and we're starting at the end. ✻ zaustin
Revenir en haut Aller en bas

avatar

11/04/2014
121
22ans.
Voir le profil de l'utilisateur http://mllebrightside-rpg.tumblr.com/

CE MESSAGE A ETE POSTE Jeu 17 Avr 2014 - 11:57

FEAT. SOPHIA ANNA BUSH
Savannah Loan-Athena Walsh

25 ans → Né(e) à Dubrovnik, Croatie le 20/04/1986 → Maman
célibataire → hétérosexuelle → membre des Beauty Queens.



And who am i ?

★Quels sont tes caractéristiques?
Accro à l'ice tea peach, elle ne boit que ça à longueur de journée. Agoraphobe : Savannah est malade dés qu'elle se retrouve entourée de trop de monde. Les gens ne la paniquent pourtant pas, du moins elle n'en a pas l'impression, mais cela ne l'empêche pas de se sentir nauséeuse dés qu'elle se retrouve dans la foule. Fan de concert : elle passerait sa vie dans des salles de spectacles, ce qui est très contradictoire. Avec sa phobie de la foule, elle se retrouve généralement au fond de la salle à prendre l'air en plein milieu du spectacle et en rate une bonne partie. Arachnophobe : Vous pouvez l'enfermer dans une pièce envahie de rats ou de serpents, Savy trouvera toujours une solution pour rester calme... en revanche, ne la laissez pas en compagnie d'une araignée, elle en devient pratiquement hystérique tant elle est effrayée par ces petites (grosses!) bêtes.

★Quel est le caractère de ton personnage?
→ Sans entrer dans les détails, Savannah est du genre facile à vivre et très sociable. C'est l'image qu'elle renvoie en général et qui est assez fidèle à ce qu'elle est réellement. La demoiselle aime parler à tout le monde, se fondre dans la masse sans chercher à se faire remarquer d'une quelconque manière. La majorité du temps, elle reste positive quoi qu'il arrive et garde la pêche. Un petit rayon de soleil. Il lui arrive comme tout le monde d'avoir un petit coup de blues, voir d'être au plus mal, mais la brunette le cache en général puisqu'elle ne supporte pas se faire plaindre. A coté de cela, elle peut paraître sans coeur parfois, car si elle déteste inspirer de la pitié, elle déteste aussi en avoir. Certaines personnes se plaignent trop souvent pour des détails selon elle, chose qu'il l’agace au plus au point et elle ne se gêne pas pour le faire remarquer. Sa sincérité lui joue parfois des tours, parce que bien qu'elle donne l'image d'une personne assez calme, elle peut en fait très vite s'énerver et n'hésite pas à donner le fond de sa pensée, que cela plaise ou non. Si beaucoup y voit une qualité, la vérité n'est pas toujours belle à entendre et ceux qui en font les frais n'apprécient pas du tout ce côté de sa personnalité. Savy est aussi très sensible, au point de pleurer devant chaque disney! Que l'histoire soit fictive ou qu'elle concerne ses proches, elle prend les choses très à cœur et se retrouve souvent attristée alors qu'elle n'est pas forcément concernée. Toujours de marbre face aux autres, elle craque facilement dés qu'elle se retrouve seule mais trouve toujours de quoi se ré-motiver. Son plus gros défaut est sans aucun doute son impulsivité, qui frappe souvent dans ses moments lunatiques. Car oui, si elle est toujours positive en général, Savy peut changer d'humeur comme de chemises. Une seule phrase peut la mettre de mauvaise humeur pour la journée, et à l'inverse, un détail la faire sauter de joie comme si c'était le cadeau le plus précieux qu'on puisse lui faire. Lorsqu'elle s’emballe, dans un sens comme dans l'autre, il lui arrive d'agir et de prendre des décisions sans réfléchir, qu'elle peut regretter par la suite. Jusqu'ici, cela ne lui a pas joué de trop mauvais tour mais elle sait parfaitement qu'elle doit se calmer à ce niveau là et fait pas mal d'efforts. Côté personnel, elle est souvent indécise mais pourtant fidèle. " Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse ". Mais la fidélité à un petit prix... elle est en effet très jalouse et possessive et a beaucoup de mal à accorder sa confiance à son partenaire. La demoiselle est plutôt du genre à penser que c'est elle mais que ça pourrait tout aussi bien être une autre et montre donc bien que son chéri est pris, indisponible, intouchable. Une fois décidée, elle est déterminée et fait tout pour aboutir à ses fins, au risque d'être exaspérante, elle ne baisse pas facilement les bras. Même si elle tente de se convaincre que non, Savannah est assez mêle tout. Elle aime tout savoir, tout commenter même quand on ne lui demande pas son avis, c'est plus fort qu'elle! Au boulot, elle est très professionnelle et n'hésite pas à redoubler d'effort pour se surpasser. Elle tient à sa carrière, à faire les choses bien et espère un jour diriger son propre hôtel. Un peu capricieuse, mais pas trop, elle a parfois du mal à accepter un refus. Encore un point de sa personnalité qu'elle tente d'améliorer pour se montrer le plus mature possible. Elle ne supporte pas qu'on la juge et ne voudrait pas que qui que ce soit pense qu'elle est trop jeune pour élever correctement ses jumeaux, elle fait donc tout pour se montrer stable et mature.




my little secret

★Ton prénom ou ton pseudo & ton age → mlle.brightside / 22 ans.
★Comment es-tu arrivé(e) ici ? → Trop loin pour m'en souvenir.
★Ce personnage est-il un double compte ? → Nop
★Présence sur le forum → 3/7.
★Personnage inventé ou scénario ? → inventé.

Mon exemple de RolePlay:
 
Le code règlement:
 


austin tanel hemsworth
let's be alone together ✻ 'Cause I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm goingbBut I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead. This is the road to ruin and we're starting at the end. ✻ zaustin
Revenir en haut Aller en bas

avatar

11/04/2014
121
22ans.
Voir le profil de l'utilisateur http://mllebrightside-rpg.tumblr.com/

CE MESSAGE A ETE POSTE Jeu 17 Avr 2014 - 11:58

Well... It's my story...




« When she wraps her hand around my finger, how it puts a smile in my heart. Everything becomes a little clearer, I realize what life is all about »

20AVRIL1985 ; Non, ce n'est pas sous la pluie et la pollution de la grosse pomme que la petite Savannah vit le jour. Au contraire, la petite princesse naquit au Zagreb sous un soleil éclatant. Le Zagreb et ses plages de rêves, La Croatie natale de mademoiselle Alena Lalic. « Maman, conduis moi à l'hôpital Et appelle Nolan ! Je pense que Jeremiah est pressé.» Le sourire crispé par la douleur, Alena venait de perdre les eaux en plein milieux du salon de cette petite maison dans laquelle elle avait vécut toute son enfance. Son mari, Nolan, était lui au boulot, comme de toute logique. A croire que mademoiselle Lalic était née sous une bonne étoile, l'accouchement ne fut pas trop pénible et c'est après six petites heures de travail seulement qu'elle put tenir sa petite fille dans ses bras.

« Je te présente notre petite ... fille. » Sourire angélique aux lèvres, elle tentait de rassurer Nolan qui était toujours aussi pâle. C'était tout de même dingue à quel point les mecs étaient faibles à certains moment. C'était pourtant elle qui venait de souffrir et de la mettre au monde et il était le seul à faiblir, ce qui avait le don de l'amuser. De quoi le taquiner pour leur restant de leur jour.
« Notre fille? Montre la moi ... Elle est ... merveilleuse. Elle te ressemble tu sais » Nolan avait toujours les bonnes paroles pour la rassurer, la ravir quitte à en ajouter. Savy était juste un bébé avec une bouille adorable, mais rien qui ne ressemble à sa maman pour l'instant. « Je ne pense pas que Jeremiah lui ira si bien finalement... Que penses-tu de Savannah? » « Savannah c'est parfait » Il n'avait jamais été très contrariant, Alena était sa reine et il abdiquait généralement à la moindre de ses envies. Et puis Savannah c'était joli, il aimait. Pendant huit mois, il s'était imaginé avec un petit garçon, un ballon de foot au pied. Pas à une fille avec de jolies petites robes et des dessins animés de princesse... mais au fond, elle était à présent ce qu'il avait de plus précieux sur Terre, peu importe son prénom. Croisé le regard de ce petit bout lui avait suffit pour qu'il en devienne totalement gaga. Alena et Lucas étaient en couple depuis un peu plus de quatre ans et filaient le parfait amour. Amour qu'ils avaient scellés il y a de cela plusieurs mois et qu'ils scellaient un peu plus aujourd'hui. Alena avait toujours vécut ici, au Zagreb, alors que Nolan, pur américain, n'y était venu que pour un simple voyage d'affaire. C'est tout du moins ce qu'il pensait avant de croiser le regard de la jolie Alena, pour qui il décidait de tout abandonné et de s'installer en Croatie. Une sorte de coup de foudre, l'histoire qu'on adulerait facilement et qui a d'ailleurs fait rêver Savy quelques années. Trois ans après sa naissance arrivait Tyler, son petit frère. Les deux petits seront toujours soudés, à la grande joie de leur parents. Au un an de Tyler, la famille emménageait pour New York où Nolan récupérait son emploi. Après de nombreux mois, la double nationalité - croate/américaine - était enfin accordée aux deux petits, leur permettant ainsi de vivre sans aucun soucis aux Etats-Unis.



« This miracle god gave to me, gives me strength when I am weak. I find reason to believe, in my daughter's eyes. »

21MAI1190 ; Une petite moue sur les lèvres, Savannah était assise sur son lit, les bras croisés contre sa poitrine. Elle se moquait de ce que pouvait bien lui raconté son papa, la seule chose qu'elle gardait à l'esprit était qu'il ne serait plus là tous les jours. Pour la border, jouer avec elle, lui raconter des histoires, jouer aux petites voitures, il ne serait plus là. « Mon coeur, tu viendras me voir quand tu veux... avec ton petit frère aussi, je ne vous abandonnerai jamais, tu le sais ça? » L'enfant tournait la tête de droite à gauche, avec sa petite mine renfrognée qui ne quittait plus son visage depuis quelques jours. il ne cessait de lui répéter qu'il ne l'abandonnait pas, pourtant c'est ce qu'il faisait, il partait et les laissait seule. « Maman n'aime pas jouer aux voitures. » Savannah n'avait jamais été une petite fille attirée par le rose, les paillettes et les poupées. Dés qu'elle était en âge de marcher, son père l'emmenait dans les magasins de jouets pour qu'elle fasse son choix, et c'était toujours vers le rayon voiture, brouette et camions qu'elle se dirigeait. Ça ennuyait Alena, ça faisait beaucoup sourire Nolan. Totalement déstabilisé, il prit simplement sa princesse dans ses bras, avant de s'installer par terre avec elle pour jouer aux voitures, sans doute pour la dernière fois dans cette chambre. Cette séparation lui brisait le coeur sans doute plus qu'à elle qui ne comprenait pas encore l'importance de ce choix, les différences que cela allait faire dans leurs vies. Il n'était pourtant plus capable de regarder Alena, de la respecter et n'avait donc plus rien à faire dans ce foyer. Il travaillait, elle non... Nolan n'avait aucune raison de demander la garde des petits, car si elle était devenue une femme pitoyable, elle restait une mère formidable, qui saurait consacrer à ses enfants le temps qu'ils méritaient. Il les verrait régulièrement, mais le compte de fée était terminé, pour lui, pour son mariage, pour Savy. Tyler était encore trop petit pour réaliser ce changement... lui comprenait parfaitement qu'il allait rater ses premiers pas, ses premiers mots, mais sa décision était prise. Et puis, il ne déménageait qu'à quelques rues d'ici, il ne les abandonnait pas.



« Through the wind and the rain, she stands hard as a stone {...} and she flies to a place where she's loved, concrete angel »

Les années passèrent et beaucoup de choses changeaient pour Savannah. La complicité qu'elle avait eut autrefois avec sa maman disparaissait pour laissé place à un froid inexplicable. Elle lui en voulait de ne pas avoir retenu son père, pire de l'avoir éloigné d'eux même si Savy le voyait quand elle le voulait. Il n'avait pas mentit. Pendant deux ans, Alena s'était occupé d'elle et de Tyler, mais dés qu'elle avait pris la décision de reprendre le boulot, ses enfants étaient passés en second plan. C'était un mal pour un bien, Savy et Tyler étaient plus unis que jamais. Il était son petit frère, son meilleur ami, la personne qui comptait le plus à ses yeux avec son papa et le seul à qui elle confiait tout ce qu'elle avait sur le coeur. Il était d'ailleurs l'élément qui la faisait douter, mais elle était persuadée de pouvoir l'emmener avec elle.

03MARS1998 ; « Elle veut vivre avec moi Alena... je ne lui ai rien proposé, elle l'a demandé d'elle même. Tu as à présent une carrière à gérer aussi, j'ai du temps à lui consacrer. autant que toi, peut-être plus... » La jeune sage-femme fronçait les sourcils. Elle détestait cet air supérieur qu'il prenait, il n'était jamais là, il ignorait le temps qu'elle avait ou non à accorder à ses enfants. Nolan était professeur et rentrait donc généralement à la même heure que Savannah des cours, elle savait qu'il ne lui mentait pas. Néanmoins, elle avait toujours promis à Savannah qu'elle ne l'empêcherait pas de voir son père et si aujourd'hui elle voulait vivre avec lui, elle ne l'en empêcherait pas. Alena avait une seule exigence « Tyler reste avec moi... il n'a rien demandé, alors j'aimerais le garder avec moi. Et voir Savy régulièrement, évidemment... » Nolan avait gagné et ne pouvait s'empêcher de sourire, il allait récupérer sa princesse avec lui. Savannah assise dans les escaliers écoutait toujours la conversation de ses parents, sa bouche formant une petite moue déçue. Sur la pointe des pieds, elle montait dans la chambre de son frère qui jouait à l'un de ses jeux électroniques. Elle ne mit pas beaucoup de temps à lui dire qu'elle allait partir, mais que lui allait continuer à vivre avec leur mère. Tyler avait toujours été beaucoup plus proche d'Alena, il n'avait pas vraiment connu la vie de ses parents en couple et n'avait donc jamais été angoissé par la situation, contrairement à Savannah qui se rappelait très bien, malgré son bas-âge, ce qu'était de vivre avec son père. Aujourd'hui, à seulement 12 ans, elle parlait de moins en moins à sa mère, était exaspérée par ses banquets, l'image qu'elle les forçait à donner de la famille, son amant et son boulot. Quelques jours plus tard, elle emménageait dans l'appartement de son père, à moitié heureuse. Tyler lui en voulait et refusait de lui adressé la parole... mais elle ne changerait pas d'avis. Savannah savait parfaitement que tôt ou tard, il cesserait de lui en vouloir, parce qu'ils ne pouvaient pas se faire la tête bien longtemps.



« That's all they really want, some fun. When the working day is done, girls they wanna have fun. Oh girls just wanna have fun. »

28JUIN2002 ; Bien que calme et studieuse, Savannah aimait aussi s'amuser avec ses amis et ratait rarement l'une des soirées étudiantes organisées. Elle n'abusait de rien mais aimait son petit groupe d'amis. Ce soir là, ils étaient simplement dans l'appartement de Leïla pour une soirée défi qui tournait au grand n'importe quoi mais qui n'empêchait pas leurs rires de résonner dans tous l'appartement. « Hum... aussi parfaite que tu sois, tu vas perdre ma Savy... Relèverais-tu le défi d'attendre le mariage pour ta première nuit de folie? » Sur le coup, Savannah ne comprenait pas réellement d’où venait ce défi. Vanessa détestait peut-être simplement le fait qu'elle les exécutait tous haut la main et tenait à la voir perdre, du moins refuser, au moins une fois. Avec un sourire sure d'elle, Savannah lui tendait la main pour serrer la sienne. « Pari accepté, ce n'est pas aujourd'hui que tu vas me voir perdre, désolée. » Haussant les épaules, elle affiche une fausse mine désolée alors qu'elle ne l'était absolument pas. « Tu plaisantes? Tu ne tiendras pas, j'en suis sure ! On en reparle au mariage? » Savannah hochait simplement la tête pour lui confirmer qu'elles le feraient le jour venu, toujours aussi sure d'elle. De toute façon, elle n'y pensait même pas et ne comptait pas accordé sa première fois au premier venu. Elle était maintenant certaine d'attendre le bon, puisqu'elle détestait perdre par dessus tout. Vanessa savait Savannah beaucoup trop studieuse, miss parfaite comme elle aimait l'appelé, mais elle ne s'imaginait pas la voir accepté une connerie pareille, pourtant elle l’impressionnait ne nouvelle fois. Il n'empêche qu'elle savait parfaitement que Savannah ne tiendrait pas ce pari, ce n'était plus de leur génération d'attendre le mariage...

12SEPTEMBRE2004 ; Si depuis toujours Savannah faisait de la danse, la dernier groupe qu'elle s'attendait à rejoindre était bien les cheerleaders. Elle avait toujours eut l'image stéréotypées - qu'elles prenaient plaisir à se donner avouons le! - de filles à papa, riches, à qui on ne pouvait rien refuser sans une crise. Des filles qui prenaient le reste du monde - y compris Savannah - de haut et qui se pensaient supérieures juste parce qu'elle encourageaient les beaux mâles de l'université, tout aussi agaçants d'ailleurs. « Passe le casting Walsh ! T'es bien meilleure qu'elles toutes réunies! Et puis tu oublies sans doute un détail : je suis capitaine. Si je te veux, je t'ai. » Savannah était entrée en journalisme à Fordham, en journalisme, depuis seulement quelques et voilà que June essayait déjà de la faire changer d'avis. Certes, elle était l'une de ses meilleures amies malgré cette place de capitaine et Savy l'adorait... mais sans doute à petites doses. Des journées complètes en compagnies de filles bien pire que June ne la tentait pas du tout, elle préférait rester avec son image d'intello, elle n'avait pas besoin de popularité ou une connerie du genre. « Je vais y réfléchir mais n'espère pas trop me voir franchir la porte du gymnase. Et si par miracle je la franchis, je ne veux pas de favoritisme, d'accord? » C'était en fait un non, mais elle n'aimait pas décevoir les gens, encore moins l'une de ses meilleures amies. Loan pouvait au moins lui promettre d'y réfléchir... Le fait qu'elle pense déjà à toute triche possible prouvait pourtant qu'elle y pensait réellement. Le lendemain, elle franchissait cette porte et s'en sortait à merveilles devant les filles qui constituaient le jury pour ce recrutement, dont June. Savannah ignorait totalement pourquoi elle avait passer ce casting, peut-être simplement parce que la danse lui manquait beaucoup? Elle avait de toute façon peu de chance d'être pris et s'en voudrait juste d'avoir un jour ne fus-ce que penser à rejoindre une équipe qu'elle détestait en grande partie. Quelques jours plus tard, Dylan lui donnait pourtant un coup de coude en traversant le couloir de l'université en la félicitant pour son entrée dans l'équipe. Les résultats venaient d'être affichés et sa meilleure amie les avait consulter plus rapidement qu'elle. Pourquoi avait-il fallu qu'elle soit aussi inconsciente? Il était trop tard pour se défiler à présent...



« What am I supposed to do when the best part of me was always you? And what am I supposed to say when I'm all choked up and your ok? »

05JUIN2004 ; « J'ai une question... pourquoi est-tu inscrit? T'en a clairement rien à faire de tes études, c'est à peine si tu m'écoutes là! Quel est l’intérêt de demander une tutrice si tu ne fais aucun effort pour essayer de comprendre ce que je te répète depuis une heure? J'abandonne, débrouille toi Sheppard. » Dés le début de l'année, les professeurs de Fordham avaient proposés aux plus studieux de leurs étudiants de s'inscrire en tant que tuteur pour aider ceux qui en avaient besoin. Savy ne vivant que pour ses études s'étaient inscrite rapidement, sans compter qu'elle aimait aider les autres. Là, c'était juste trop. Enzo était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase, l'élève de trop... il était totalement immature pour son âge et la jeune femme avait du mal à comprendre pourquoi il était à l'université. Le jeune homme la rattrapait pourtant par le bras, détail qui agaçait un peu plus Savannah qui ne supportait pas qu'on la force à faire quelque chose. « Excuse moi. On recommence et je jure d'être l'élève le plus discipliné que tu aies un jour aidé. » Pourquoi ne pouvait-elle pas résister à ce regard d'ange alors qu'il représentait exactement tout ce qui l'agaçait j'ai un mec? « La barre est haute, bon courage. » dit-elle simplement en s'installant à nouveau face à lui. Il ne fut peut-être pas le meilleur élève du monde mais en tout cas, il l'écoutait jusqu'au bout, faisant de réel effort pour comprendre. En fait, il était plutôt intelligent et se reposait sur ses acquis, n'ayant pas envie de faire plus d'efforts. C'était la seule conclusion à laquelle elle arrivait en voyant qu'il y arrivait très bien avec un peu de bonne volonté. La deuxième de cours mais elle s'en échappa pas aussi rapidement qu'elle ne l'avait espéré. Enzo posait sa main pour la sienne et lui demandait un rendez-vous, un vrai, pas autour d'une table avec plusieurs bouquin entre eux. Savannah n'était pas une habituée des histoires de coeur et hésitait longuement à lui répondre, sans compter qu'une heure plus tôt, elle ne pouvait pas le supporter. La petite moue d'Enzo lui suffit pourtant à accepter, chose qu'elle ne regrettait pas. En juillet, ils passaient la plupart de leur temps ensembles et Savannah découvrait quelqu'un de généreux et d'adorable derrière celui qu'elle avait toujours vu comme quelqu'un de froid et distant. Le 31 aout 2004, Enzo lui donnait son premier baiser. Avec le temps, il devenait simplement son premier amour, le seul qui comptait et qui la coupait totalement du monde réel. Ils avançaient dans leurs études et vivaient un petit amour parfait que personne n'avait pu ne fus-ce qu'imaginer, vu leurs différences.

17JUIN2007 ; En larmes, Savannah arrivait à peine à le regarder. Elle lui avait consacré trois ans de sa vie, trois ans ou elle en avait presque oublié le monde extérieur et il venait de tout foutre en l'air, en une nuit. « Arrête... tais toi, s'il te plait... » Elle implorait son silence. Savannah ne voulait pas entendre un mois de plus, plus aucune justification, chaque mot la brisait un peu plus. Il avait fallut une seule grosse dispute dans leur couple pour qu'il revienne le lendemain matin lui annoncer qu'il venait de passer la nuit avec une parfaite inconnue. Savannah se haïssait autant qu'elle ne le haïssait lui. Depuis trois ans, elle s'en était tenue à ce foutu pari, elle avait refusé de se donner à lui malgré l'amour qu'elle lui portait et ses envies de sentir les mains d'Enzo parcourir son corps. Le résultat était là, elle l'avait perdu parce qu'il n'avait pas été capable de l'attendre plus longtemps. Elle n'arrivait pas à cesser de pleurer, d'autant plus qu'il se tenait dans le même état en face d'elle. « Je ne veux plus te voir... ni aujourd'hui, ni dans six mois. N'essaye plus jamais de faire partie de ma vie! » Dans le côté dramatique, elle avait envie d'ajouter qu'elle n'avait plus de vie, qu'il venait de la briser... mais ce qui lui semblait insurmontable aujourd'hui serait sans doute acceptable demain, ça ne pouvait en être autrement. Savannah était plus forte que ça, c'était bien une chose qu'elle n'accepterait jamais, l'infidélité. Les jours qui suivaient, Savy se plongeait dans le travail, les examens étant un peu ses sauveurs pour le coup. N'importe qui y aurait vu un mauvais timing, sans sa douleur elle y voyait un parfait timing, avec de quoi occuper son temps. Elle redoutait en revanche l'été qui arrivait et les semaines de solitude qu'elle allait devoir traverser, sans lui.

15SEPTEMBRE2007 ; L'été avait été plus catastrophique qu'elle ne l'avait imaginé. Après des jours enfermées, elle avait finit par accepter de sortir pour rejoindre son frère sur les plages de Miami. Un voyage reposant, loin de tout... et ou elle perdait ce pari qu'elle avait tend tenu à gagner avec un parfait inconnu. Après trois ans en journalisme, Savy avait un premier diplôme qui lui permettait d'exercer la profession... ou d’accéder à deux années supplémentaires pour se spécialiser. Jusqu'ici, elle avait toujours eut envie de devenir journaliste sportive, ses deux années étaient donc dans son agenda depuis un bon moment. L'été l'avait pourtant fait réfléchir et elle ne voulait plus continuer. Elle n'arrêtait pas pour autant, mais à présent elle voulait se diriger vers des études de gestion hôtelière. C'était tout à fait différent, mais elle n'avait plus envie de faire son entrée à Fordham et retrouvé son ex petit ami dans le même local, et puis elle aimait ça... La gestion hôtelière, c'était bien aussi et dans le pire des cas, s'il s'agissait d'une erreur, elle pourrait reprendre ses études de journalisme là ou elle les avait laissée l'année prochaine.  



« All the ones who love you, in the place you left, I hope you always forgive, and you never regret. »

29SEPTEMBRE2008 ; Ses magnifiques yeux verts la fixaient intensément avant qu'il ne pose à nouveau ses lèvres sur les siennes. Une décharge électrique parcourait tout son corps alors qu'elle donnait un peu plus de passion à ce baiser. Savannah savait parfaitement que cette relation n'avait rien de sain mais Mason lui faisait un bien fou, lui rendait le sourire après un an de solitude. « Tu ferais mieux d'y aller, si les filles arrivent, elles risquent de trouver louche que tu viennes chercher des pom-poms » Alors qu'elle lui conseillait de partir, elle l'attirait un peu plus contre elle pour déposer ses lèvres dans son cou, remontant doucement vers sa mâchoire. Même si Mason était professeur de sport, il n'avait pas grand chose à faire dans le local réservé au cheerleaders et leur relation avait tout intérêt à rester discrète. « On se voit ce soir. » Le jeune homme, de 5 ans son ainé en réalité, déposait un dernier baiser sur ses lèvres avant de quitter le local. Majeur ou non, il n'avait pas le droit d'être avec une étudiante, d'autant plus quand cette étudiante tait aussi la fille d'un ami, d'un collègue. Un comme l'autre étaient parfaitement conscients que jamais Nolan n'accepterait cette relation, ce pourquoi ils gardaient cette histoire secrète, ce qui avait un certain côté excitant mais bien souvent angoissant. Mason était un ami de Nolan depuis un certain temps et continuait de venir diner de temps en temps à l'appartement, quand il en recevait une invitation. C'était les moments ou ils leur étaient le plus difficiles de cacher leur petite romance, ils s'en sortaient en dehors de cela à merveille. Nolan posait bien des questions à Savy sur ce soudain sourire qu'elle avait à nouveau, mais il respectait sa vie privé et ne creusait pas plus loin que ce qu'elle voulait bien lui confier.

22DECEMBRE2008 ; « Tu as changé Savy cette année, tu me déçois tellement... Tu sais qu'Enzo ne mérite pas que tu détruises ta vie comme ça ! Tu changes d'études maintenant tu vis une histoire avec un prof, c'est quoi la suite?! » Baissant les yeux, Savannah n'osait pas regarder son père dans les yeux, elle refusait d'y lire la déception. il n'y comprenait rien, mais elle l'avait déçu. « Ça n'a rien avoir avec Enzo papa... J'ai tourné la page, je te le jure. Je tiens à Mason, vraiment... » Il la pensait capable de se jeter dans les bras de n'importe qui pour l'oublier? Il se trompait... Savannah se remettait d'un an seule et ne croyant plus du tout à l'amour. Mason arrivait à lui faire croire que c'était encore possible même si elle restait méfiante. Avec lui, il n'était pas question de projets d'avenir, elle vivait leur histoire au jour le jour et était heureuse, elle n'en demandait pas plus. « Mets un terme à ça immédiatement. Je n'hésiterai pas à ruiner sa carrière. » A présent, c'était elle qui était déçue, déçue que son père en vienne aux menaces pour la forcer à rompre, alors que c'était la dernière chose qu'elle désirait. Elle était majeure, Savannah n'était même pas certaine que son père puisse réellement ruiner la carrière de Mason, mais si c'était le cas? Même s'il ne perdait pas son emploi, quelle image aurait-il auprès de ses autres élèves? Malgré ses larmes et ses arguments, Nolan ne revenait pas sur sa décision et prit soin d'annoncer lui même la nouvelle à Mason. Elle perdait un amant et son père un ami, puisqu'il refusait de le voir à nouveau. Mason avait dépassé les limites et profiter des faiblesses de sa fille, c'était la seule chose qu'il retenait de cette histoire. Et sa petite Savannah n'allait pas mieux, elle était assez faible pour céder à une histoire aussi absurde...



« My heart is beating and my pulses start Cathedrals in my heart, and we saw oh this light. I swear you, emerge blinking into to tell me it's alright. »

31JUILLET2009 ; « Je déteste ça Jeff ... Que tu m’évites ainsi du jour au lendemain ... Je n’étais pas réellement à tes trousses mais je peux m'y mettre si c'est la seule solution pour que tu m'adresses la parole. » La jeune femme lui adressait un sourire amusé mais surtout forcé. Il lui manquait énormément et s'était décidé à l'éviter du jour au lendemain. Jeff & Savannah étaient amis depuis un peu plus de deux ans maintenant, une amitié à moitié sincère puisque l'un ou l'autre voulait toujours plus. Leur problème était surtout la synchronisation. Lorsque Jeff avait fait un pas vers elle, elle tentait de se remettre de sa rupture avec Enzo et était totalement incapable de faire confiance à un homme. Quelques mois plus tard, elle avait réalisé qu'elle pourrait réellement être bien avec lui, qu'il était un peu l'homme parfait que tout le monde attendait, mais elle arrivait trop tard, puisqu'il désirait se contenter de leur amitié. Il y a quelques jours, alors qu'ils se baladaient sur le campus, Jeff s'était mit à dévoiler ses sentiments pour Savannah. Si c'était ce qu'elle avait rêvé d'entendre quelques semaines plus tôt, elle avait en tête depuis quelques jours de redonner une chance à Enzo qui lui manquait énormément. n'étant pas une menteuse, Savannah s'était confiée à Jeff pour lui répondre, comme elle l'aurait fait s'il n'était qu'un simple, sauf qu'elle l'avait blessé dans s'en rendre compte. Pourtant en embrassant Enzo le lendemain, la seule personne à qui elle avait pensé était Steevens, qu'elle avait l'impression de tromper alors qu'il n'était même pas ensembles. « Je sais que nous c'est pas possible. C'est pas que je n'ai pas envie de passer de temps avec toi. Mais je me dis que si c'est difficile pour moi qui serait prêt à pas mal de chose pour toi, alors qu'en était il pour toi? Alors, ralentir nos rencontres, ça ne pourrait juste que créer un vide pas faire plus de mal, tu comprends? » Il n'avait pas tord, c'était d'ailleurs comme cela qu'ils avaient réagit chacun leur tour depuis deux ans. Dés que l'un d'eux voulait plus, l'autre refusait et le premier finissait par s'éloigner de leur amitié pour rendre les choses plus simples. « Tu te souviens de notre dernière rencontre? Le lendemain, j'ai vu Enzo... On est rentré s’abriter chez moi à cause de l'orage et on a finit par s'embrasser... » Savannah ne parlait pas pour le blesser, pourtant elle voyait la grimace qui se dessinait sur son visage. Aussi étrange que cela puisse paraitre, c'était bel et bien Enzo qui l'avait fait réagir sur ses sentiments pour Jeff. Savy reprenait rapidement pour justifier son explication. « J’étais sure de moi et prête à lui pardonner pour qu'on soit à nouveau ensembles. Je lui ai pardonné d'ailleurs. Mais quand j'ai enfin eut ce que je voulais depuis presque deux ans, ça ne m'a strictement rien fait parce que j’étais incapable d'oublier ce que tu m'avais dit... Quand il m'a embrassé, je n'ai pensé qu'à toi et je lui ai demandé de partir. » Le visage de l'anglais s'était transformé au fil de ses paroles, pourtant il semblait toujours inquiet, inquiet de savoir si elle avait toujours des sentiments pour Enzo malgré tout. Elle ne pouvait pas lui mentir, elle en avait et en aurait surement toujours. Il avait été son premier amour et elle ne pouvait pas effacé trois ans mais elle ne l'aimait plus comme avant, elle tenait à lui, le voulait heureux mais n’espérait plus finir ses jours à ses côtés. A présent, elle se voyait simplement vivre son histoire au jour le jour avec Jeff, s'il lui permettait, et pourquoi pas finir par construire quelque chose de sérieux. Après lui avoir répondu de la manière la plus honnête possible, elle réclamait un baiser et l'anglais ne se fit pas prier pour le lui donner. Ils leur en avaient fallu du temps, mais leurs envies étaient enfin synchronisées. (le rp)

28NOVEMBRE2009 ; Depuis quatre mois, Savannah filait le parfait amour avec Jeff, ou presque. Il avait eut leur première grosse dispute qui ne s'était pas faite attendre pour une autre fille, Claire, mais au final, c'était sous l'oreiller qu'ils s'étaient réconciliés et tout allait pour le mieux. A croire qu'Enzo n'aimait pas ce bonheur naissant, puisqu'il venait de lui déballer tout ce qu'il ressentait pour elle. Il l'aimait, refusait de la laisser partir, refusait de se contenter de son amitié... Et l'avis de Savannah là dedans? Il lui disait ce qu'elle avait espéré entendre pendant un long moment, qui aurait suffit à la faire plier et se remettre avec lui, mais il était trop tard. Savy était simplement agacée et persuadée que ce discours venait surtout de sa jalousie, il refusait de la voir heureuse avec un autre, il allait pourtant devoir s'y faire, il arrivait trop tard pour changer les choses. « Je t'aimerai sans doute encore dans 10 ans mais je tiens à Jeff. Je l'aime et quoi que je puisse ressentir pour toi, il passera toujours devant tout le reste maintenant. Tu le sais et c'est exactement ça qui te dérange, que je puisse avancer avec quelqu'un, l'aimer, sinon pourquoi avoir attendu autant de temps pour me dire tout ça? Quand je pense à notre histoire je ne vois qu'un passé Nate. On a plus aucun futur ensemble, qu'on le veuille ou non ... Je veux que tu avances, que tu tombes amoureux, même si ça risque de me faire mal, mais tu le mérites. » Savannah savait parfaitement qu'elle avait jouer un rôle important dans l’échec de leur relation, avec le temps elle avait une part de la responsabilité et avait plus facile à lui pardonner. Elle tenait sincèrement à ce qu'il soit à nouveau dans sa vie en tant qu'ami, mais puisqu'il le refusait, tant pis, elle avancerait sans lui. C'était l'unique place qu'elle pouvait lui accorder... Après un instant de réflexion, il acceptait d'essayer de construire une amitié avec elle, mais il désirait quitter New York un certain temps avant cela. Malgré elle, Savannah essayait de le retenir... pendant cette rupture, elle l'avait vu plonger dans l'alcool, la drogue et n'avait jamais rien fait pour l'aider. Malgré tout, elle avait un oeil sur lui et savait qu'il s'en sortait, s'il partait, elle serait dans l'ignorance... Et puis la meilleure amie d'Enzo avait besoin de lui, tout allait mal pour elle en ce moment, il ne pouvait pas l'abandonner. Enzo 0 - 1 Savannah, puisqu'il acceptait de ne pas quitté la ville, pas tout de suite en tout cas. (le rp)



« Once upon a time, I believe it was a Tuesday when I caught your eye and we caught into something. I hold into the night, you looked me in the eye and told me you loved me »  

09DECEMBRE2009 ; Savy tournait en rond dans l'appartement en surveillant l'horloge. Si Jeff n'avait pas fait de détour après l'université, il serait à l'appartement dans quelques minutes, ce qui avait le don de l'angoisser. Ça faisait déjà trois jours qu'elle savait, trois jour qu'elle lui parlait et lui souriait comme si de rien n'était. La jeune femme craignait l'issue de cette conversation et n'avait pas trouver le bon moment pour se lancer et tout lui expliquer. Là, elle n'avait pus le choix, elle devait lui parler, parce qu'elle avait son premier rendez vous demain et qu'elle n'aurait jamais la force d'y aller seule. De plus si elle était certaine d'une chose, c'était que si elle s'y rendait seule, il lui en voudrait de n'avoir rien dit. A peine rentré, elle se lançait avant de se dégonfler une nouvelle fois. « Tu peux t'asseoir 2 minutes ? Je dois vraiment te parler... » Jeff s'installait et avait cet air inquiet qu'elle ne connaissait que trop bien. Ses problèmes de confiance perturbaient souvent leur couple, elle avait l'impression qu'il s'attendait à la voir s'enfuir dés qu'elle souhaitait lui parler un peu plus sérieusement, alors qu'elle n'en avait jamais eut l'intention. « Je sais que les examens approchent et on a vraiment besoin de se concentrer tout les deux, mais demain matin, je vais avoir besoin de toi. » Marquant une petite pause, elle prenait une bonne inspiration pour se donner du courage. « On va vraiment avoir besoin de toi en fait ... Je suis enceinte. » Elle s'en voulait à mourir de lui annoncer cela comme ça, mais Savannah n'avait jamais eut de don pour tourner autour du pot et annoncer les choses avec douceur. Ils avaient été aussi inconscients l'un que l'autre, pourtant, elle avait peur de le perdre et qu'il ne lui en veuille. Étrangement c'était là ça plus grande inquiétude pour l'instant. Elle n'avait pas peur de l'avenir, de ce bébé qui allait tout chambouler, elle s’inquiétait juste de le voir s'enfuir en courant. « Je … Il me semblait que tu m’avais dit : pas de mariage et d’enfants avant 5 ans. J’ai raté un épisode ? » Ô que non, c'était toujours ses plans de bases, qui venaient tout juste d'être ruinés... « Celui ou on apprend qu'on ne peut pas tout prévoir, peut-être... » Ils devaient d'ailleurs avoir raté le même... La réaction de Jeff la rassurait un petit peu, puisqu'il se tenait toujours devant elle. Il s’inquiétait à présent de l'avenir qu'elle s'imaginait avec cette nouvelle après seulement 5 mois de relation. « Si seulement je le savais... La seule chose dont je suis certaine c'est que je vais arrêter les entrainements, c'est surement risqué pour le bébé. Le reste, je ne sais pas... Tu sais, tu dois avoir un million de raisons de m'en vouloir, on est beaucoup trop jeunes et il y a l'université. Je ne veux surtout pas gâcher ça parce que c'est notre avenir et ton avis compte énormément. Je n'ai pas envie de penser à l'avortement... Je ne veux pas me regarder dans 10 ans dans un miroir et regretter de l'avoir fait. Je n'ai pas envie de m'en vouloir à vie pour ça. Je sais que c'est n'est pas du tout le bon timing et qu'on est pas du tout près pour ça, mais je me suis habituée à cette idée, au fond je pense même être heureuse que ça arrive. » Elle avait eut trois jours pour se faire à cette idée et même si elle ne s'imaginait pas du tout maman pour l'instant, elle savait que sa décision était déjà prise à savoir si elle le gardait ou pas. Malgré son inquiétude mais aussi sa colère qu'elle le lui aie caché pendant ces trois jours, Jeff était heureusement du même avis qu'elle : quoi qu'il arrive, ils s'en sortiraient. Liberty, leur meilleure amie commune, s'en sortait seule avec un bébé, il n'y avait pas de raison qu'à deux ils ne fassent pas aussi bien, voir mieux. (le rp)

Doucement, la panique disparaissait au fur et à mesure que les semaines passaient. Savannah savait qu'elle ferait une pause dans ses études l'année suivante pour s'occuper de la petite. Jeff lui continuerait ses études. Il avait bien sur envisagé de tout arrêter pour travailler et subvenir aux besoins de sa famille mais Savannah refusait qu'il sacrifie ses études. Grâce à l'argent de ses grands parents, ils s'en sortiraient, un diplôme était essentiel s'ils ne voulaient pas vivre sur le compte des grands-parents jusque la fin de leurs jours. Au moins de janvier, Savannah apprit qu'il s'agissait d'une petite fille, ce qui lui permettait de commencer ses achats... et pas qu'un petit peu. Tant qu'elle en était encore capable, elle tenait à décorer elle même la chambre de sa princesse avec l'aide de Jeff. Tout cela sans compter les dizaines de vêtements et de peluches en tout genre qu'elle ramenait chaque fois qu'elle s'égarait entre l'appartement et l'université.



« I'm still alive but I'm barely breathing, just prayin' to a god that I don't believe in, cause I got time while she got freedom... »

24FEVRIER2010 ; Depuis quelques semaines, Savannah et Enzo avaient repris contact. Le jeune homme était enfin prêt à se contenter de leur amitié, elle n'allait pas passer à côté de cette chance. En revanche, elle avait prit la décision de ne pas en parler à Jeff pour l'instant... La confiance n'était toujours pas le point fort dans leur couple et elle refusait qu'il s'inquiète pour cette amitié naissante. Ce n'était que cela, de l'amitié. L'homme avec qui elle allait fonder une famille d'ici 4 petit mois, c'était Jeff et les problèmes que Savy rencontrait pendant sa grossesse l'angoissait déjà assez, inutile d'ajouter Enzo sur le tapis. C'est du moins ce qu'elle avait cru bon de garder pour elle. Traversant la rue, Savannah n'eut même pas le temps de voir une voiture foncer droit sur elle. Enzo se précipitait et la poussait sur le côté, mais pas assez vite pour que la voiture l'éviter.

26FEVRIER2010 ; Sans succès, Savannah essayait d'ouvrir les yeux. La jeune femme avait l'impression que chaque cellule de son corps avaient été détruite, ne sachant même pas là ou la douleur était le plus intense. Au loin, elle entendait Jeff lui parler, elle avait envie de le rejoindre mais n'en avait pas la force. Après d'énormes efforts, elle réussissait à ouvrir doucement les yeux pour découvrir le visage de son petit ami qui semblait soulagé. De quoi? Leah n'était plus là, elle n'avait même pas eut à regardé son ventre qui avait perdu sa forme arrondie, elle l'avait sentit depuis le début, c'était peut-être ça qui l'empêchait d'ouvrir les yeux, la réalité. Elle n'avait pas su protéger leur bébé, elle l'avait tuée en était distraite. « Pardon, pardon …Je ne voulais pas… Je … J’ai pas regardé et elle est arrivée si vite, j’ai essayer de la protéger, je te le jure. » Savannah tentait de se justifier, même si aucun mot ne changerait le résultat. L'une de ses premières questions étaient de savoir si Enzo allait bien, s'il avait survécut... jamais elle ne pourrait se pardonner qu'il lui soit arriver quoi que ce soit en tentant de la protéger. La question énervait Jeff, elle pouvait le voir parfaitement, mais elle devait savoir. Une fois soulagée sur son état de santé, elle s'autorisait à fondre en larmes, à pleurer la perte de son bébé. La douleur dans sa poitrine était insupportable et les sanglots n'arrangeaient en rien sa situation mais elle n'arrivait pas à se calmer. La seule chose qu'elle pouvait faire était de se justifier tant bien que mal auprès de Jeff pour le décès de leur bébé. La conversation tournait rapidement aux règlements de comptes, suivies d'excuses, de nouvelles reproches... et de Savy qui demandait à Jeff quelques jours. Elle avait besoin de quelques jours loin de lui, loin de New York et de tout le monde, quelques jours auprès de son père qui vivait à Miami depuis plusieurs mois. Savannah se rendait compte qu'ils avaient été beaucoup trop vite dans leur histoire, jusqu'ici elle n'avait rien pu faire pour ralentir les choses mais aujourd'hui elle le pouvait en en avait besoin. Jeff ne comprenait pourtant pas la jeune femme et continuait de ramener cela à Enzo. « Tu veux une pause. D’accord, je te laisse deux jours, et tu me diras si cette pause sera éternelle ou pas. Mais avant, tu devrais savoir que je t’aime profondément, et que le fait que tu veuilles partir veut dire pas mal de choses pour moi. Du coup, je préfère te prévenir et te dire qu’il vaut mieux que tu ne me donnes plus de nouvelles si c’est pour tout arrêter un jour. Sur ce, … j’espère que ce n’est qu’un au revoir. » Sans un mot, Savannah le regardait sortir de la chambre. Sa douleur était telle que rien ne pouvait être pire, pas même de voir l'homme qu'elle aimait lui tourné le dos. Il n'avait rien compris, elle avait besoin de beaucoup plus que deux jours pour se remettre de tout ça, il ne comprenait pas qu'en lui posant cet ultimatum, il rompait avec elle, car elle ne serait pas là dans deux jours. (le rp)

04MARS2010 ; Exceptionnellement, les médecins avaient acceptés de garder le corps de sa petite fille jusqu'à ce qu'elle soit en état d'assister à son enterrement. A 5 mois de grossesse, elle était déjà un bébé, un bébé qu'elle avait aimé et Savy tenait à ce qu'elle aie son enterrement. Elle refusait de savoir qu'on avait simplement jeté le corps de sa fille, comme si elle n'avait jamais existé. En chaise roulante, c'est Enzo qui l'accompagnait durant cette douloureuse épreuve, puisque Jeff n'était pas là. Il avait refusé de venir, ce qu'elle ne pourrait jamais lui pardonner. Savannah avait besoin de lui plus que jamais et il n'était pas là, mais surtout, elle avait l'impression qu'il se fichait totalement de Leah, ce qui était bien plus grave.


austin tanel hemsworth
let's be alone together ✻ 'Cause I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm goingbBut I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead. This is the road to ruin and we're starting at the end. ✻ zaustin
Revenir en haut Aller en bas

avatar

11/04/2014
121
22ans.
Voir le profil de l'utilisateur http://mllebrightside-rpg.tumblr.com/

CE MESSAGE A ETE POSTE Jeu 17 Avr 2014 - 11:58


« If we could float away, fly up to the surface and just start again. And lift off before trouble, just erodes us in the rain. »  

17 mai 2010 ; La tête entre ses mains, Savannah ne savait pas vraiment si elle devait rire ou pleurer, tant les deux étaient tentant. Alex était allongé à côté et l'observait, l'air aussi étonné qu'elle. Finalement, elle se relevait du lit, prenant les draps avec elle pour se diriger vers la salle de bain de sa chambre d’hôtel, tant pis si elle le laissait nu et sans rien pour se couvrir dans sa chambre. Le temps qu'elle prenne une douche lui donnait un peu de temps pour retrouver ses vêtements, non? Elle trainait d'ailleurs dans sa douche, tentant de faire disparaître l'odeur d'alcool qui s'était incrustée sur elle. Finalement, après avoir brosser ses dents et enfiler une robe longue au dessus de son bikini, elle se décidait à sortir et à l'affronter. Le fait qu'Alex soit aussi gêné qu'elle était assez rassurant, même si des seules images qu'elle se rappelait, ni l'un ni l'autre n'avait été gêné hier soir, loin de là. « Je ne fais jamais ça... enfin, tu sais... tu sais que je ne suis pas ce genre de filles... ? » Elle avait commencé par une affirmation mais au final, elle se posait la question. Alex était le meilleur ami d'Enzo, il avait surement d'elle l'image que son ex avait bien voulu lui donner. Il lui confirmait avant de se lever pour se diriger à son tour vers la salle de bain. C'était tout? Fin de la conversation? Savannah ne voulait pas en rester là, parce qu'elle voulait être certaine que les choses étaient claires. Durant ce spring break, elle avait profité comme n'importe quels jeunes de son âge le faisaient et pour une fois, elle s'était laissée allée sur l'alcool. Le résultat n'était pas glorieux... « Tu vas garder ça pour toi n'est-ce pas? Je n'ai pas envie que l'Enzo l’apprenne... Pas que j'ai des comptes à lui rendre mais... » Alex lui coupait la parole pour mettre fin à son ennui évident face à la situation « Il n'en saura rien, zen. » Tout en lui adressant un clin d'oeil, il rassemblait ses dernières affaires pour se diriger à la salle de bain. Savy était maintenant rassurée. Elle n'avait pas vraiment de compte à rendre à Enzo mais il avait été là pour la soutenir pour l'enterrement de Leah. Elle lui avait ensuite à peine donné de ses nouvelles durant ces deux derniers mois, préférant prendre du recul, et pour finir, elle terminait la nuit dans les bras de son meilleur ami, alors qu'elle savait parfaitement qu'il l'attendait. Pas très glorieux. Savannah laissait un mot sur le lit à Alex en précisant qu'elle était partie à la plage et qu'ils se rejoindraient ce soir, à l'aéroport. En dehors de cette nuit, ils étaient venus ensembles au Spring Break mais profitait chacun de leur côté de ces petites vacances. (le rp)

28MAI2010 ; Depuis l'enterrement de Leah, Savy s'était plongée dans une sorte de déprime, refusant de sortir la journée. Elle ne voulait pas croiser ses connaissances qui la regarderaient avec de la pitié dont elle n voulait pas, qui lui demanderaient comment elle allait alors que la réponse était évidente. Résultat, elle ne sortait plus que le soir pour boire et oublier. Elle qui avait toujours été la petite fille studieuse, modèle qui ne touchait à rien de dangereux, avait enchainé les conneries. Si ce n'était pas l'épisode le plus glorieux de sa jeune vie, c'était sans doute celui ou elle s'était le plus amusé, sans réellement être heureuse. Le lendemain matin, la réalité la rattrapait toujours et était accompagné d'un sacré mal de crâne. Durant ce temps, elle n'avait pas cherché à savoir comment allait Jeff et avait évité Enzo, refusant qu'il la voit dans cet état. Elle lui avait pourtant demandé du temps, qu'Enzo lui avait accordé contrairement au premier, mais elle ne pouvait pas le faire attendre éternellement ou elle le perdrait lui aussi. Aujourd'hui, sans être sure d'elle, elle était prête à l'affronter et prête à donner une seconde chance à leur couple. La réaction de Jeff l'avait déçue et était impardonnable, elle ne voulait plus en entendre parler et Enzo tenait à elle, certainement plus que quiconque ne l'avait jamais fait. Avec lui, elle était certaine d'être en sécurité, d'avoir quelqu'un pour veiller sur elle même si elle n'oubliait pas l'épisode ou il lu annonçait qu'il avait passé la nuit avec une autre. Enzo habitait quelques étages au dessus d'elle, ce qui ne lu laissait pas le temps de se dégonfler. Frappant à sa porte, elle entrait immédiatement dans l'appartement et se lançait avant qu'il ne la fasse changer d'avis. « Je suis désolée d'être restée si longtemps sans donner de mes nouvelles et sans prendre des tiennes mais je ne voulais pas que tu vois l'état dans lequel j'étais. J'ai mit beaucoup de temps et je sais que j'arrive peut-être trop tard, j'espère que non parce que je viens de prier pendant 2 heures que tu ne sois pas avec une autre, d'ailleurs s'il y a une autre arrête moi toute suite, ça m'éviterait de me ridiculiser ... » Elle voyait très bien qu'il ne comprenait pas son intervention, qu'il n'avait pas tout suivit vu son débit rapide de paroles, mais il hochait la tête de droite à gauche pour lui confirmer qu'il n'y avait personne d'autre, ce qui était suffisant. « Je veux qu'on essaye... Je veux vraiment qu'on essaye à nouveau mais je vais mal Enzo ... Je ne pouvais pas attendre plus longtemps pour venir te voir parce que j'avais peur de te voir disparaitre de ma vie encore une fois, mais je ne suis pas sure d'être prête pour tout ça, pour nous ... Je sais que les choses ne vont pas s'arranger du jour au lendemain mais je te jure que je vais tout faire pour aller mieux. Elle savait que son ex petit ami avait eut des problèmes avec l'alcool et la drogue et refusait de l'entrainer au fond du gouffre une seconde fois avec elle. La motivation était là pour arrêter toutes ces conneries, mais elle n'était pas certaine d'y arriver, car même si le réveille était douloureux, l'espace d'une soirée elle oubliait sa douleur, ce qui était déjà plus que ce qu'elle n’espérait. Elle changeait d'avis en quelques secondes à peine. Dés la fin de son discours, elle avait proposé à Enzo de la conduire en centre de désintoxication... c'était des grands moyens, mais au moins elle était certaine d'être soignée. Pourtant, une fois qu'il posait ses lèvres sur les siennes, elle ne pouvait s'imaginer seule entre quatre mur blancs, sans lui à ses côtés. Au fond, avec son soutient, elle savait qu'elle y arriverait avec ou sans médecins, pour eux. A croire que son petit côté auto-destructeur était quand même bel et bien présent puisqu'elle ruinait ce petit moment romantique pour tout avouer sur le Spring Break. Si elle devait le perdre, autant que ça arrive avant même qu'elle ne l'ai vraiment récupéré, puisqu'elle était incapable de lui mentir et tôt ou tard, il apprendrait la vérité. Après un instant de silence et de colère, il finissait par admettre qu'ils n'étaient pas ensembles, qu'il ne pouvait pas lui en vouloir et qu'ils devaient vraiment oublier le passé s'il tenait à ce que cette relation soit un succès. (le rp)

18AOUT2010 ; Depuis quelques jours, Savannah et Enzo étaient à Paris dans l'appartement de la meilleure amie du jeune homme. Celle-ci vivait à New York mais était française d'origine et avait accepté de leur prêter pour s'évader un peu de la grosse pomme, rien que tous les deux. Dans quelques jours, ils feraient leurs affaires et s’envoleraient pour Dubrovnik, ville natale de Savannah, pour découvrir ce pays pour la première fois. Elle n'en avait que très peu de souvenirs et ceux-ci se limitaient généralement aux photos que ses parents avaient pu lui montrer, elle avait hâte d'y être. Soleil, plage et rien qu'eux, qu'est ce qu'elle pouvait demander de plus? Enzo semblait pourtant d'humeur a tout perturbé, a bousculé cette petite tranquillité. Lorsqu'elle le rejoignit au salon, prête pour un nouveau tour de ville, il se mit à parler à n'en plus finir. « Tu sais, enfin, je t’ai dit que je ne supporterais pas de te perdre une nouvelle fois, que tu devras supporter encore longtemps mon manque de maturité et encore bien d’autres défauts qu’il te reste encore à découvrir. Mais … On est resté ensemble pendant trois ans, on s’est aimé et bien qu’on se soit quitté, je n’ai jamais cessé de t’aimer. D’ailleurs, je pense que je te l’ai dit assez souvent depuis. Tu es revenue et malgré les révélations que tu m’as faites, je te fais une confiance aveugle. » Savy serrait la mâchoire, repensant à sa nuit avec Alex qu'elle regrettait sincèrement. Si Enzo ne lui en voulait pas à elle, il y avait un froid indéniable avec son meilleur ami. « Tu vois, j’ai réalisé que je pouvais te perdre n’importe quand, n’importe où et de n’importe quelle manière. Mais je n’ai pas envie de ça. Je veux bien plus. Je te veux toi, pour le restant de mes jours, dans toutes les galères comme dans tout les moments de bonheur que nous pourrons partager. Je n’ai rien d’autre à t’offrir que mon cœur, moi tout entier et je veux simplement vivre ma vie avec toi. Tu fais de moi une personne meilleure, assurément. J’aimerais me réveiller chaque matin à tes côtés, caresser ton visage, exprimer à quel point je t’aime et que malgré tout, ces mots ne sont pas suffisant. Je veux te voir heureuse, épanouie, sourire même si parfois, la vie ne nous veut pas de cadeaux. Je suis très mauvais parleur, c’est incroyable ! Mais Loan, veux-tu devenir ma femme ? » Loan... Nate... A croire que lorsqu'ils étaient ensembles, ils n'étaient plus vraiment les mêmes. Ils avaient pris l'habitude de s'appeler chacun par leur second prénom et même si généralement on les regardait de travers, ils n'avaient pas changé cette habitude. Le coeur serré, Savannah avait l'impression de perdre pieds, d'être prête à tomber. Elle était immobilisée et incapable de faire le moindre geste ou de formuler une réponse tant il la prenait au dépourvu. Ils n'étaient ensembles que depuis trois mois... « Je ... on parlait d'y aller doucement ... Je ne veux pas tout gâcher, je ne veux pas te perdre. » Cette dernière année lui avait prouvé que se précipiter ne servait à rien. elle avait cru tout obtenir en un temps record, mais elle avait tout perdu en une seule nuit, ce qui était encore plus rapide. Enzo semblait pourtant avoir oublier cette résolution... Savy avait pourtant l'impression qu'elle allait le perdre si elle refusait, d'une manière comme d'une autre leur histoire allait prendre un virage à 180 degrés, elle avait simplement à choisir la direction. « Tu es très bon parleur, rassure toi. Pour le formuler de manière "officielle" même si tu l'as compris, oui... Je serai la plus heureuse le jour ou je deviendrai ta femme. » Elle ne disait pas oui au petit ami avec qui elle sortait depuis à peine trois mois, mais bien à son premier amour, à celui qu'elle avait aimé plus que personne pendant trois ans. « Je suis désolée pour ma réaction ou plutôt ma non-réaction. Tu m'as un peu prise de cours, c'était la dernière chose à laquelle je m'attendais... Si c'était ton but, tu as parfaitement réussit. En attendant, je ne trouve même pas mots, à part oui... Oui et je t'aime mais ça tu le sais déjà... Je suis totalement effrayée par ta demande, non pas parce que je doute de nous mais parce que je ne veux surtout pas qu'on brule des étapes, je ne veux prendre aucun risque de te perdre mais je t'aime et il y a trois ans, je pouvais déjà affirmer qu'un jour, je serais madame Sheppard, alors dans un mois ou dans dix ans, ça ne change rien... Je nous fait confiance. » Maintenant qu'elle lui avait confié ce qu'elle avait sur le coeur, elle pouvait enfin le laissé passer cette magnifique bague de fiançailles autour de son annuaire, avant de plonger dans ses bras pour l'embrasser. Pour sa fille, elle s'en voulait d'être heureuse à ce moment précis, elle n'avait pas l'impression d'en avoir le droit, pourtant elle l'était, réellement. (le rp)

24AOUT2010 ; Comme toujours, l'enthousiasme prenait le dessus et effaçait vite fait cette résolution d'y aller doucement, de préparer le mariage calmement. Le jour même, Savannah téléphonait à June, Dylan et Liberty pour les avertir, la dernière étant, en plus de sa meilleure amie, la demi soeur du futur marié. Tant pis si Enzo voulait le lui annoncé lui même, c'était fait. Savannah décidait d'ailleurs de zappé leur passage en Croatie pour rentrer préparer un mariage exprès pour la fin du mois. Deux semaines pour préparer un mariage de rêve, mission impossible. Pourtant, les filles étaient tout aussi motivées qu'elle a tout organisés, au point de ne pas oublier l’essentiel : son enterrement de vie de jeune fille. D'après June, le planning était parfait et elles pouvaient toutes s’éclipser deux jours à Vegas sans que le retard ne s'accumule pour la cérémonie. Elles zapperaient simplement la partie " répétitions ", l'improvisation avait elle aussi son charme. « LES FILLES NOUS Y VOILA VEGAS ! » Euphorique, June levait sa coupe de champagne pour trinquer avec les autres filles présentes. « LOAN SAVANNAH BARAC EX STEEVENS FUTURE SHEPPARD j'espère que t'es prête à t'éclater à fond ! Babe tout ce qui se passera à Vegas restera à Vegas okay ?» Rapidement, les pompiers sexy entraient dans les conversation et elle entendait parlé de Casino. Le premier était hors de question, si les filles voulaient se faire plaisir : go for it, mais elle n'était pas là pour ruiner sa relation avec Enzo avant de lui avoir dit oui ! En revanche le casino était son pêché mignon et la golden card de Gabrielle n'allait surement pas arrangé les choses. Quoi qu'il en soit, la soirée était parfaite, elles avaient les amies les plus parfaites qu'il existe : rapides, enthousiastes et douées, avec un don pour organiser les choses en un temps record, sans oublier les détails. (le rp)

31AOUT2010 ; « Je publie les Bans de Mariage entre Enzo Nathaniel Sheppard et de Loan Savannah Barac. Si l'un d'entre vous peut donner une raison valable qui s'oppose à ce que ces deux personnes soient unies par les liens sacrés du mariage, qu'il le déclare. Je le demande pour la première, deuxième, troisième fois. {...} » Ça y est, le jour J était arrivé, beaucoup plus vite que prévu. Savy n'avait pas eut droit aux nombreux mois d'angoisse qui précédent le mariage, aux détails à régler avec le traiteur ou encore aux doutes sur sa décision. Tout avait été si vite qu'ils s'étaient contenté de la seule salle disponible, du premier grand traiteur qui avait accepter de préparer un menu aussi vite... mais surtout d'un mariage en toute intimité avec seulement la famille et leurs amis les plus proches. « Veux-tu prendre cette femme pour épouse légitime, et vivre avec elle selon la loi de Dieu, dans le saint état du mariage ? L'aimeras-tu, la consoleras-tu, l'honoreras-tu, dans la maladie, comme dans la santé, et renonçant à toute autre union, lui resteras-tu fidèle jusqu'à la mort ? » Loan écoutait à peine le blabla habituel du curé et se contentait d'observer son futur époux pour y déceler le moindre doute. Rien. Enzo répondait le célèbre " oui je le veux " sans le moindre doute, coupant presque la parole au maire. Il répétait ensuite les phrases que ce dernier lui soufflait avant de lui adressé un bref sourire. C'était maintenant à elle que la question s'adressait. Le coeur serré, elle répétait à son tour les phrases que toute mariée avaient du un jour répéter. « Moi, Savannah Loan Barac te prend toi, Enzo Nathanaël Sheppard, pour époux légitime, à partir de ce jour, pour le meilleur et pour le pire, dans la richesse et dans la pauvreté, dans la santé et dans la maladie, pour t’aimer et chérir jusqu’à ce que la mort nous sépare, selon le décret de Dieu et je t’en donne ici ma foi. » Elle n'avait aucune doute sur ses sentiments, mais arrivait à peine à croire qu'elle se tenait devant lui aujourd'hui, prête à prendre son nom. Si elle remontait un an plus tôt, elle aurait pris pour fou toute personne insinuant que cela pouvait arriver. Elena leur tendait le petit coussin contenant leurs alliances, qu'ils se passaient chacun leur tour autour du doigt avant de sceller leur union par un baiser. Tout avait été préparé à la va-vite mais ils n'avaient pas loupé les traditions, la fête pouvait à présent commencer. (le rp)

04NOVEMBRE2010 ; Le bonheur était de courte durée. Après le mariage, Savannah s'enfermait à nouveau dans un petit cocon avec Enzo, celui qui les avait garder loin des autres pendant trois ans lors de leur première relation. Ils emménageaient dans la maison offerte par les grands parents de Savy et s'installaient doucement. Pourtant, quelques semaines à peine après le mariage, Enzo commençait à déserter la maison, à rentrer tard... pour finir par ne rentrer que le lendemain matin. Elle l'avait su au moment ou il avait posé un genou à terre pour lui demander de l'épouser : ils allaient trop vite. Il ne s'en était pas rendu compte sur le coup et Savy était persuadée qu'il se prenait une bonne claque maintenant, réalisant que se marier si vite n'avait pas été un si bon choix. Malgré leur dispute, il continuait de lui affirmer qu'il ne regrettait pas leur union, qu'elle devait arrêter de le souler avec ça mais qu'est ce qu'elle pouvait bien faire d'autres, en dehors de râler? Quand il prenait la peine de rentrer, il sentait la cigarette et était à moitié défoncé par la soirée précédente. Le pire était qu'il rejetait totalement son aide. Aujourd'hui, elle avait prévu de passer la soirée avec ses amies, histoire de ne pas rester seule comme d'habitude à l'attendre désespérément. Quand il se pointait à la maison, elle lui précisait d'ailleurs qu'il avait intérêt à prendre une douche et faire bonne impression ce soir, ou qu'il parte, l'un ou l'autre mais elle ne voulait pas que les gens voient qu'ils avaient eut raison depuis le début. Le pire dans tout cela était qu'il osait encore lui demander ce qu'il se passait et le pourquoi de sa colère. « Il se passe que t'es exactement l'enfoiré que tout le monde a toujours vu en toi, il n'y avait qu'une conne pour ne pas le voir et tu sais je commence à me dire qu'ils avaient tous raison pour le mariage. Est ce que j'ai été totalement inconsciente de te dire oui Nate? Réponds moi parce que c'est exactement ce que je me dis en ce moment : Que je n'ai rien à faire avec toi, que tu ne me mérites pas parce que même si je ne suis pas l'ange Gabrielle, je vaux mieux que ça! » Elle ne savait plus quoi faire et regrettait sincèrement de lui avoir dit oui à ce jour. Elle avait été sincère dans ses sentiments mais elle ne pouvait plus supporter un homme drogué qui la dégoutait littéralement. Est-ce qu'au moins il lui était toujours fidèle? Parce que c'était bien une blondasse qui l'avait ré-entrainer dans toutes ces conneries et même s'il lui jurait qu'il n'y avait rien du tout avec elle, Savy n'arrivait plus à lui faire confiance. La conversation se finissait sur un ultimatum : soit il changeait et faisait des efforts pour leur mariage, il l'autorisait à l'aider et suivait une cure, soit il continuait de sortir, de déconner et elle ne voulait plus entendre parler de lui. Claquant la porte derrière lui, il la laissait seule réalisé qu'à 24 ans, elle pouvait déjà se considéré comme divorcée après seulement trois mois de mariage. (le rp)



« My soul is broken, streets are frozen, I can't stop these feelings melting through and I'd give away a thousand days, oh
just to have another one with you. »

11JANVIER2011 ; Avançant un pas après l'autre, lentement, les mains sérrés autour de son bouquet, Savannah fixait l'autel pour ne croiser aucun autre regard. Le simple fait de prononcer le mot " mariage " était à présent difficile pour elle, y assister était pire. Liberty n'y était pourtant pour rien dans sa rupture avec Enzo et Savy ne pouvait pas lacher sa meilleure amie le plus beau jour de sa vie. Du moins ce qu'il était supposé être puisque Savy n'y croyait plus du tout. En tant que meilleure amie, elle ne pouvait même pas se faufiler dans un coin et tenté d'échappé à la cérémonie, puisqu'elle était également demoiselle d'honneur, tout comme Liby l'avait été à son mariage. Savy s'estimait simplement heureuse que son ex mari, et demi frère de la future mariée, n'ai même pas pris la peine de se déplacer pour ce jour spécial. Elle avait également pris sur elle pour ne pas donner d'onde trop négative à Liberty mais après tout leur situation était semblable. Lorenzo l'avait déçu et était finalement ré-apparu pour poser un genou au sol et en faire sa femme, il y avait de quoi lui conseiller d'y réfléchir à deux fois. Elle ne l'avait pas fait, préférant faire confiance à l'instinct de sa meilleure amie et surtout ne pas jouer les trouble fête. Et puis Lorenzo était également l'un de ses meilleurs amis, il avait intérêt à ne pas la faire souffrir. Arrivée à l'autel, elle se plaçait légèrement en décalage par rapport à Amy pour se retrouver en face à face avec Jeff. Depuis le décès de Leah, ils s'étaient vu très rarement mais au final, il n'y avait plus vraiment de froid entre eux. jamais elle ne lui pardonnerait, mais elle se devait d'aller de l'avant et n'avait donc pas envie de perdre sa vie à le détester. Elle avait d'ailleurs jouer à la fausse petite amie parfaite lors du réveillon de noël, puisque Jeff n'avait jamais avoué leur rupture à ses parents. Si seulement ils savaient tout ce qui s'étaient passé depuis... soit, elle avait accepté, pour lui rendre service mais aussi pour ne pas passer son réveillon seule, cloitrée dans cette grande maison qu'elle avait à la base eue pour s'installer suite à son mariage. En arrivant, elle avait eut la grande joie de découvrir que Mason n'était autre que le nouveau colocataire de Jeff, détail qu'il n'avait pas jugé bon de lu fournir lors de leur rencontre quelques jours plus tôt. Jeff lui ignorait tout de son histoire avec Mason et était donc pardonné sur le coup, contrairement à ce dernier qui savait parfaitement l'histoire que Savy avait eut avec lui. Jeff n'ayant pas expliqué à son colocataire qu'il s'agissait simplement d'une mise en scène, la soirée virait vite au petites remarques par ci par là qui n'avaient fait qu'amusé Savannah. (le rp) Soit, elle était donc présente ici sans avoir de mal à supporter la présence de son ex petit ami, il en était presque un soutient parmi cette foule de personne qu'elle ne connaissait pas vraiment. Le mariage se déroulait tout naturellement avant de finalement rejoindre la salle ou la fête était prévue. Un pas en entrainant un autre, Savannah finissait par s’éclipser en compagnie de Jeff après lu avoir accordé une danse. En quelques minutes, ses lèvres se posaient sur les siennes, laissant Savannah tenté de survivre aux petites décharges électriques qui lui parcouraient tout le corps : l'espace d'une soirée, ils oubliaient le passé, le futur et voulaient simplement profiter de ce moment réunit. Il n'y en aurait pas d'autres, elle savait parfaitement que demain matin, il ne serait plus à ses cotés mais ça n'avait aucune importance, ce soir il n'aurait pu être plus proche qu'il ne l'était. La chance était de leur côté puisque la fête se déroulait au Carlisle, ils n'eurent donc qu'à s’éclipser discrètement quelques étages plus haut pour se donner l'un à l'autre. « Pense à la survie de ma robe, je devrai la remettre. » furent les seules paroles qu'elle lui glissait avant de s'accaparer à nouveau de ses lèvres. Même là, elle n'en oubliait pas la fortune que celle-ci lui avait couté mais surtout le fait qu'après ce petit moment à deux, ils devraient rejoindre les autres invités comme si de rien était, avec une robe déchirée ça ne serait pas facile. L'alcool aidait sans doute beaucoup, mais c'était indéniable, ils en mourraient tous les deux d'envie. (le rp)

12MARS2011 ; L'histoire se répétait, mais Savannah allait tout faire pour lui donner une autre fin. Lorsqu'elle avait perdu Leah, sa gynécologue lui avait dit que l'accident n'en était pas la seule cause, que son utérus avait un problème qu'elle ne pouvait soigner par un traitement. Elle avait perdu sa fille, mais par la même occasion, elle apprenait qu'elle ne serait sans doute jamais maman. Savy avait dés lors décidé d'arrêter de prendre sa pilule pour mettre toutes ses chances de son côté. Certes avoir un bébé n'était plus sa priorité mais elle ne supportait pas l'idée de ne jamais être maman. Il faut croire que cela avait payé... depuis le mariage, elle avait de nombreuses nausées qu'elle avait reporté sur sa tendance à abuser de l'alcool ces derniers temps. Tellement qu'elle avait fini par se réveiller aux côtés d'Andrea, le meilleur ami de Jeff. Sur le coup, Savannah était honteuse mais se disait surtout qu'une fois soule, elle était fortement attiré par les meilleurs amis de ces exs. La différence avec Alex était qu'Andrea n'avait jamais eut de vue sur elle et c'était donc contenté de l'allonger. Suite à cette nuit, bien qu'il ne se soit rien passé, elle avait décidé de se calmer et les nausées ne s'étaient pas arrêtées. C'est finalement Dylan qui lui avait suggéré le fait qu'elle puisse être enceinte à nouveau. En plusieurs mois, elle n'avait passé qu'une seule nuit avec Jeff et n'avait donc pas envisagé cette possibilité, qui semblait pourtant être la bonne. Après 3 tests positifs, elle se décidait à appeler Jeff pour qu'il la rejoigne l'appartement. Comme la première fois, elle appréhendait sa réaction, sauf que cette fois-ci, elle n'avait plus rien à perdre... qu'il en veuille ou non, elle élèverait ce bébé, elle ne lui demandait rien. Avec les années, elle gagnait un peu de délicatesse et pris donc du temps avant de le lui annoncer. « Je t'ai demandé de venir pour parler du mariage... Je sais qu'on a parlé de se concentrer uniquement sur le moment présent, pas de passé, pas de futur... C'était une erreur. Je ne parle pas de ce qui c'est passé mais plutôt de faire comme si de rien n'était. On ne peut pas faire comme si rien n'avait changé, qu'on le veuille ou non, il y a toujours des conséquences... » En douceur, elle espèrait ne même pas avoir à prononcer la phrase fatidique mais elle se loupait et de loin : Jeff l'a pensait atteinte d'une quelconque maladie attrapée durant son mariage avec Enzo. « Après avoir divorcée, tu as … ? … Non, mais je veux dire, tu as attrapé quoi, enfin c’est grave comment comme conséquence ? » Sans prendre la peine d'écouter la suite, il se rassurait sur le fait que ces choses là ne s'attrapait pas toujours, qu'il n'avait peut-être rien eut, après tout ils n'avaient passé qu'une seule nuit ensembles. Qu'il se pense immunisé et rassuré l'énervait, en somme elle avait l'impression de pouvoir mourir du sida qu'il n'en avait rien à faire tant qu'il n'était pas atteint. « Après toi, il y a eu que Sienna, et on a toujours été prudent de ce côté-là. Après ce qui était arrivé à Leah, tu vois, je n’avais pas vraiment envie d’être de nouveau l’homme qui a mis sa copine enceinte… » Pour en ajouter une couche, il se justifiait sur ses relations sexuelles, comme si le problème venait de toute façon d'elle. Cette fois-ci, elle ne pouvait rester focalisée sur le sujet principal sans réagir à ce qu'il lui disait. C'était également une bonne excuse pour le lui annoncer sans tourner autour du pot... « Tu parles comme si je te l’avais reproché ! De m’avoir mise enceinte… Je l’ai jamais fait, je ne le ferai jamais malgré la fin qu’on connait tous ! Mais bon c’est clair, un stress ça t’a suffi, t’en voulais pas, autant éviter que ça arrive de nouveau un jour... Tu devrais d’ailleurs y réfléchir à CHAQUE fois…» Lors du mariage de Liberty, ni l'un ni l'autre n'avait cherché à se protégé, sans doute qu'il pensait qu'elle prenait toujours la pilule et qu'il n'avait pas jugé bon de se protégé contre autre chose. Quant à Savannah, elle n'avait tout simplement aucune excuse, elle avait savouré cet instant sans réfléchir à quoi que ce soit d'autre. Après une longue discussion, elle se retrouvait assise sur le siège passager à côté de Jeff pour se rendre à sa première visite. Ils n'étaient certes pas ensembles, mais il voulait avoir une part entière dans la vie du bébé, chose qui la rassurait un peu. Une nouvelle n'arrivant pas sans une autre, le médecin les pris tous les deux de cours durant la visite. Ses réflexions les faisaient paniquer l'un comme l'autre sur la santé du bébé, alors qu'ils n'avaient aucune raison de s’inquiéter. « Vous voyez là ? C’est la tête. Là, le cœur, il bat tout à fait normalement, ce bébé est en pleine forme. Et là… c’est l’autre cœur qui bat tout aussi bien. » L'autre coeur... Savannah observait l'écran en plissant les yeux, comme si elle pouvait y découvrir une quelconque faille. Elle ne voyait pourtant rien, ni un cœur ni l'autre d'ailleurs tant c'était petit, mais cette femme avait des années d'études derrière elle et n'affirmait surement pas cela au hasard. Deux bébés, soit deux fois plus de risques pendant sa grossesse... mais aussi deux fois plus de bonheur. Savannah avait tant attendu le moment ou on lui apprendrait qu'elle était enceinte que rien ne pouvait venir heurté son excitation et sa joie. (le rp)

10SEPTEMBRE2011 ; L'air grincheux de Jeff quand elle le reveillait en pleien nuit était habituelle, sauf que pour une fois, Savannah n'était pas en plein caprice. Son but n'était pas de le paniquer mais bien de le secouer, car elle tenait à accoucher entourée d'une équipe de médecin et non dans sa chambre. « La valise des petits et la mienne sont dans la chambre de la petite, sans te brusquer, faut y aller, là... » Sa phrase eut le don de le secouer. Pendant qu'il parait chercher leurs affaires, Savy tentait quand même bien que mal de mettre quelque chose à ses pieds, ce qui était devenu mission impossible depuis plus d'un mois. Elle avait prier pour un accouchement en avance puisqu'il était assez rare de mener une grossesse gémellaire à terme mais il faut croise que les siens se plaisaient bien là ou ils étaient. Résultat, elle ressemblait réellement à une baleine depuis de nombreuses semaines, elle n'imaginait même pas à quoi ressemblerait son ventre une fois que les petits seraient. Là n'était pas la question du jour. Malgré son envie de se précipiter, elle n'avait d'autre choix que d'attendre que Jeff vienne lui porter main forte pur se lever et arriver à la voiture. Une fois aux urgences, c'est Serena qui pris soin d'elle, à croire que le sort s'acharnait sur elle. Savy devait bien apprendre à l'apprécier et se rassurer, le problème était qu'elle avait toujours été jalouse de sa relation avec Jeff et qu'elle n'était plus sure du tout de la sienne. Ils étaient à nouveau ensembles mais souvent, elle se disait que c'était uniquement pour les petits, après son mariage avec Enzo, ça ne pouvait pas être pour elle. Soit, qu'elle le veuille ou non, Serena serait dans la salle d'accouchement et l'une des premières à voir ses petits, ce qui tombait plus ou moins bien. Au début de la grossesse, Jeff avait décidé qu'il choisirait les parrains et Savy les marraines. Il avait souvent suggérer Serena mais c'était son choix et l'italienne n'était pas vraiment dans sa top-liste. « Jeff aimerait que tu sois la marraine de la petite... C'est surement un peu tard pour le demander, mais tu lui ferais plaisir, en acceptant. » Savannah prenait vraiment sur elle, sacrifiant par la même occasion Dylan qui était la première personne à qui elle avait pensé, en dehors de Liberty qu'elle avait choisie comme marraine pour leur petit garçon. Ce geste n'était là que pour faire plaisir à Jeff, Savy comprenait parfaitement que si elle acceptait, Serena serait présente à chaque moment important de la vie des petits, elle espèrait donc ne pas avoir fait de mauvais choix. Jeff avait choisi le petit frère de Savy comme premier parrain, sans doute parce qu'il savait que c'était ce qu'elle avait toujours voulu, et son meilleur ami, Andrea comme second parrain. Finalement, la brunette acceptait juste à temps avant que Savy ne pousse un nouveau cri de douleur. L'équipe arrivait enfin dans la salle d'urgence, accompagné de Jeff qui jusqu'ici cherchait une place de parking. Après sept heures de travail, elle pouvait enfin tenir ses petits princes dans ses bras : Aloysia Serena Steevens et Luca Andrea Steevens. (le rp)




« I won’t soar, I won’t climb, if you’re not here, I’m paralyzed without you. I can’t rest, I can’t fight, all I need is you and I. »  

14OCTOBRE2011 ; Un mois seulement après la naissance des jumeaux, Savannah et Jeff décidaient de partir pour un mois à Londres, ou les parents de Jeff vivaient toujours. Savy refusait de s'y installé définitivement, mais il était normal que Jeff tienne à ce que ses parents profitent eux aussi des petits. Ce mois passé, ils décidaient de s'installer pour quelques temps à Miami, suite à la proposition du père de Savy. Certes, ils s'éloignaient un peu de leurs amis, mais ils étaient tout deux conscients de leur besoin de se retrouver un peu tous les deux - ou plutôt tous les 4 -. Le décors paradisiaque était d'ailleurs assez tentant pour élever les petits et ne jamais rentrer à New York, chose que Savannah envisageait de plus en plus. Jeff avait pourtant raison, tout leur entourage était à New York et il faudrait rapidement rentrer. Finalement, ils se décidaient pour le mois de février, quand les petits auraient six mois, histoire de profiter encore un petit temps du soleil mais surtout de son père qui lui manquait beaucoup.

12JANVIER2012 ; La tempête faisait rage sur les côtes et les avaient pris au dépourvu. Rapidement, Savannah laissait sa place passager vite pour s'installer entre les deux maxi-cosi des petits à l'arrière de la voiture. Sa présence ne changeait rien mais elle les sentait plus en sécurité si elle était à ses côtés. Les annonces à la radio conseillait à tout le monde de quitter la route le plus rapidement possible, hors c'est à peine s'ils avançaient à du 20 kilomètres heure. C'était à ne rien y voir et ils préféraient de loin se retrouver en pleine tempête mais dans la voiture, plutôt que de prendre des risques en accélérant. L'un comme l'autre était en fait dangereux mais il fallait bien faire un choix. Il faut croire que les autres automobilistes n'avaient pas le même avis qu'eux sur la questions. Son seul réflexe fut de poser chacun de ses bras sur les petits quand une voiture les heurtait par la gauche à une vitesse folle par ce temps. Sonnée par les coups qu'elle avait reçu à la tête, Savannah mit plusieurs secondes à reprendre ses esprits, les cris des petits la ramenant à la réalité. [olor=hotpink]« Non... non... Jeff? »[/color] Tout en l'appelant, elle se hâtait pour se détacher et sauter sur Aloysia pour voir comment elle allait. La petite hurlait mais Savy tentait de se rassurer, c'était du au choc, elle ne semblait pas avait été choquée. En voyant le bras de Luca, elle ne put retenir un cri, ayant l'impression que celui-ci était carrément retourné. Le pire était qu'elle avait assez entendu à la télé qu'il ne fallait jamais bougé un blessé de la route, elle ne pouvait ni le décoincé, ni le prendre dans ses bras pour le rassurer. Au loin, les sirènes se faisaient déjà entendre, même si elle savait parfaitement qu'on allait de suite venir les aider, elle ne pouvait s'empêcher de lancer des « A l'aide ! » Répétitifs et désespérés pour qu'on vienne sortir son fils de là. Le bras de Luca l'avait tellement impressionnée ainsi que leurs cris à tous les deux qu'elle en avait oublié de vérifier l'état de Jeff qui n'avait encore rien dit. Savy tentait tant bien que mal d'y voir quelque chose, dernière chose qu'elle aurait du faire vu l'image abominable qui s'offrait à elle. « Jeff réponds moi, je t'en supplie... Jeff ! Les petits vont bien, tout va bien aller... Jeff ! les secours arrivent... Jeff fait moi juste un signe, je t'en supplie... » L'une de ses jambes étaient totalement écrasée sous la portière et il perdait beaucoup de sang, même si elle n'arrivait pas à bouger assez pour voir d'ou il provenait. Savy mourrait d'envie de le secouer pour qu'il lui répondre mais osait à peine le toucher de peur d'aggraver son cas. Elle déposait un baiser sur sa joue avant de bouger de nouveau un peu vers l'arrière pour caresser doucement les mains des petits. C'était suffisant pour calmer Aloysia, mais pas assez pour diminuer la douleur de Luca qui hurlait de plus belle. Elle voyait enfin les sirènes l'éblouir et une dizaine de personnes s'approcher de la voiture. Le pompier ouvrait la portière arrière droite, celle qui n'avait absolument rien et commençait déjà à détacher Aloysia de son siège. « Madame, pouvez vous bouger? » Doucement, elle se redressait un peu plus, sans lâcher la main de son fils pour autant. « Elle n'a rien, je pense qu'elle va bien... mais le bras du petit est totalement écrasé, mon fiancé ne répond pas, il perd beaucoup de sang, sortez les de là, je vous en supplie... » Bien qu'ils soient là pour aider, Savannah eut du mal à les voir emmener Aloysia, dont les cris reprenaient de plus belle, au loin. « Madame, on va s'occuper d'eux, vous devez sortir de la voiture... » Hochant la tête, elle n'en avait pourtant pas la force, était même incapable de déceler un visage, elle n'entendait plus qu'une voix et sentit finalement des bras qui la portait au loin. Lorsqu'elle ouvrit les yeux à nouveau, elle se trouvait toujours sur les lieux de l'accident mais était attachée à une civière. « Votre fils a été extrait de la voiture madame, l'ambulance part pour l’hôpital immédiatement ainsi que la votre, nous faisons de notre mieux pour extraire votre mari. » Elle n'eut même pas le temps de protester que déjà les doubles portes de l'ambulance se refermaient et elle démarrait. Elle ne savait même pas ou était sa place actuellement, celle qu'elle avait envie d'avoir entre ses enfants transférés à l’hôpital et Jeff toujours coincés dans la voiture.

Dés son arrivée, on l'emmenait dans une chambre aux urgences ou se trouvaient Aloysia, à son plus grand soulagement. Aucune trace de Luca en revanche. « Je suis le docteur Dixon, votre princesse va bien. On lui a fait les premiers examens et tout semble en ordre, dés qu'on se sera occupé de vous, nous lui ferons des tests approfondis pour être certains de ne pas passer à côté de quelque chose. » Savannah se contenté de hocher la tête à tout ce qu'on lui disait, prise d'une énorme migraine dont elle se moquait éperdument mais qui l'empêchait de garder sa concentration. « Comment va son frère? J'ai le droit de la prendre? Et son père... il était toujours coincés quand nous sommes partis, j'aimerais savoir com... » Levant une main, le médecin lui faisait signe de ralentir les questions, même s'il avait un regard plein de compassion. Des femmes totalement en panique, il en voyait sans doute défiler tous les jours, ce n'était que la routine pour lui. « Il vaut mieux que vous ne la souleviez pas pour le moment. Vous avez de nombreux coups au visage, on va d’abord vous faire un IRM et quelques examens, pour s'assurer qu'il n'y a rien de plus grave. Votre fils va avoir besoin d'une petite opération pour replacer correctement son tendon autour de l'os, rien de grave, tout ira bien, vous avez ma parole. Lorsque vous êtes arrivés, les pompiers venaient d'extraire votre mari du véhicule, il devrait arrivé d'ici quelques minutes. Je comprends votre inquiétude, mais le mieux est de s'assurer avant tout que vous n'avez rien de grave, je vais vous emmener avec moi au scan, Lydia s'occupe de votre fille. » il lui désignait l'infirmière qui se trouvait déjà autour du petit lit destiné au bébé dans lequel se trouvait sa fille. Son fils était en salle d'opération, son fiancé - et non mari - était dans un état qu'elle n'osait même pas imaginé et il lui demandait de la suivre pour un simple scanner? Savy savait pourtant que c'était la meilleure façon d'en finir, d'être de retour au plus vite à leurs côtés. En tant qu'accidentés de la route, elle passait en priorité devant toutes les personnes qui attendaient déjà. Cet examen était assez stressant, le fait d'entrer dans ce tube lumineux ne la rassurait pas le moins du monde, mais de quoi pouvait elle se plaindre, elle était sur pieds elle. Dés l'examen terminé, on la ramenait aux urgences, toujours en chaise roulante en prenant soin de fermé la porte derrière elle pour qu'elle n'ai aucun contact avec le couloir. Ce même couloir das lequel tout s'agitait, dans lequel venait d'arriver Jeff, elle en était certaine. « Je sais que c'est beaucoup vous demandez, mais vous devez rester calme. Ils font leur boulot, dés qu'ils en sauront plus sur lui, ils viendront vous avertir. Dois-je prévenir quelqu'un? » Jusqu'ici, cela ne lui avait même pas traversé l'esprit mais elle avait besoin de quelqu'un, quelqu'un qui pourrait prendre soin des petits pendant qu'elle était aux côtés de Jeff. Ses larmes reprenaient leur activité de plus belle en réalisant que son père était en vacances à Los Angeles, ils étaient seuls. Savannah sortait son portable, presque incapable d'arriver à le manipuler tant ses mains tremblaient mais si quelqu'un devait apprendre l'accident ce n'était pas de la voix d'une inconnue. Serena. Elle était l'unique personne assez proche d'eux qui pouvaient sans doute prendre un avion au plus vite, contrairement à Liberty qui avaient deux petits bouts de qui elle devait s'occuper. Une sonnerie. Deux. Trois. Chaque seconde l'abattait un peu plus avant d'entendre finalement la voix de l'italienne lui répondre. En sanglot, elle n'arrivait pas à prononcer le moindre mot et voyait l'infirmière lui tendre la main pour qu'elle lui passe la relève, ce qu'elle refusait malgré la voix de Serena qui se était de plus en plus inquiètes. « On a eut un accident... il... » Savy avait l'impression d'étouffer à chaque bouffée d'air qu'elle tentait de reprendre, sa poitrine était comme oppressée, l'empêchant de prononcer le moindre mot. Cette Lydia lui prenait finalement le combiner des mains pour expliquer à Serena l'accident, sans trop en dire non plus. Dans ses paroles, Savannah tentait d'en apprendre un peu plus sur l'état de Jeff, mais elle n'en apprenait pas plus que ce qu'on avait bien voulu lui dire. Elle repris finalement son téléphone des mains de l'infirmière qui n'osait même pas lui lancer un regard froid, ce qui l’inquiétait d'autant plus. Tout le monde l'observait comme la petite chose qu'il ne fallait surtout pas brusquer aujourd'hui. « Il va mal... il était inconscient, il a perdu beaucoup de sang et ils ne me disent rien... il a besoin de toi aussi, j'ai besoin de toi... » Savannah ne pensait pas un jour demander l'aide de Serena, pourtant, elle avait réellement besoin d'elle ce soir. Sa voix était suppliante, elle l'implorait presque de venir la rejoindre, même si sa panique ajoutée à la sienne n'aiderait en rien, elle ne serait plus seule. Elle savait qu'il était impossible qu'elle arrive aussi vite qu'elle ne l’espérait mais lorsque Jeff ouvrirait les yeux, il serait heureux de la voir, peut-être que même que l'entendre pouvait l'aider à aller mieux. Serena lui confirmait simplement qu'elle arrivait au plus vite avant de raccrocher, la laissant à nouveau seule dans cette panique jusqu'à son arrivée.

A présent dans sa chambre, les médecins avaient accepté de la placer en pédiatrie afin d'être dans la même chambre que les petits puisque celui qui avait le plus besoin de soins des trois étaient Luca. L'opération s'était bien passée et d'ici huit semaines, tout rentrerait dans l'ordre, d'après eux. En attendant son petit bout se retrouvait coincé à seulement 4 mois avec un plâtre pour huit semaines. Savy était depuis plus de quatre heure à l’hôpital et les seules nouvelles qu'on daignait lui donner pour Jeff étaient « Il est en salle d'opération, nous faisons de notre mieux, nous vous tenons au courant dés que nous en saurons plus sur son état. » A croire que cette phrase était répétée par coeur car peu importe la personne à qui elle posait la question, elle obtenait toujours la même réponse.

13JANVIER2012 ; A six heures du matin, soit huit heures après leur arrivée, un médecin entrait enfin dans la chambre. Les simples traits de son visages suffisaient à augmenter à nouveau les pulsations de Savy, à deux doigt de lui sauter au cou pour obtenir une réelle info, même si elle n'était pas prête à l'entendre. « Votre mari est sortit de salle d'opération et vient d'être transféré aux soins intensifs. Nous avons pu stopper l’hémorragie mais il a perdu beaucoup de sang. » Cette phrase hors contexte pouvait sembler être une bonne nouvelle, malheureuse le ton employé et le fait qu'il fuit son regard contredisait ses paroles. « Mais vous avez stoppé l’hémorragie... il va s'en sortir, n'est ce pas? J'ai le droit de le voir? » Jusqu'ici, Savy avait refusé d'envisager une seule seconde qu'il puisse ne pas s'en sortir mais l'air abattu du médecin la forçait à poser la question. Il allait peut-être mal, mais il allait se battre pour ses deux petits princes qui avaient besoin de leur père, pour elle. « Je suis désolé, nous n'avons rien pu faire... » Cette phrase résonnait à plusieurs reprises dans sa tête sans qu'elle ne puisse y trouver un sens. Elle l'avait entendu des centaine de fois, comme tout le monde, dans des films ou des séries, à croire qu'elle était l'unique dans leur dictionnaire, mais elle n'avait aucun sens. « Non... Vous venez de me dire qu'il était transféré aux soins intensifs, je veux le voir ! » S'il parlait de soins intensifs, il ne pouvait pas lui annoncer que tout était fini par la même occasion, elle refusait d'y croire. « Seules les machines le maintiennent encore la vie, nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour le sauver... » A nouveau, le médecin fuyait son regard pour observer le sol, alors qu'elle s’effondrait littéralement.

14JANVIER2012 ; Savannah avait passé de longues heures à ses côtés à lui parler, priant pour que les médecins aient tord. Peut-être que s'il entendait sa voix, il reviendrait à lui... mais même en y ajoutant la voix de Serena, son corps était toujours aussi inerte. Une nouvelle fois, son cœur lâchait laissant résonner ce bip insupportable dans la chambre. En quelques secondes, un médecin les écartait, elle et Serena, du lit pendant que d'autres plongeait sur lui pour le réanimer. Son coeur lâchait pour la cinquième fois depuis sa sortie de salle d'opération, les plongeant chaque fois dans la même panique durant une minute, avant que celui-ci ne retrouve doucement un rythme normal. « Ses organes commencent à faiblir un à un, son coeur ne peut plus le supporter... Nous sommes parfaitement conscients que ce n'est pas le genre de choix qu'on envisage à un si jeune âge... Mais nous avons besoin de votre accord pour arrêter. Son cerveau a cessé d'être irrigué de longues minutes, il n'y a aucun espoir pour que son état change, il n'est déjà plus là mademoiselle Walsh... » La fatalité s'imposait à elle, alors qu'elle refusait de l'entendre jusqu'ici. Petit à petit, son corps lâchait. Son corps avait lâché au moment même ou cette voiture les avait percuté, seules les machines lui permettait encore d'avoir de l'oxygène, de faire battre son coeur, mais c'était fini. En face d'elle, ce n'était plus que son corps, mais l'homme qu'elle aimait plus que tout n'y était plus. N'étant pas mariés, l'équipe médicale avait prit de l'avance sur elle, en téléphonant aux parents de Jeff pour leur expliquer la situation et leur demander leur accord. Ce n'était sans doute pas la façon dont ils auraient aimé l'apprendre mais Savannah était totalement incapable de les avertir, de leur parler ou même d'entendre leurs voix. Ceux-ci n'avaient pas donné l'autorisation pour débrancher les machines, ils avaient simplement céder leur droit à Savy, estimant qu'elle était celle qui devait le faire à présent. En un sens, elle les respectait beaucoup, appréciait qu'il considère que ce choix lui revenait... mais elle les détestait tout autant de la laisser gérer ça tout seule.

15JANVIER2012 ; Même si l'accouchement les avait rapprochées plus que ce que Jeff n'avait jamais espéré, toute personne entrant dans cette chambre maintenant serait étonné de voir à quel point elles étaient soudées aujourd'hui. Comment pouvait-elles ne pas l'être en même temps? Sous leurs yeux, deux infirmières débranchaient une à une toute machine qui le maintenait encore à la vie. Rapidement, il allait manquer d'oxygène... ses organes allaient lâchés un à un, jusqu'à ce que son coeur s'arrête totalement. A ce moment là, l'atroce BIP résonnerait dans la chambre de manière continue, mais plus personne ne serait là pour les éloigner de lui et tenter de le ré-animer, ce serait fini. « Je peux couper le son... » leur signalait une infirmière, consciente que ce bip tuait à petit feu les familles. « Je veux l'entendre. » Savannah n'était pas masochiste, mais elle en avait besoin. Elle avait besoin d'entendre que tout était fini, que plus personne ne pouvait y changer quoi que ce soit. En quelques secondes, les infirmières quittaient la chambre pour les laisser seul(e)s, accepter la fatalité.

16JANVIER2011 ; « Prenez des forces les filles. » Devant elles, Nolan les regardait d'un air suppliant. Son papa était toujours aussi paternel avec elle malgré son âge et conscient que cela faisait des nuits qu'elle ne dormait pas ou peu. Il avait pris le temps de leur préparer des pancakes qu'elles n'avaient plus qu'à dévorer avant de se rendre à l'aéroport. Dans la pièce d'à côté, Savannah entendait sa belle-mère parler d'un air gaga aux petits, mais elle n'avait pas la force de la détester, pas aujourd'hui. Son père et Amanda s'étaient occupés des petits depuis l'accident, ainsi que ce matin, elle devait plutôt s'estimer chanceuse de les avoir. Les valises étaient prêtes, les petits habillés... Le corps de Jeff avait été rapatrié à New York à la première heure ce matin, Savannah n'en savait pas plus. Il serait enterré le lendemain, près de Leah, pour le reste elle avait laisser Liberty et Andrea gérer tout l'enterrement avec le funérarium. Elle ignorait les chansons qu'il désirait, le genre d'enterrement qu'il avait envisagé... ce n'était pas le genre de sujet qu'on envisageait, pas à cet âge. Ses parents n'en savaient rien non plus.


austin tanel hemsworth
let's be alone together ✻ 'Cause I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm goingbBut I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead. This is the road to ruin and we're starting at the end. ✻ zaustin
Revenir en haut Aller en bas

avatar

11/04/2014
121
22ans.
Voir le profil de l'utilisateur http://mllebrightside-rpg.tumblr.com/

CE MESSAGE A ETE POSTE Jeu 17 Avr 2014 - 11:59

savannah loan-athena walsh
GIVE YOUR HEART A BREAK


CLOSE.

DEMANDE DE SUJETS FERMÉE.

★ SUJETS EN COURS :


❝ Bienvenue chez les Walsh ❞  feat maison walsh
❝ stop & stare ❞  feat madison callaghan
❝ Through the dark ❞  feat dylan cooper-james.
❝ Let me be your last first kiss ❞  feat matthew parker.
❝ my thoughts are stars I cannot fathom into constellations. ❞  feat killian nolan.
❝ The funeral ❞  feat Hugues, Clark, Quinn & Walsh houses.



★ SUJETS EN ATTENTE :


prénom nom



★ SUJETS TERMINÉS / ABANDONNÉS :


❝ Sorry, I didn't see you ❞  feat stephan.
❝ Panic at the disco ❞  feat apris & julian.
❝ Un matin comme les autres ❞  feat nolan walsh.
❝ Une nouvelle journée de blocus ❞  feat edward carpenter.
❝ Belle journée pour le moment ❞  feat dylan percy.
❝ Dis, tu seras toujours là pour me raccrocher à toi? ❞  feat luke m.
❝ Soirée frayeurs & sucreries ❞  feat river & blueberry.
❝ Une après midi sous la pluie ❞  feat matt heaven.
❝ Besoin de voir l'homme de ma vie ❞  feat tyler taless.
❝ Petite ballade qui devient intéressante ❞  feat jeff steevens.
❝ Just an explosive wake up ❞  feat hayden johnson.
❝ Après une soirée bien arrosée ❞  feat nolan walsh.
❝ Thinking about something else ❞  feat malcolm bristow.
❝ Wecolme to NYC ❞  feat louise netton.
❝ Une après-midi sous la pluie ❞  feat desley washington.
❝ Il y a vraiment des cas desespérants ❞  feat marvin dawson.
❝ Always & Forever? ❞  feat owen stewart.
❝ When a heart breaks no it don't breakeven ❞  feat enzo sheppard v1.
❝ petite course pour relâcher la pression ❞  feat jeff steevens.
❝ En famille on est jamais seul à posséder son univers ❞  feat mike elkins.
❝ Three words. Eight letters. Please say it. ❞  feat jeff steevens.
❝ Parce qu'on a tous des points faibles ❞  feat aiden clancy.
❝ Now you fall for anything ❞  feat angelo lombardi.
❝ Smooth criminal ❞  feat travis nobel.
❝ With a love like that, you know you should be glad ❞  feat adriel bailey.
❝ Fille ou garçon? ❞  feat enzo sheppard v1.
❝ Besoin de compagnie ❞  feat liberty parker.
❝ Et PAF... ça fait des chocapics ❞  feat enzo sheppard v2.
❝ Before the worst ❞  feat jeff steevens.
❝ Petite visite à la future maman ❞  feat chelsea mcqueen.
❝ Butterfly fly away ❞  feat jeff steevens.
❝ Blondie fight. a picture? ❞  feat claire miller.
❝ Take a bow ❞  feat enzo sheppard v1.
❝ Le seul qu'il me faut ❞  feat aaron brooks.
❝ How I met my first love ❞  feat giovanni miller.
❝ Let us be real ❞  feat enzo sheppard v1.
❝ A long time ago, we used to be lovers ❞  feat jeff steevens.
❝ Attractive one sunrise in presence ❞  feat alex stewart.
❝ Life is uncertain. Eat dessert first. ❞  feat gabrielle dumoulin.
❝ The dead leaves, they're on the lawn ❞  feat lennox bristow.
❝ De la glace, des DVD et surement beaucoup de choses à se dire ❞  feat liberty parker.
❝ How I meet the cheerleader ❞  feat jayden keenan.
❝ cosmic love ❞  feat enzo sheppard v1.
❝ What happened in vegas stay in vegas ❞  feat june & liby & gaby & dylan.
❝ Mariage de Loan & Enzo ❞  feat "tout le monde".
❝ On sera peut-être encore là dans quelques années ❞  feat aide clancy.
❝ Make me happy ❞  feat enzo sheppard v1.
❝ Je l'ai connue trop tôt mais c'est pas ma faute ❞  feat maël smith.
❝ Reminds me again it's worth it all ❞  feat mason travis.
❝ Never say never ❞  feat jeff steevens.
❝ On a toujours été un peu décallées ❞  feat liberty parker.
❝ It's the moment of truth it's the moment to lie, the moment to fight. ❞  feat cillian morisson.
❝ last christmas i gave you my heart ❞  feat mason travis & jeff steevens.
❝ hot'n'cold ❞  feat evan woodhart.
❝ You won't feel a thing ❞  feat raphaël desroches.
❝ ou're amazing just the way you are ❞  feat noah gowey.
❝ Let's get started again ❞  feat aaron steevens.
❝ We can dance until we die (...) ❞  feat jeff steevens.
❝ Nothing can save me ❞  feat roman edington.
❝ Amazing day ❞  feat lilly sanders.
❝ Hope for Japan ❞  feat dylan & tyler & sully & jeff.
❝ Wish you were here ❞  feat raphaël desroches.
❝ Si on s'y attendait! ❞  feat claire miller.
❝ Because nothing will seperate us ❞  feat liberty parker.
❝ But hey, it's just another saturday ❞  feat liam james.
❝ It's ok not to be ok ❞  feat callie darling.
❝ Peut-être bien qu'on s'est manqué en fin de compte ❞  feat owen stewart.
❝ A hopefull trasmission ❞  feat lucas nikita.
❝ All any of us can wants, is more time (...) ❞  feat nelya.
❝ Sometines they come back ❞  feat enzo sheppard v2.
❝ No no no not again ❞  feat callie darling.
❝ It's gonna be legen... wait for it... dary  ❞  feat dylan copper-james & cie.
❝ tFor the first time ❞  feat eno sheppard v2.
❝ Help! somebody help! ❞  feat matthew parker.
❝ Hope the wound heals but it never does, that's cause you're at war with love ❞  feat enzo sheppard v2.
❝ Give your heart a break ❞  feat enzo sheppard v2.
❝ Opening undisclosed desires ❞  feat heaven & dylan & cie.
❝ It makes me feel strong ❞  feat andrea proskynov
❝ everyone deserve a second chance, right? ❞  feat matthew parker
❝ If I lose myself tonight, it will be by your side ❞  feat enzo sheppard


codes par Wild Hunger.


austin tanel hemsworth
let's be alone together ✻ 'Cause I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm goingbBut I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead. This is the road to ruin and we're starting at the end. ✻ zaustin
Revenir en haut Aller en bas

avatar

11/04/2014
121
22ans.
Voir le profil de l'utilisateur http://mllebrightside-rpg.tumblr.com/

CE MESSAGE A ETE POSTE Jeu 17 Avr 2014 - 12:00


Rosalee & Casey

❝ the lucky one❞

« Souris un peu. On sera parfaits, tu le sais, ça t'ennuie juste d'admettre que ton père a raison. » Lançant un regard foudroyant à Casey, je finissais par hausser les épaules, pour la bonne et simple raison qu'il n'avait pas tord. Combien de fois m'étais-je retrouver dans ses bras? Chaque fois que ça allait mal, ou bien. Nous nous entendions à merveille, au lit en tout cas, même si nous passions nos journées à se chercher. Aussi énervant soit-il, mon père l'avait choisi comme futur beau-fils et n'en démordait pas. J'étais donc condamnée à épouser un gars complètement immature, sous prétexte que nous étions les deux familles les plus influentes de Salem? Je n'avais même pas envie de penser au jour où il me passerai la bague au doigt, j'avais 20 ans, la vie devant moi et beaucoup de choses à expérimenter. « Je n'vais pas nier ton talent au lit mais devine quoi? ça ne fait pas de toi le mari idéal Casey. » Loin de là même. Aussi grande soit cette ville, j'étais persuadée que la moitié était passée sous ses draps, autrement dit toute la gente féminine. Le pire était de ne pas échapper à cette règle, au contraire, j'avais pratiquement obtenu le monopole. « On pourrait faire ce qu'on veut de cette ville Rose! C'est pas comme si tu voyais quelqu'un d'autre de toute façon... Tu pourrais prendre la place de ton père, devenir maire avec le soutient infaillible de ton mari ultra sexy. » Posant ma main sur son front, je grimaçais en concluant d'un simple « Pas de fièvre. » Il délirait complètement. La place ne m’intéressait pas le moins du monde, le simple fait d'être sa fille était déjà un boulot à plein temps, je ne rêvais pas devenir maire mais vétérinaire, que cela plaise ou non. « J'ai hâte de porter la couronne de la femme la plus cocue de Salem. » Lançais-je en lui adressant un large sourire. Il ne pouvait pas me promettre que ça n'arriverait pas, c'était bien au dessus de ses capacités d'être fidèle et il le savait autant que moi. Je reculais lentement alors qu'il s'approchait de moi, tout en sachant qu'il avait déjà gagner la partie, j'étais faible. Je ne deviendrais pas sa femme mais ce soir, j'allais céder comme les précédents. Un sourire amusé aux lèvres, j'accrochais mes bras autour de son cou, le laissant me soulever. « Je ne serai jamais ta femme Casey Newman. » concluais-je avant de poser mes lèvres sur les siennes, le laissant nous amener dans sa chambre à coucher. Si mon père nous voyait... la partie serait gagnée à ses yeux. C'était loin d'être le cas.



Rosalee & Casey

❝ drive me crazy ❞


Je m'en voulais d'en être arriver là alors que j'avais juré ne jamais accepter cette union, pourtant j'étais à présent fiancée et prête à quitter la ville. « Tu te fou de moi Rose? » Bissant les yeux, je ne pouvais m'empêcher de mordiller ma lèvre inférieure d'un air coupable. Casey ne serait jamais l'homme de ma vie, jamais l'homme parfait, mais il avait fait de nombreux effort pour moi et je laissais tout tomber. « C'est pas ce que je voulais, tu le savais... Je n'aurais jamais du accepter cette bague... je pars pour Westerly, j'ai besoin d'un nouveau départ loin de Salem Casey... »  Westerly n'était en soit pas si loin, mais j'avais besoin de me retrouver là où on ignorait tout de moi, de mon maire de père, de mes fiançailles avec l'enfant chéri de Salem. Glissant la bague de mon doigt, je la posais dans la main de Casey que je refermais en grimaçant. « Je te rends ta liberté, tu devrais être content. » Je lui adressais un mince sourire, sachant parfaitement qu'il n'allait pas me dire que j'avais raison. « Pour ce que ça vaut, je tenais vraiment à toi... même si je ne suis pas doué pour le montrer. » Je ne pouvais m'empêcher de laisser un petit rire s'échapper, c'est clair que continuer de draguer tout ce qui bouge et m'encourager à devenir comme mon père n'était pas la meilleure façon d'agir. Malgré ça, je devais admettre qu'on avait eut de bons moments, mais pas suffisamment pour me retenir. « Quand tu trouveras la femme de ta vie, promets moi de faire un peu plus d'effort Newman! » Finissais-je par lancer avant de m'abaisser pour prendre les bagages qui n'attendaient plus que moi pour fuir Salem. « J'ai laissé une lettre pour mon père sur la table, si jamais ça l’intéresse. » Lettre qu'il ne lirait sans doute pas, à part fulminer et de plaindre du comportement de sa fille indigne, je ne pense pas que mon père réagirait à mon départ. Déposant un baiser sur le coin de ses lèvres, je lançais un dernier regard désolé à Casey avant de quitter l'appartement pour du bon. Je fonçais vers Westerly et n'avait pas l'intention de revenir en un jour en arrière.  


Rosalee & Gabriel

❝ the story of us ❞


Les yeux brillants, je retenais les larmes qui menaçaient d'apparaître et de ruiner tout mon maquillage. Déglutissant, j'adressais un sourire à Gabriel, lançant un « Oui je le veux. » dans un souffle.  J'avais beau savoir que je ne faisais pas erreur, qu'il était l'homme de ma vie, franchir ce cap restait quelque chose de stressant, même s'il n'y avait que nous. Pas de famille, pas d'amis, nous avions choisi de partir sur un coup de tête pour se marier après 4 mois seulement de relation. Inutile d'attendre quand vous savez. Dés mon arrivée à Westerly, j'avais été séduite par lui et par chance, il avait ressentit la même chose. La perle rare était à moi, j'avais trouvé mon prince, la personne qui rendrait cette vie plus belle chaque chaque jour. Nous avions emménagé ensembles après deux mois et aujourd'hui, nous étions debout dans cette église, nous disant oui pour la vie. Dans deux mois un bébé? c'était ce que tout le monde nous disait en plaisantant, la réponse était non. Je n'étais pas prête à être mère, surtout pas prête à partager Gabriel, je tenais à profiter des instants qui nous seraient offert tous les deux. J'avais été acceptée des Reynolds malgré leurs idées très conservatrices, par je ne sais quel miracle ils avaient apprécié ma présence même s'ils avaient parfois du mal avec mon comportement de "fille de la ville" comme ils disaient. Nos relation risquaient de se dégrader légèrement après ce mariage surprise sans leur présence, mais je savais qu'ils finiraient par pardonner Gabriel, comme toujours. Nous avions de toute façon prévu de nous marier à Westerly plus tard, organiser une grand fête avec tous nos amis mais pour l'instant, il ne s'agissait que de nous deux.


Rosalee

❝ sad beautiful tragic ❞


Ma tête était lourde, douloureuse et je parvenais à peine à ouvrir les yeux. Au loin, quelques voix me parvenaient mais je ne reconnaissais aucune d'elle ce qui était d'autant plus perturbant. « Hey, doucement... » La main sous ma nuque, un jeune homme m'observait, m'adressant un sourire - du moins c'est ce que j'en déduisais, ma vue était toujours brouillée, je percevais plutôt une sorte de grimace. « Tu n'imagines pas la peur que tu m'as faite... » Fronçant les sourcils, je laissais échappé un bref soupire en réalisant la douleur que ce geste m'apportait. Je pris le temps d'observer plus attentivement les personnes autour de moi et me sentait de plus en plus paniquée à chaque visage. Ou était mes parents? Ma petite soeur? Casey...  J'étais sans aucune doute dans un lit d'hopital, les bips sonores des machines n'allaient pas me dire le contraire et aucune des personnes pour qui j'étais supposée compter ne se trouvait à mes côtés. « Qu'est ce qui s'est passé? » Finissais-je par articuler, sentant  ma gorge se nouer et les larmes m'envahir. La personne à mes côtés me pris dans ses bras, ce qui ne fait qu'accroitre mes tremblements. « On a eut un accident mais tout va bien maintenant mon ange, tu vas bien... » Mes mains tremblantes se posaient sur son torse pour le repousser avec le peu de force dont je pouvais faire preuve. Mon ange. J'étais dans un cauchemar qui allait finir par se terminer, j'allais me réveiller et laisser cette douleur s'éloigner. La tête de ma mère finissait par passer la porte ce qui me valu de fondre en larmes de soulagements. « Tout va bien poussin, on va te ramener à la maison au plus vite. Casey et ton père sont en route. » Je hochais machinalement la tête, incapable de la lâcher de peur qu'elle ne s'échappe pour me laisser à nouveau parmi toutes ces personnes qui m'étaient étrangères. « Sans vous manquer de respect, Casey n'a rien à faire ici... pas plus que son père. Rosalee a besoin de repos pour l'instant. » Pas la place de mon fiancé ni de mon père? C'était une vaste blague, pour qui se prenait-il? Au regard que lui lançait ma mère, je savais qu'elle m'approuvait.

J'étais mariée à cet homme, qui ne représentait rien à mes yeux. Il était beau, plaisant, gentil et tout ce qu'une personne peut rêver, mais il était un parfait inconnu, qui me garantissait être mon mari. Qu'était-il advenu de mon mariage à venir avec Casey? Je rêvais de rentrer à Salem, de retrouver ma vie mais je n'en avais pas le droit. J'avais les preuves en mains que Gabriel n'inventait rien, que nous avions vécut tout ce qu'il me disait et les médecins pensaient que quitter la ville ne m'aiderait pas. J'avais besoin de reprendre mes habitudes, de côtoyer les mêmes personnes pour que tout me revienne. « Casey, reste... s'il te plait... » Si je ne pouvais pas partir, il devait rester, je ne pouvais pas perdre la seule personne qui m'était familière et avec qui je me sentais en sécurité.


austin tanel hemsworth
let's be alone together ✻ 'Cause I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm goingbBut I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead. This is the road to ruin and we're starting at the end. ✻ zaustin
Revenir en haut Aller en bas

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Sam 3 Mai 2014 - 3:09

FEAT. IAN SOMERHALDER
Jude London Hemingway

28 ans → Né à New York le 03/06/1983 → Il vient d'être ré-engagé en tant que résident en chirurgie au Richmond Medical Center après un an avec l'US navy. Il aimerait devenir titulaire en traumatologie à la fin de sa formation, soit dans trois ans.
célibataire → hétérosexuel jusqu'à preuve du contraire → membre des playboys.



And who am i ?

★Quelles sont tes caractéristiques?
→ Il est sensible aux piqures d'insectes et allergique à celles de moustiques, ce qui l'oblige à être on ne peut plus vigilent l'été ou lorsqu'il part en vacances. Il s'est déjà retrouvé sous respirateur pour une seule piqure. Ϟ Il a une peur bleue de l'eau depuis le naufrage de son navire qui a pris la vie à certains de ses collègues. Si Jude tente de le cacher dans la vie de tous les jours, il est impossible de passer à côté de sa phobie si vous l'emmener proche d'un lac, pire de l'océan. Ϟ Bien qu'il aie toujours été à 100% contre les tatouages et piercings en tout genre, il porte maintenant le chiffre de son unité sur l'avant bras droit. Ϟ

★Quel est le caractère de ton personnage?
Contrairement à la plupart des mecs, Jude est tout sauf bordélique. Son appartement est aussi bien rangé qu’une salle d’opération ! Il aime que tout soit précisément à sa place et saurait vous indiquer n’importe quel objet se trouvant chez lui. Il n’a pas de toc, à replacer les objets au millimètre prêt, mais par habitude, il ne laisse jamais rien trainer. Il est assez sociable et d’agréable compagnie, même s’il n’est pas non plus du genre à s’incruster avec n’importe qui. S’il peut être sympa avec les inconnus, il lui arrive rarement de commencer à parler à l’un d’eux dans le simple but de passer le temps. Il déteste d’ailleurs les personnes qui se sentent obligés de vous raconter tous leur malheurs quand vous les croiser alors que vous ignoriez jusqu’à leur prénom. Au niveau personnel, Jude essaye toujours d’être sincère dans les limites ou il peut l’être. Il n’aime pas balancer la vérité aux visages des gens dans le simple but de les blesser pour ensuite crier fièrement « moi je suis honnête ». Il préfère de loin la discrétion ou contourner les questions. En amour, il ne supporte pas la trahison que ce soit dans un sens ou dans l’autre et est donc quelqu’un de fidèle. Qu’il aime ou non, il part du principe que s’il est avec quelqu’un, il lui doit le respect et en mérite autant de la part de sa partenaire. Jude est aussi assez romantique même s’il le montre moins, disons qu’il ne fait cet effort que lorsqu’il est réellement amoureux de quelqu’un, ça arrive donc très rarement ! Il aime s’amuser comme toute personne de son âge, mais il le fait toujours avec modération. Rentrée totalement déchiré avec une fille inconnue à son bras, ce n’est vraiment pas son truc même si ça lui est arrivé de très rare fois. Il ne boit jamais lorsqu’il sait qu’il travaille dans quelques heures, même une simple bière. Très attaché à sa carrière, il est pour lui important d’être en forme à tout moment et vous pouvez bien essayer de le convaincre qu’une bière n’y changera rien, pour Jude c’est le boulot avant tout ! Il a le temps de s’amuser pendant ses congés ! Depuis son retour, le jeune homme change pas mal, ce que ses proches lui reprochent, et qui a le don de faire monter d'un cran sa colère. Il est beaucoup plus froid, voir violent, et beaucoup plus facile à irriter.



Well... It's my story...





L'ENFANCE ; Bien loin d'une histoire digne un film, l'enfance de Jude est assez simple et surtout paisible. Le petit Hemingway est né à New York début juin, accueillit par des parents aimants et prêts à tout pour leur fils. Six mois plus tôt, Elisa avait décidé de mettre sa carrière en stand-by pour sa grossesse et comptait bien rester à la maison à présent pour élever son fils pendant un certain temps. C'est donc à domicile que madame Montgomery-Hemingway commençait à gérer les hôtels familiaux pour aider son père. Si jusqu'ici elle n'en avait pas eut envie, elle devait bien avouer que c'était une source de richesse pour sa famille et donc pour Jude plus tard, ce qui n'était pas à négliger dans le monde actuel. Pour l'instant elle n'était que le bras droit d'Henry, son père, mais un jour, tout serait à elle. C'était pour son fils qu'elle reprenait les reines, pas pour son père ni même pour elle, Elisa avait toujours été claire la dessus, même si le résultat était le même. Henry se moquait éperdument de savoir pour qui elle le faisait, tant qu'elle le faisait bien et qu'elle ne réduisait pas à néant tout ce qu'il avait battit. London, le père de Jude, n'appréciait pas vraiment l'empire que construisait sa femme autour de leur fils, mais il était clair qu'il n'avait pas grand chose à redire à ce sujet. Un jour, tout leur appartiendrait. Neurochirurgien, il avait toujours apprécié l'upper east side dans lequel il était né et avait été élevé mais il ne tenait pas forcément à en devenir le roi, la reconnaissance de son talent lui était suffisante. Et quelle reconnaissance! A l'hôpital, le surnom de "London aux mains d'argents" lui était souvent attribué, même si l'or était en fait amplement mérité. Il restait pourtant calme et concentré, se moquant bien du prestige lié à son nom, mais surtout il était l'un des titulaires les plus disposé à prendre de son temps pour apprendre aux nouveaux internes et résidents se dirigeants vers cette spécialité.

Rapidement, Jude va grandir dans l'esprit de famille mais surtout de son héritage. Il intègrera les écoles privées les plus huppées de Manhattan, au grand désespoir de son père. Si London espérait le meilleur enseignement possible pour son fils, il détestait le savoir dans ce monde ou seul l'argent comptait, ou des gamins de quatorze ans se pensaient déjà capables de diriger le monde. Encore une fois, c'est Elisa qui gagnait la partie, du début à la fin de ses études. L'ambiance dans la famille restait sereine malgré ce petit différent et London se pliait par amour aux moindres volontés de sa femme. Tant qu'ils étaient heureux, que son fils ne souffrait pas des choix pris par sa mère, il l'acceptait. A côté de cela, il ne pouvait s'empêcher de vanter les mérites de la médecine auprès de son fils, priant pour qu'il s'y intéresse même si l'empire des Montgomery devait être bien plus tentant aux yeux d'un gamin.




L'ADOLESCENCE ; Dés ses quatorze ans, il tombe sous le charme de Sutton qui devient sa petite amie, avec qui il partage la plupart de son temps. Avec les autres, Jude était plutôt bien intégré, du genre à parler à n'importe qui même s'il avait bien sur sa petite bande attitrée, comme tout gamin de son âge. Les choses vont changer aux alentours de ses quinze ans, quand les filles mais surtout les fêtes prennent une place dans la vie de toute sa classe. Lui restait sérieux, concentré sur ses études. Il n'était pas le gamin coincé et studieux dans son coin, mais les grosses fiesta chez papa/maman ou l'alcool coulent à flots ne l'avaient jamais tenté. Il suffisait de voir le nombre d'amis qui se retrouvaient à l’hôpital au bord du coma éthylique à seulement 15 ans pour le décourager à faire partie de leur groupe. Chance pour lui, Sutton pensait exactement la même chose, orsqu'ils étaient invités à un anniversaire ou une soirée, c'était ensembles qu'ils arrivaient et repartaient, sans abuser des bonnes choses. Du mec populaire, il devenait le mec un peu invisible du lycée, ce qui était toujours mieux que la tête de turc... Et puis son nom suffisait à le garder sur les listes d'invités, qu'il soit amis ou non avec ces personnes, histoire d'avoir un minimum de vie sociale.

A 18 ans, son bac en poche et avec la liberté de choisir à présent son université, il décide de prendre sa vie en mains. Bien que souvent judicieux, il n'avait plus à suivre les choix de sa mère, Jude était libre de ses choix. Sur le toit d'un de leurs hôtels, il demande sa petite amie en mariage. Certes ils n'avaient que 18 ans, mais à quoi bon attendre puisqu'il savait depuis quatre ans déjà que Sutton était la femme de sa vie? Jude avait traversé toutes les épreuves de l'adolescence à ses côtés et voulait continuer à le faire. Il faut croire que ce soir là, le jeune homme s'est beaucoup trop emporté, qu'il nageait dans un rêve. En réponse à sa demande, Sutton ne lui laissera qu'un « non » accompagné de leur rupture. C'était encore, jusqu'il y a peu, la plus grosse épreuve qu'il aie du traverser dans la vie. S'il faisait l'effort de comprendre qu'elle refuse le mariage, il n'a jamais compris pourquoi ce jour là, elle a aussi mit fin à toute leur histoire. Elle avait « besoin d'air, de vivre d'autres choses, de se concentrer sur ses études » tout ce qui sonnait impossible à ses côtés dans la bouche de la jolie blonde.

Il passe l'été dévasté et fini par annoncer à ses parents la nouvelle : son dossier était accepté à Yale, il entrait en première année de médecine. En deux mois, c'était la première fois que Jude avait envie de sourire, en constatant la joie de son père... et le désarroi de sa mère. Cet empire était à lui, des études de commerce était parfaites, il devait pouvoir le gérer quand elle ne serait plus là! Peut-être qu'un jour il ferait l'effort d'apprendre cette branche... peut-être aussi qu'il paierait quelqu'un pour le gérer à sa place, puisque son seul but était maintenant de devenir chirurgien. Devenir chirurgien et récupérer la femme de sa vie. Il abandonnera après six mois d'appels sans réponse la deuxième partie de sa mission pour se consacrer entièrement à ses études.




LA VIE D'ADULTE ; Après deux ans d'internat au Richmond medical center avec pour objectif de devenir chirurgien plastique, Jude a décidé de partir avec L'US NAVY en mission, lassé de son quotidien. Être le fils du chef de chirurgie n'avait pas que des avantages et le jeune homme avait l'impression de n'obtenir la considération de ses collègues que par son nom et non ses qualités de chirurgien. Et puis il y avait Sutton, de retour à New York et infirmière, comme si elle se sentait obligée de continuer à ouvrir la plaie ouverte huit ans plus tôt et toujours béante. Jude avait définitivement besoin de s'éloigner de tout cela et de se mettre les idées aux clairs, idées brouillées par une charmante italienne qui s’immisçait elle aussi petit à petit dans son esprit. S'il a obtenu la reconnaissance souhaitée là-bas, il est aussi passé par l'enfer. Parti depuis près d'un an, sa base a été attaquée pour récolter des armes par un groupe russe toujours in-identifiable à ce jour. Le navire a fait naufrage et quatre membres de son unité y ont laissé leur vie, touchés par balle. Jude a pu récupérer sa place et rêve à présent de se diriger vers la traumatologie. Tenu par le secret professionnel, la raison de son retour n'a été évoquée nul part, il se contente de dire qu'il a fait son temps et son devoir.



my little secret

★Ton prénom ou ton pseudo & ton age → marine/mlle.brightside & 24 ans pour deux mois encore :pale:
★Comment es-tu arrivé(e) ici ? → en jet privé 8)
★Ce personnage est-il un double compte ? → oui.
★Présence sur le forum → 4/7 au minimum.
★Personnage inventé ou scénario ? → inventé.
★Crédit images → dark dreams. (avatar) gentle heart (icon)

Mon exemple de RolePlay:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Mer 7 Mai 2014 - 13:39

FEAT. BRITTANY ROBERTSON
Leonora Juliette Van Santen

21 ans → Née à new york le 18/12/1993, elle est d'origine néerlandaise par ses parents, Elias & Aladiah. → pilote d'essais en formule 1 pour Sauber, elle est la deuxième femme à entrer dans ce monde fermé aux hommes et a beaucoup à prouver puisque la première était un échec cuisant, confirmant à tout le monde qu'il s'agissait d'une erreur de laisser une chance à la gente féminine. Elle est également l'image de la société Hemingway et prend des cours particuliers en gestion & marketting pour reprendre celle-ci plus tard, au côté de son frère, Andréas.
célibataire → clame être bisexuelle mais n'est jamais sortie avec une femme → membre des all stars.



And who am i ?

★Quelles sont tes caractéristiques?
▷ Elle rêve de courir un jour en formule 1 puisqu'elle n'est pour l'instant que pilote d'essais, ce qui est déjà un énorme pas pour la gente féminine. Même si elle a du talent, Leonora n'est pas dupe et sait parfaitement que sans le sponsor de l'entreprise familiale, elle n'en serait pas là aujourd'hui. ▷ A été élevée comme une petite princesse. Sa mère possède une entreprise multimilliardaire qui possède plusieurs boites de nuits et est sponsor dans le monde du sport, son père est quant-à-lui un brillant avocat qui possède un des plus grand bureau de New York. Leo n'a jamais manqué de rien et ne connaît pas vraiment la valeur de l'argent, néanmoins la jeune femme est bien consciente de la chance qu'elle a. ▷  Même s'ils sont comme chien & chat, Leonora est très proche d'Andréas, son ainé. ▷ Elle a commencé le karting à l'âge de six ans et a toujours suivi de très près la formule1, en faisant son objectif dés ses 11 ans, même si sa mère - qui avait le même rêve - tentait de lui garder ses pieds sur terre, tout en bataillant pour aider sa fille à y parvenir. ▷ Elle a le signe infini tatoué sur le poignet gauche avec le mot dreams formant le bord inférieur droit du signe. Elle a choisi ce signe et ce mot pour se rappeler qu'il ne faut jamais abandonner, malgré les nombreuses déceptions auxquelles la vie la confrontera sans doute. ▷ Elle gère pas mal l'entreprise au niveau sponsor dans le sport en conseillant sa mère alors que son frère se concentre plutôt sur l'ouverture de nouvelles boites de nuits. Tous les deux assez occupés, c'est toujours Aladiah qui tient les rennes et mène le monde à la baguette. ▷ Bien qu'originaire d'Amsterdam par ses parents, elle n'y est allée que deux fois : la plupart du temps, c'est son grand père qui se déplace pour les voir. Il est celui qui a battit la compagnie mais ne s'en mêle plus du tout à présent, profitant d'une pension bien méritée. ▷ Fan de musique, elle se rend à des concerts dés que son emploi du temps le lui permet. Il lui arrive de prendre une guitare mais autant dire que son niveau est catastrophique. ▷ Elle ne supporte pas vraiment les enfants et n'est pas certaine d'en vouloir un jour, même si sa mère - qui était pareille- lui assure qu'elle changera d'avis. ▷ Elle a les oreilles percées - 3 fois chacune - et a toujours voulu un piercing au nombril. ▷ Leo n'a aucune allergie connue et s'estime bien heureuse que ce soit le cas. ▷ Amoureuse de New York mais aussi de Melbourne qu'elle a découvert grâce à plusieurs courses.

★Quel est le caractère de ton personnage?
→ Leonora est sure d'elle sur bien des points et a un sacré franc parlé. La jeune femme a été élevée comme une princesse et même si elle déteste être prise pour une gamine capricieuse, elle sait parfaitement ce qu'elle vaut et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Bien au contraire, elle n'hésite d'ailleurs pas à prendre les autres de haut s'il le faut pour appuyer ses décisions mais elle ne le fait jamais par méchanceté directe. La pilote est très fière d'elle et de de sa famille mais surtout de tout ce qu'elle a accompli en partie grâce à eux. Non pas qu'elle ai besoin de s'en vanter mais elle sait très bien qu'elle n'a pas gagné tout ça juste grâce à l'argent mais aussi grâce au mérite et à sa détermination. Son franc parlé lui joue des tours, même quand elle ne cherche pas à attaquer quelqu'un, Leo est assez cassante et vexante dans ses propos parfois et en a déjà choqué plus d'un(e) en voulant simplement plaisanter ou taquiner. Professionnellement ou en présence d'un entourage de la haute société, elle est parfois tout ce qu'il y a de plus déterminé, hautain et manipulateur pour arriver à ses fins et gagner le respect des autres mais elle se montre assez différente en privé ou quand elle s'estime bien entourée. Leonora est assez facile à vivre avec ses proches, toujours positive, elle essaye toujours de remonter le moral des gens - bien que le fait que qui que ce soit se plaigne l’agace très rapidement - et est la première à amuser la galerie. Elle est généralement très appréciée et malheureusement trop souvent vue comme la petite princesse à protéger, que ce soit par sa famille ou ses collègues, ce qu'elle ne supporte pas, surtout lorsqu'elle se trouve dans les paddocks. La jeune femme tente de prouver chaque jour qu'elle n'est pas fragile et qu'elle s'en sort très bien sans une armée, même si au fond elle sait parfaitement qu'elle a besoin d'eux.


Well... It's my story...


« Montre moi ta robe. Parfait, tu seras la plus belle comme toujours. » Je cessais de tournoyer sur moi-même et affichais un large sourire à ma mère. Andréas arrivait dans le salon sa chemise à moitié dans son pantalon et la cravate à la main, une moue au visage. Affichant un sourire fière, j'avançais vers lui d'une démarche assurée et m'appliquais à lisser sa chemise avant de me concentrer sur son nœud de cravate. « C'est plus facile de le faire sur les autres que sur soit-même, c'est tout. » Râlais mon frère, alors que je lui passais la langue. « Avoue que tu es juste nul, papa te l'as appris 156 fois. » Et du haut de mes huit ans, j'étais très habile de mes petits doigts lorsqu'il s'agissait de nouer une cravate, ce qui l'énervait forcément puisqu'à dix ans, il était incapable de le faire. Mon père nous rejoignais au salon et son regard descendait directement sur mes pieds que je tentais de cacher dérrière mon frère sans grande conviction. « Va mettre des chaussures plates Leo, tu sais très bien que tu ne sors pas comme ça. » Mon père adressait un regard à ma mère pour qu'elle appuie sa décision et celle-ci me faisait un signe de main qui m'envoyait dans la chambre. Maman n'était pas fan de me voir en talons si jeune mais ça ne la dérangeait pas plus que ça : elle me répétait toujours qu'il n'y avait pas d'âge pour qu'une jeune fille se ballade avec classe, mais ça n'avait jamais été l'avis de papa. Il faut dire que maman tenait beaucoup à notre image, alors que papa était discret voir lassé de toutes ces soirées auxquelles nous devions participer. Mais pas aujourd'hui, parce qu'il s'agissait de moi en grande partie. Nous inaugurions un nouveau circuit de karting professionel pour enfants et j'étais l'invitée d'honneur pour avoir fini troisième après seulement deux saisons. « Je t'ai corrigé ton discours. Tout le monde est prêt? » Signe positif de la tête, je glissais mes doigts entre ceux d'Andréas et les resserrais, sortant de l'appartement pour affronter les médias ainsi que la foule qui nous attendait sur place. Si papa et mon frère détestaient tout ça, ils n'en étaient pas moins présents pour nous et mon frère savait parfaitement qu'il avait tout intérêt à ne pas me lâcher la main de la soirée en dehors de mes quelques minutes de discours. Je m'affichais à l'aise face à tout ce tapage mais Andréas savait parfaitement qu'au fond, je détestais cette attention et ne souriais que pour voir ma mère être fière de moi : la seule chose qui m'intéressait était de gagner, pas de paraître.

Je sortais du cinéma, plaçant mes mains dans les poches pour les couvrir du froid que je ne supportais pas. « T'es sure que tu ne veux pas venir à Miami avec moi? Tu n'es même pas obligée de rester un mois complet pour tout régler, juste l'ouverture Leo! » Je roulais des yeux et passais mon bras sous celui d'Andréas pour reprendre notre marche vers le parking ou la voiture nous attendait. « Tu sais très bien que je ne raffole pas des soirées et j'ai une tonne de boulot, j'aimerais avancé un peu dans mes cours, j'ai pris tellement de retard cette saison... et honnêtement, tu vois papa me laisser partir à Miami ? » Non, ni ma mère d'ailleurs. A 16 ans, il était hors de question qu'ils me laissent déménager avec mon frère qu'ils avaient déjà bien du mal à laisser partir, même s'il le faisait pour la compagnie. J'avais eut une excellente saison en GP2 et avait pris un retard de fou dans mes cours, hors je tenais à être diplômée à 17 ans comme tout le monde. Il était temps pour moi de me concentrer sur tout ça pendant le break hivernal. « J'ai du raté l'étape ou on t'a adopté, sérieusement c'est pas possible qu'on ai les mêmes gênes. T'as l'occasion de faire la fête tout en agrandissant la société et tu choisis un diplôme dont tu n'auras jamais besoin! » « J'en ai besoin! Excuse-moi d'être aussi nulle, vraiment. » Je roulais des yeux, alors que son doigt s'enfonçait entre mes côtes m’arrachant une grimace. Nous étions encore calmes là, puisque les prises de tête et pics entre nous étaient aussi fréquents que les moments ou nous étions liés comme les deux doigts de la main. Cette chamaillerie aussi bénigne soit-elle était pourtant la source de notre distraction, celle qui ne nous fit pas réaliser la voiture qui perdait le contrôle sur le verglas à quelques mètres de nous pour venir nous renverser violemment.  

J'ouvrais les yeux, coincée sous la voiture et tentais d'appeler Andréas sans que le moindre son ne puisse sortir de ma bouche. J’apercevais sa main ensanglantée et parvenais à toucher celle-ci, complètement paralysée sous le véhicule. Je voulais hurler son prénom pour qu'il me réponde mais le noir se faisait à nouveau autour de moi... et seule la voix de mon frère me permettait d'en sortir. Je luttais pour ouvrir les yeux à plusieurs reprise, m'accrochant à sa voix et finissais par lâcher prise. Je revenais à moi, m'asseyant brutalement, à bout de souffle en criant son nom alors que quelqu'un plongeait sur mon pour m'allonger de force. « Je suis là. LEO! Je suis là... calme toi, tu dois rester allongée. » Je m'apaisais complètement au son de sa voix, me laissant tomber lourdement sur le lit qui m’accueillait de bien meilleure manière que le macadam. Après des heures de sommeil bien méritée, je m'autorisais à ré-ouvrir les yeux pour affronté la réalité, car quelle qu'elle soit, mon frère allait bien et c'était la seule chose qui m'importait. Mes parents me regardaient d'un amour profond, ce qui me faisait chaud au coeur bien qu'ils ne soient pas ceux que je désirais voir de suite. « Andréas est juste parti chercher quelque chose à manger » Me signalait papa qui avait remarqué mon regard inquiet qui voyageait à travers la chambre. « Comment il va? Combien de temps je suis restée inconsciente? » demandais-je, même si je craignais la réponse, je devais savoir. « Une double fracture de l'humérus, c'est tout. Je vais bien, et toi aussi. » répondait mon frère à la place de mon père alors qu'il venait d'entrer dans la chambre. Je retenais mes larmes, refusant de lui montrer à quel point j'avais eut peur pour lui même si c'était évident. « T'es restée inconsciente deux heures... et tu as dormis comme un bébé une bonne dizaine d'heures après ça. » Andréas le disait sur un air taquin, l'air qu'il utilisait toujours pour me faire remarquer que j'agissais comme une princesse capricieuse. Je n'avais pas la force de répondre à ça et opinait simplement. « Tu vas bien Leonora... Tu as besoin de te reposer et demain tu as une nouvelles IRM mais c'est une grosse commotion. ça n'aura aucun impact sur ta carrière... » J'adressais un sourire à ma mère, qui savait parfaitement que j'avais besoin d'être rassurée sur ce point. Mon père et mon frère étaient satisfaits par le fait que nous nous en sortions sans dommages, c'était aussi mon cas et celui de maman, mais elle mieux que personne savait à quel point le sport automobile comptait pour moi.  


Je regardais le bracelet dans sa petite boite noire, émerveillée par celui-ci. Un E ainsi qu'un L y pendait et malgré tous les bijoux que j'avais pu avoir dans ma vie, aucun n'avait eut cette valeur sentimentale pour moi. « C'est parfait, merci... » Soufflais-je, le retirant pour le placé autour de mon poignet que je tendais à Ethanaël pour qu'il me l'attache. « On a pas 20 ans tous les jours. » Je lui adressais un sourire et observais une dernière fois le bijoux, maintenant attaché à mon poignet, avant de replacé la boite dans mon sac. « On doit y aller...  Ma mère a insisté pour qu'on soit à l'heure! » Et comme d'habitude, elle avait sans doute fait les choses en détails, je lui avais fait promettre un repas en petit comité - c'est à dire nous 4 et Ethan - mais je savais qu'il y aurait autant de domestiques que d'invités, si ce n'est plus. Tant mieux : je mourrais de faim et avait hâte de voir le repas qu'elle avait fait préparé. Nous prenions la voiture et je découvrais en passant la porte au son d'un énorme « SURPRIIIIIISE » collectif que mon vœux ne s'était pas réalisé. L'effet de surprise passé, j'affichais un grand sourire à toutes ces personnes, dont la moitié étant des filles que je détestais mais prétendais apprécié, parce que c'est ainsi que les gens de la haute se comportait : on prétendait. Par chance, Andréas et Ethanaël avaient sans doute eut un mot à dire sur la liste d’invités et de réels amis se trouvaient présents, ce qui faisaient une réussite de cette surprise même si elle n'était pas désirée à la base. Mes parents s'approchaient finalement de moi et j'avais le droit au discours d'amours et aux baisers de ceux-ci avant que ma mère prenne un air fière, une lettre à la main. « Quelque chose est arrivé pour toi la semaine passée mais je tenais à ce que tu l'obtiennes aujourd'hui pour que cet anniversaire soit parfait. Tu ne m'en voudras pas d'avoir gardé le secret aussi longtemps mon ange, j'ai eut bien du mal à me taire, c'était une torture. Ça n'a pas été facile de les convaincre mais... ouvre! » Je fronçais les sourcils en glissant mon doigt sur le bord de enveloppe pour ouvrir celle-ci, anxieuse. Je ne m'inquiétais pas, pas négativement du moins, impossible vu le sourire de ma mère, mais je ne voyais pas ce qui pouvait la rendre aussi heureuse. Mon cœur se serrais à la simple lecture du nom de l'expéditeur et je sentais les larmes m'embuer les yeux sans même avoir encore confirmation de mes pensées. Je finissais par lire cette offre une dizaine de fois avant de sauter dans les bras de ma mère, sans la moindre retenue : je me moquais de qui pouvait nous regarder, des larmes qui ruisselaient le long de mes joues, c'était le plus beau jour de ma vie. « Je te déteste d'avoir gardé ça pour toi! Pire tout le monde savait sauf moi! Merci, jamais je ne te remercierai assez... » J'étais officiellement invitée à devenir pilote d'essais de formule 1 pour Sauber. J'étais bien consciente que ce n'était pas encore fait, que de longues négociations allaient s'en suivre avant de signer mon contrat mais quelles qu'elles soient, j'étais prête à tous les sacrifices pour y parvenir. Et gagner ma place en tant que pilote en faisant mes preuves.


my little secret


★Ton prénom ou ton pseudo & ton age → mlle.brightside/marine
★Comment es-tu arrivé(e) ici ? → :maya:
★Ce personnage est-il un double compte ? → :bazinga:
★Présence sur le forum → 4-5/7.
★Personnage inventé ou scénario ? → inventé.
★Crédit images → charney (avatar) / CECILE362 (icon)
Mon exemple de RolePlay:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Mer 7 Mai 2014 - 13:49

leonora juliette van santen
WALK LIKE A CHAMPION



DEMANDE DE SUJETS FERMÉE.

★ SUJETS EN COURS :


❝ relax, take it easy ❞  feat joan delavega
❝ we're not broken, just bent.❞  feat aksel moriarty
❝ up all night.❞  feat tyler walsh
❝ how long will i love you? ❞  feat leonard gordon-wesley




★ SUJETS EN ATTENTE :


tyler



★ SUJETS TERMINÉS / ABANDONNÉS :


❝ in this blackout state of mind ❞  feat paige wingston-meyer

codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Mer 7 Mai 2014 - 14:12

jude london hemingway
NOTHING FEELS LIKE YOU



DEMANDE DE SUJETS FERMÉE.

★ SUJETS EN COURS :


❝ We all fall short of glory, lost in ourself, closer to the edge ❞  feat serena l. douglas
❝ pages between us written with no end ❞ feat wendy lane-carstairs
❝ It's time to say hello ❞ feat monroe hawkins
❝ Don't pretend it's ok ❞ feat avalon mills-bradford
❝ I just wanted to say I'm sorry ❞ feat iris martin




★ SUJETS EN ATTENTE :


pseudo



★ SUJETS TERMINÉS / ABANDONNÉS :


www.

codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Mer 7 Mai 2014 - 14:22

Nolan C. Dassigny a écrit:
FEAT. HAROLD EDWARD STYLES
Nolan Camille Hugo Dassigny

22 ans → Né à Paris le 03/06/1991 → Diplômé en marketting publicitaire. Ancien héritier d'une prestigieuse entreprise de publicité, son père en est le fondateur et était dans la politique. Il détournait des fonds, ce dernier est donc maintenant sous les barreaux et les fonds de Nolan gelés. Il était porte parole d'une association qui vise à protéger l’assassinat d'animaux pour leur fourrure, et avait un des rôles principales dans la télé-réalité « Golden Angels in Manhattan ». Tout lui a été enlevé et il travaille maintenant dans une boulangerie à temps-partiel ainsi que comme secrétaire - si on peut dire - dans une agence de pub ou son seul rôle consiste à faire du café et prendre des rendez-vous. Emmerdeur à temps plein.
célibataire → hétérosexuel → membre des outsiders.



And who am i ?

★Quelles sont tes caractéristiques?
→ Il a énormément de tatouages. A l'époque, il passait au maquillage pour les camoufler lors de ses apparitions publiques car son père refusait qu'il apparaisse ainsi. Aujourd'hui il est libre de les afficher et en a déjà cinq autres en tête, il attend juste l'argent pour pouvoir passer chez le tatoueur. | Il parle parfaitement français, anglais. A des bases d'italien et d'espagnol. | Il adore les romans fantastiques pour adolescents : twilight, journal d'un vampire, hunger games, 16 lunes, divergent & cie (la liste est trop longue) n'ont aucun secret pour lui. | Amoureux de Paris et de Londres, il reste comme un poisson dans l'eau à New York. | Avait une tâche sur le mollet droit qu'il camouflait comme il pouvait. Celle-ci venait d'une brûlure au troisième degré à l'âge de cinq ans. Aujourd'hui, il garde quelques cicatrices mais beaucoup plus discrètes : merci la chirurgie esthétique. | Ne comprends rien à l'art, surtout le contemporains et l'abstrait. | Il a pratiquement toujours un bonnet sur la tête ou un bandeau dans les cheveux. Son père lui a coupé ces derniers courts à ses 14 ans, il en a pleuré et c'est l'unique fois de sa vie ou il les a porté courts.

★Quel est le caractère de ton personnage?
→ Nolan est une personne sophistiquée la plupart du temps : tiré à quatre épingles, beau-parleur, il ne place pas un mot de travers et soigne son apparence. C'est ainsi qu'il a été élevé, dans les bonnes manières et il s'y tenait jusqu'il y a peu. Maintenant, dans Brooklyn, il essaye d'y prêter moins attention puisqu'il tient à sa vie et ne veut pas être vu comme le petit bourge qui débarque. Il est toujours positif, blagueur, bien trop souvent à faire le con pour amuser la galerie, une vraie boule d'énergie : Il faut des nerfs solides pour le supporter mais il n'est en rien méchant. Juste complètement immature. Il peut se montrer hypocrite et menteur à souhait, la manipulation il connait et quand on connaît son père, ce n'est en rien étonnant. Sauf qu'il ne le fera jamais dans le but de blesser quelqu'un, il tourne juste les choses à son avantage et lorsqu'il ment, c'est généralement quand il prétend apprécié quelqu'un alors que ce n'est pas le cas. C'est ce que les riches font paraît-il, mais maintenant il n'a plus vraiment à faire semblant et cette liberté de choisir ses amis lui plaît. Il a toujours été très actif voir hyperactif et avait des cours de canalisation d'énergie pour s'aider, puisqu'il refuse de prendre des médicaments. Maintenant qu'il n'a plus le moindre fonds pour payer l'un ou l'autre, il se rend à la salle de sport pour évacuer mais a bien du mal à se canaliser. il n'a jamais été fan de la télévision ou encore des jeux vidéos, en revanche, il passe énormément de temps sur internet. Il ne se laisse pas abattre facilement et a bien l'intention de faire innocenter son père et récupérer sa fortune et sa société, en attendant il se décarcasse au boulot pour se payer un loyer et à bouffer. Il a été très déçu de tout ces "amis" qui l'ont laissé tomber après le scandale mais même s'il a parfois encore du mal à avaler la pilule, il tente de garder le sourire et de ne pas y accorder trop d'importance. Il est insouciant et inconscient, il ne voit certainement pas la fin de son monde sous prétexte qu'il a perdu tout ce qu'il avait, juste le début d'un autre.


Well... It's my story...



« Les gars... s'il vous plait. Une pose sérieuse! » On se calme et on sourit naturellement, mais une grimace finit par s'afficher au moment du clic de l'appareil. Un long soupire s'ensuit : photo ratée. Je l'aime bien moi. On était en plein shotting pour les photos promotionnelles de la saison 2 de Golden Angels. ils veulent une photo qui nous représentent tous les 15 mais ou notre personnalité ressort, résultat avec James, on a du mal à comprendre pourquoi ils nous veulent sérieux. On est un peu les deux indomptables, le script? On s'en fou. C'est censé être de la télé-réalité pas un scénario bordel. Au début, ils ont essayé de nous changer, l'espace de deux épisodes peut-être... mais depuis, c'est devenu leur outils de promotions, c'est limite s'ils ne nous demandent pas de jouer aux cons de manière exagérée - bien que ça ne l'est jamais pour nous. Et là ils veulent une photo sérieuse, rapport avec nous? Aucun.

C'était ça ma vie avant. Les limousines, les shooting photos quand on ne tournait pas l'émission, apposer ma signature pour les grandes décisions de l'entreprise. Non pas que j'en ai quoi que ce soit à faire pour l'instant mais papa m'a fait co-PDG et insiste pour que toute la compagnie comprenne bien qu'ils doivent m'accorder autant de crédit qu'à lui. J'en rigole plus qu'autre chose mais j'aime l'idée. " Plus tard, c'est toi qui mènera ce monde du bout du nez, ça commence déjà maintenant ". Ou pas. Au final, j'aurais peut-être mieux fait de ne pas m'afficher publiquement avec lui, de ne rien signer en ce qui concerne l'entreprise... parce que c'est le nom de Dassigny qu'il a fait saigné, pas juste le sien. Il détournait de l'argent de la société ainsi que celui de nombreuses œuvres de charité... Qu'est ce que je pouvais en savoir moi? Bon ok, je dois admettre que je le savais louche par moment, qu'il magouillait par-ci par-là mais je n'ai jamais cherché à comprendre l'importance de ses détournements. Résultat, il y a six mois, j'ai tout perdu : appartement, garde-robe - laissez-moi pleurer juste quelques secondes pitié -, fonds, entreprises... Et si ce n'était que ça. Carrière, respect, "amis". Je me suis retrouvé à la rue sans le moindre dollar en poche et avec un père sous les barreaux. Ma mère est décédée quand j'avais deux ans mais comme je n'en ai aucun souvenir, ça ne m'attriste pas vraiment. Bien que, ce serait pratique d'en avoir une, là tout de suite. Avec un diplôme de marketing publicitaire en poche mais c'est tout, c'est la seule chose réelle qu'il me reste... et devinez-quoi ? Quand vos employés se sont fait roulé et que votre nom est salis, votre diplôme ne vaut pas grand chose. Les personnes qui gèrent l'entreprise dans l'attente d'une décision ont accepté de m'engager mais en bas de la chaîne, à part à leur apporter leur cafés, je ne sers à rien. Ils m'en font voir de toutes les couleurs pour se venger de mon père j'imagine... ça me fait plus rire qu'autre chose. Bon c'est sur que ce n'est plus le même prestige mais le prendre à la rigolade, ça les met hors d'eux et donc par définition, ça m'éclate. Je rigolerai à mon tour au siège quand mon père sera innocenté - il le sera, croyez-moi, même coupable - et qu'ils perdront tous leurs boulots. Ils feront comme moi maintenant, j'ai hâte de les y voir. Je ne suis pas certain qu'il garde le même sourire accroché aux lèvres, la même attitude positive. J'ai été engagé dans une boulangerie comme vendeur à temps-partiels et le levé fait mal chaque matin... Mais les clients sont plutôt sympas. C'est limite agréable de rencontrer des personnes authentiques, qui ne vous apprécient pas pour votre porte-feuille mais plutôt pour votre bonne humeur et votre politesse. Parce que mes amis... et bien ils ne l'étaient pas vraiment, ils ont pratiquement tous déserté le jour ou mon nom est apparu dans la presse à côté du mot prison. Le scoop. J'ai perdu l'émission aussi. Forcément, celle-ci est basée sur la jeunesse dorée de Manhattan et j'en suis maintenant bien loin. Mais j'ai une petite derrière la tête à proposer à la chaîne, je pense que la vie d'un petit prince déchu ferait une bonne audience aussi. Et si je peux en tirer parti, pourquoi pas? Genre retrouver ma notoriété et quelques dollars. J'ai cherché un appartement dans Brooklyn et me retrouve pour la première fois en coloc : ça manque sans aucun doute d'intimité mais j'adore! Des potes pour déconner du matins au soir, qui n'en rêve pas? Eux sans doute, je pense que je les fatigue mais soit. Je ne dis pas que je préfère ma vie actuelle à l'ancienne mais en un sens, je trouve que je m'en sors plutôt pas mal, même si l'attention médiatique me manque quelque peu. Et mes vêtements!



my little secret

★Ton prénom ou ton pseudo & ton age → mlle.brightside / 25ans (aie)
★Comment es-tu arrivé(e) ici ? → :maya:
★Ce personnage est-il un double compte ? → oui.
★Présence sur le forum → 3/7
★Personnage inventé ou scénario ? → inventé.
★Crédit images → anaëlle (avatar)

Mon exemple de RolePlay:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Mer 7 Mai 2014 - 14:23

nolan camille dassigny
BABY BE WITH ME SO HAPPILY



DEMANDE DE SUJETS OUVERTES.

★ SUJETS EN COURS :


❝ have you met my flatmate? ❞  feat candice eubanks.





★ SUJETS EN ATTENTE :


jane hastings
tyler walsh



★ SUJETS TERMINÉS / ABANDONNÉS :



codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Mer 7 Mai 2014 - 20:41

elias phoenix ioannis-hanwell
THE STORY OF MY LIFE



DEMANDE DE SUJETS FERMÉE.

★ SUJETS EN COURS :


❝ A present for everyone ❞  feat Morgan Montgomery.
❝  on commandera des pizzas, toi, la télé et moi ❞  feat Tyler Walsh.
❝ I'm coming home ❞  feat Shalimar Ambre Hepburn.





★ SUJETS EN ATTENTE :


Ondine Casanueva



★ SUJETS TERMINÉS / ABANDONNÉS :


❝ Make it last forever, friendship never ends ❞  feat Sienna Holmes.
❝ Hold on to my heart ❞  feat Shalimar Ambre Hepburn.


codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Mer 7 Mai 2014 - 20:41

Né à New York, Elias y a toujours vécut en dehors de 2 années. Il a une soeur de deux ans son ainée, Aloysia, et deux petites soeurs jumelles 4 ans plus jeunes, Selena et Lyla. ▷ Il a vécut de ses 10 à ses 12 ans à Londres : sa mère - agent FBI infiltré - a commis une erreur et le gang menaçait la famille, ils ont donc été écartés jusqu'à qu'ils soient assurés qu'il n'y avait plus aucun danger. ▷ Très familial, Elias voit sa mère comme une héroïne et est très proche de son père également. Il donnerait sa vie pour ses soeurs qu'il aime par dessus tout. ▷ A 18 ans, il a décidé de passer les test pour entrer dans le FBI et a suivi des cours. il est maintenant agent infiltré, comme sa mère. Il sait qu'Alysia et son père ne l'acceptent pas vraiment mais ils le soutiennent malgré tout dans son choix. ▷ Son premier gros cas a été un échec. Elias s'est rapproché de Charlie - dont il est ensuite réellement tombé amoureux - pour coffrer son père, trafiquant d'armes. Il a été démasqué et s'est retrouvé une arme sous la tempe, 30 secondes avant que sa mère n'abatte le père de Charlie. Théo a complètement paniqué en voyant une arme pointée sur son fils et, si cette dernière a supplier Elias de ne pas griller sa couverture, il a tout avoué à Charlie. Avec la liste des crimes de son père, celle-ci n'en veut pas à Elias pour le déès de celui-ci mais elle ne supporte pas qu'il lui aie mentit dés le début, de n'avoir été qu'un raccourci dans son enquête. Elias a du batailler pour ne pas qu'elle avorte lorsqu'elle s'est rendue compte de sa grossesse, et encore plus pour qu'elle ne mette pas le petit à l'adoption. Il a accepté de signer les papiers pour qu'elle abandonne tout ses droits sur Noam : Le deal est simple, s'il reste hors de sa vie avec le petit, elle garde le secret sur son rôle d'agent. Même si le jeune homme est toujours amoureux d'elle et espère son retour, il ne cherche plus à la récupérer, priant pur qu'elle revienne d'elle-même. Sauf qu'elle a quitté New York à présent. ▷ Il a une énorme famille. Sa mère a 10 frères et soeurs : London, Georgia, Sydney, Austin, Toscanne, Cheyenne, Arizona, Phoenix, Paris et Indianna ainsi qu'un demi frère de la famille qui l'a volée et élevée : Maxim. Son père a quant-à-lui 6 soeurs : Elisa, Zoé, Primrose, Maëlle, Olivia & Daphné. Elias ne compte plus le nombre de cousins/cousines et fait de la famille sa priorité. ▷ Il est animateur radio à temps partiel comme couverture. ▷ Même ses amis les plus proches ignorent la vérité sur sa réelle professions, seule sa famille connaît la vérité.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Mer 7 Mai 2014 - 20:42

FEAT. ZAYN MALIK
Elias P. Hanwell-Ioannis

22 ans → Né à Byron Bay le 06/06/1991 → agent FBI infiltré / animateur radio à temps partiel.
célibataire → hétérosexuel → membre des iworkaholics.



And who am i ?

★Quels sont tes caractéristiques?
→ Il a son second prénom « Phoenix » tatoué sur son omoplate gauche. Ce dernier lui vient de son oncle, décédé dans un crash d'avion deux ans avant sa naissance. •  Elias ne compte même plus le nombre de cousins qu'il a, ses parents venant tout deux de familles nombreuses. Théo a en effet 10 frères et soeurs (ainsi qu'un "frère" avec qui elle a été élevée) et son père à quant à lui 6 soeurs. Il accorde une grande importance à la famille et ne pourrait vivre sans voir ses parents une fois par semaine, au minimum. • Il a suivit la carrière de sa mère - agent du FBI, et la passion de son père, Edwin - la musique. • Il a une soeur ainée, Aloysia, ainsi que deux petites soeurs, Lyla & Selena, des jumelles, ce qui n'a rien d'étonnant quand on compte le nombres de jumeaux dans la famille. • Il est d'origines australienne et grecque par sa mère, anglaise par son père. Il possède la double nationalité, Australo-Américain. • il ne pourrait survivre au sein du FBI sans son job d'animateur radio qui lui permet de s'échapper et de vivre une vie normale. Même si ça lui manque parfois, il ne regrette en rien son choix et est passionné par chacun de ses jobs. • Il possède de nombreux tatouages, seule chose que es parents n'apprécient pas. • Il parle parfaitement le français et à quelques bases d'italien et d'espagnol. • Il écoute pratiquement tous les genre de musique et est très ouvert d'esprit à ce niveau - trop selon la plupart de ses amis. Il reste avant tout un grand fan de 30 seconds to Mars & The Script. • Fan de Broadway, il s'y rend régulièrement avec ses parents. • Il ne regarde pratiquement jamais la télévision, si quelqu'un désire le perdre complètement, le meilleur moyen est de parler d'émissions en tout genre puisqu'il n'y connait rien. • Il joue en revanche pas mal aux jeux vidéos et passent encore à ce jour des heures sur pokémon sur sa DS, ce qu'il assume complètement. • Il n'a jamais touché à la drogue, ses parents ayant tout deux frôlés la mort à cause de cette saloperie quelques années avant sa naissance. Ces derniers ont toujours pris soin que ça n'arrive pas dans ses mains, bien qu'il n'ai jamais eut l'intention d'y toucher. • Il souffre d'une légère insuffisance cardiaque qui n'est heureusement pas suffisamment importante pour avoir des conséquences sur sa vie. Il doit en revanche surveiller Noam de près puisque la maladie qui la provoque est héréditaire. • Il n'a couché qu'avec cinq fille dans sa vie, n'a été amoureux que d'une seule. • Fou amoureux de la mère de Noam, qui les a pourtant abandonné. Elias s'est rapproché d'elle pour enquêter sur son père il y a deux ans. Elle n'a jamais su que ce dernier était dérrière les barreaux par sa faute, jusqu'à ce qu'il ne lui avoue toute la vérité en apprenant sa grossesse. Noam a maintenant 5 mois et il l'élève seul, ce qui ne l'empêche pas de pensé qu'elle finira par leur revenir.

★Quel est le caractère de ton personnage?
→ intelligent, réfléchi & perspicace : depuis son plus jeune âge, Elias s'est toujours montré très avancé pour son âge, même si cela se remarque beaucoup moins maintenant, surtout que le jeune homme fait tout pour le cacher. Il retient un tas d'informations juste en les lisant une fois et est une vrai calculatrice. Il est généralement réfléchi et sait parfaitement quoi faire lorsqu'il doit agir. Il a tendance à voir des énigmes dans tout et il abandonne pas sans réponse. Autant dire qu'il n'es pas la personne à défier pour résoudre une énigme. • menteur & manipulateur : son métier le veut et il aime ça. Bossant pour la plupart du temps sous couverture, Elias s'invente une vie et même un nom la plupart du temps par sécurité. Il a donc appris à manipuler le gens et à mentir et est assez doué à ce petit jeu. Bien qu'assez sérieux en tant normal, il n'hésite pas à s'en servir dans la vie de tous les jours pour tourner les choses à son avantage. • obstiné & passionné : travailler est loin d'être une corvée pour l'australien, il adore ça. La plupart du temps, se collègues doivent l'arrêter ou lui signaler qu'il en fait trop pour qu'il s'accorde quelques heures de répis. Lorsqu'il est sur un cas, il ne peut s'empêcher d'y passer ses nuits jusqu'à résoudre ce dernier. Dans ses relations et la vie en général, il reste déterminé et n'abandonne jamais avant d'avoir obtenu ce qu'il désire. Certain y voit un gamin capricieux, il estime qu'il sait juste ce qu'il veut et comment l'obtenir en général. • gamin : Elias a beau être quelqu'un de très sérieux lorsqu'il s'agit du boulot, il peut devenir un vrai gamin dés qu'il sort la tête de ses dossiers. • lunatique : le jeune homme s'énerve très peu, parvenant la plupart du temps à garder son calme et rester impassible quoi qu'il arrive. Lorsqu'il se trouve dans une mauvaise journée, mieux vaut ne pas l'énerver puisqu'il monte très vite, même si la plupart du temps, il fini par redescendre tout aussi rapidement. • fidèle et loyal : en amitié comme en amour, il ne supporte pas la trahison dans un sens comme dans l'autre. Ses amis ont toujours eut tendance à le voir comme "on ne peut plus ennuyant" à ce niveau mais chacun ses valeurs.  


Well... It's my story...



London calling.


Nous n'avions jamais marché aussi vite pour rentrer à la maison. Je rêvais de demander à maman pourquoi elle me tirait si fort par le bras pour qu'on y arrive, mais j'étais suffisamment intelligent pour comprendre que ce n'était pas le moment de poser des questions. Arrivée à la maison, elle me disait de prendre mon quatre-heure alors qu'elle filait à vive allure dans les escaliers. Si mon estomac criait famine, ma curiosité était encore plus grande : après avoir pris une barre de céréales, je la suivais à pas de loups, sachant parfaitement qu'elle me ferait une remarque si elle me voyait manger dans les chambres. Je la découvrais dans la mienne, toujours dans la même précipitation, plaçant une bonne partie de mes vêtements sans la moindre délicatesse dans un sac de voyage. J'en oubliais l’interdiction de manger à l'étage, elle aussi. « Qu'est ce que tu fais? » Finissais-je par demander. Il n'était pas question de vacances de dernière minute, je n'étais pas bête. « Tu pars à Londres avec papa et Loys. Vous manquez beaucoup à la famille. » Elle me prenait pour un idiot, je poussais un soupire histoire qu'elle comprenne mon ennuie face à son mensonge. Oui, je leur manquais, terriblement. Ma tante me le répétait au téléphone pratiquement chaque semaine, ce qui n'expliquait pas la précipitation. « Et l'école? » Ajoutais-je pour la pincer. Bingo. « Ne t'inquiètes pas de ça Eli ! Je vous rejoindrai au plus vite. » Ne t'inquiètes pas de l'école... De quoi devais-je donc avoir peur si manquer mes cours lui semblait justifier? Je détestais cette situation et sentais cette boule se former au centre de mon estomac. Elle ne me mentait jamais. Mon sac prêt après plusieurs aller-retour entre leur chambre, la salle de bain et la mienne, Maman finissait par s’agenouiller devant moi pour me rendre les mains. Si c'était censé me rassurer, ce n'était pas le cas. « J'ai quelques soucis au boulot, j'ai besoin de vous savoir en sécurité le temps que je règle ça. Et puis dés que c'est réglé, je vous rejoins. » Maman m'avait souvent dit qu'elle travaillait contre "les méchants" qui pouvaient parfois ne pas apprécier son jugement, mais de là à nous évincer, j'avais beaucoup de mal à comprendre. « Range ta chambre, je vais préparer le sac de papa. » Un baiser s'écrasait contre mon front alors qu'elle filait avec la même hâte dans l'autre chambre. « Edwin, j'ai besoin que tu rentres au plus vite. » Marquant une pause, elle se tournait et je retenais ma respiration tout en reculant d'un pas pour qu'elle ne me remarque pas, juste dérrière la porte de leur chambre. « Vos affaires sont prêtes, tu pars pour Londres ce soir avec Eli'. » Elle raccrochait. Mon père ignorait qu'on partait et elle ne lui laissait pas le choix. Allez-y comprendre quelque chose à dix ans...

empire state of mind.


« Tu m'as demandé mon avis, tu l'as Elias. Je suis contre. » Je levais les yeux au ciel, mains dans les poches, avant d'adresser un regard désolé à mon père. Désolé de lui avoir demandé un avis que je connaissais et que je ne suivrais pas. « On a passé six ans loin de New York en cavale, qu'est ce qui te fait rêver? Tu ne crois pas que je me suis déjà fait bien assez de soucis pour toi? Pour ta mère? » continuait-il, pour appuyer son avis négatif. Je savais tout cela, je n'avais pas besoin de l'entendre. « En cavale... tu exagères un peu, on était dans la famille. » Complètement interdit de séjour sur le sol américain jusqu'à ce que maman aie la confirmation que chacun des hommes à nos trousses étaient morts ou enfermés, mais tout de même. J'avais perdu une année à l'école - bien vite rattrapée - et des amis, mais en dehors de cela, notre vie avait continué on ne peut plus normalement. A Londres, c'était là l'unique différence. « Et l'accident? Le nombre d'heures passées à attendre que ta mère passe la porte en vie? Ce n'est pas ce que je veux pour toi et je suis sur qu'elle fera tout pour t'en empêcher. » L'accident... Il avait eut lieu deux ans avant ma naissance, bien que j'en ai entendu parlé des centaines de fois. Quant à ma mère, je lui faisais confiance, je savais qu'elle nous reviendrait toujours. Je ne m'inquiétais pas. Une moue se dessinait sur mes lèvres lorsque papa me signalait qu'il ne serait pas le seul à me désapprouver. J'allais le décevoir une seconde fois en deux minutes, mais j'étais persuadé que c'est de ma mère qu'il le serait par dessus tout. « J'en ai déjà parlé à maman... » Son regard se fronçait, septique. « Et? » Demandait-il simplement. Je baissais les yeux, ce n'était pas à moi de lui dire. A prendre les foudres adressées à maman, mais puisqu'on en était là... « Elle pense que j'ai le potentiel pour réussir. » Et pourtant, personne ne me sur-protégeait plus sur cette terre qu'elle. Théodora Ioannis était la personne la mieux placée pour prendre soin de moi mais aussi pour savoir le chemin glissant que je prenais et les risques auxquels j'allais m'exposer. Mais elle me soutenait, envers et contre tous. Contre mon père, qui en vue du regard qu'il m'adressait, n'allait pas la laisser s'en sortir à bon compte cette fois. La laisse de Liloo en main, il l'attachait sortait en claquant la porte. Ma décision était prise : je commençais les tests pour entrer au FBI dés la semaine prochaine.

a piece of you and me.


« Elias, t'as pas l'air de comprendre, c'est fini! Retire moi ce bandeau ridicule des yeux! » Ce n'était pas fini, ça ne faisait que commencé au contraire. Soufflant légèrement un shut en posant un doigt sur ses lèvres, je continuais de la guider et elle se laissait faire, fatiguée de batailler avec moi. J'avais des crampes au ventre mais celles-ci ne m'empêcheraient pas d'aller jusqu'au bout. Nous y étions, la fête foraine ou nous nous étions rencontré deux ans plus tôt, ou je l'avais aimée au premier regard. « ça ne me fera pas changer d'avis... » Soupirait-elle, bien consciente de l'endroit ou nous nous trouvions. Il faut dire que la musique des divers manèges ne m'aidaient pas à le dissimuler, mais le lieu n'était pas la surprise. Mes amis, nos amis, se tenaient face à nous, m'adressaient des signes d'encouragement pour me signaler que tout allait bien se passer. Ils avaient fois en notre couple, moi aussi. Je retirais délicatement le ruban de ses yeux, gardant ma main devant ces derniers en observant une dernière fois les pancartes qu'ils avaient en main, lui demandant sa main. « Ouvre les yeux. » Parvenais-je à articule. Elle aimait tant Love actually, j'avais tenté de recréer la même ambiance d'une manière tout à fait différente en même temps... et je craignais que cela ne change rien. Les yeux baissés au sol, je n'osais regarder le résultat de toute cette mise en scène mais surtout sa réaction, bien que mon meilleur ami qui filmait le tout - souvenir en cas de succès - me donnait des coups de coudes encourageants. Son silence était une torture, tout comme les larmes qui roulaient sur ses joues sans que je ne puisse distingué s'il s'agissait de tristesse ou de joie. Son regard venait de me répondre alors que je sentais la terre s'écrouler sous mes pieds. « Tu savais que ça ne changerait rien. » Elle était désolée. Pas autant que moi. Sur ces paroles, je la laissais disparaître... Il faut se battre pour ce qu'on veut vraiment... tout comme il fallait savoir reconnaître une défaite. ... quelques secondes. Un signe suffisait à faire comprendre à nos proches de ne pas s'en mêler, alors que je traversais la foule pour la rattraper. « Je t'aime. Je ne veux pas de ce mariage pour le bébé et tu le sais... tout était prévu, j'attendais juste le bon moment, je ne voulais pas tout précipiter mais on a plus aucune raison de ralentir maintenant. » Elle savait déjà tout ça, mais le lui répéter finirait peut-être par le lui faire admettre. « Tu m'as menti Eli... pendant deux ans, tu m'as menti. Tu m'as mis en danger et ce bébé que tu veux tellement, il le sera aussi ! Chaque jour. » Je ne pouvais pas dévoiler ma couverture après deux mois de rendez-vous, pas même après deux ans. Elle savait, ce qui mettait ma carrière en danger et pourtant j'avais risqué le tout, ce qu'elle ne comprenait pas. « Je ne me suis jamais retrouvé en danger... Ma mère a toujours fait en sorte qu'on soit hors de portée et ce sera pareil pour vous. » Elle soupirait. « J'en veux pas de ce bébé, ni de ce mariage. J'ai 22 ans, j'ai une vie devant moi... Tu as refusé que j'avorte? Bravo, le délais est dépassé. Tu refuses qu'il aille à l'adoption? Encore une fois, tu gagnes Eli! Dans 5 mois il est tout à toi, mais ne compte pas sur moi pour faire partie de vos vies. J'en ai fini avec ça. » Ça. Notre histoire. Notre bébé. Notre vie. Juste "ça". Je gagnais peut-être à ses yeux, mais c'était un échec aux miens. Mais mon fils allait vivre, parmi les siens, jusqu'à ce qu'elle réalise son erreur et rattrape le temps perdu à ses côtés, je m'en faisais la promesse.


my little secret

★Ton prénom ou ton pseudo & ton age → Marine & 24 ans
★Comment es-tu arrivé(e) ici ? → via mon ordinateur.
★Ce personnage est-il un double compte ? → :cutie:
★Présence sur le forum → 2/7 pour rp tant que je suis en Australie, 7/7 pour faire un petit coucou.
★Personnage inventé ou scénario ? → inventé.

Mon exemple de RolePlay:
 
Le code règlement:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Mer 7 Mai 2014 - 20:43

Elimar.
I'M COMING HOME


J'étais on ne peut plus anxieux en montant dans la voiture. « Tu confonds encore tout Elias. » C'est ce que ma mère avait pris le temps de me répéter chaque heure, chaque minute, depuis près d'une semaine. Elle détestait l'idée que j'ai invité Shalimar à vivre avec moi, mêlant une nouvelle fois ma vie privée à mon travail. Si ce n'était question que d'implication pour le FBI, elle serait fière de moi... mais elle n'était pas bête et voyait parfaitement que cette invitation venait par amitié et non par stratégie. Théodora Ioannis me ferait la peau s'il arrivait quoi que ce soit à Noam ou même à moi à cause de mon imprudence, elle me l'avait juré. J'avais tout intérêt à ce que ce ne soit pas le cas mais honnêtement, mettre une cible sur nos têtes pour protéger Shalimar ne m’inquiétait pas plus que ça. J'étais préparé à cette éventualité, à nous protéger et ça en valait le coup. Elle le valait.

La valises dans la voiture, nous étions tous les deux étrangement silencieux. Je m’inquiétais de sa réaction lorsqu'elle allait découvrir l’existence de Noam. Je formulais la manière de lui annoncer à plusieurs reprises dans ma tête sur le trajet mais rien ne me semblait juste alors je gardais le silence jusqu'au moment fatidique ou je me garais devant chez moi. Je n'avais pas pu le formuler, elle allait le découvrir plus que rapidement d'elle même. Tic tac. Je galérais brièvement pour les premières marche avec ses deux valises  et était ensuite soulagé par l'ascenseur du building. Lui ouvrant la porte, je la laissais pénétrer la première dans mon humble demeure, verrouillant la porte derrière nous. L'appartement était plongé dans un calme de mort, j'imaginais que Noam dormait - quoi qu'il n'était pas bien difficile -, me laissant quelques secondes de répits supplémentaires. « Tu as du goût... Tu es certain de ne pas être marié ? Ou même homo ? » Je lui adressais un mince sourire. « J'ai peut-être oublié de te préciser quelques détails... mais mon mari est ravi de t’accueillir, il nous a préparé le diner. Un vrai chef, tu ne seras pas déçue. » J'avais pris un air ennuyé au début de mon annonce pour paraître le plus sérieux possible mais mon ton avait forcément dévié à la rigolade.  « Mes sœurs y sont pour beaucoup. » Concluais-je afin d’effacer mon aveu précédent. Non pas que j'étais si nul mais franchement, la décoration n'était pas mon point fort, Maya et Aloysia avaient pris plaisir à venir choisir les couleurs et meubles avec moi lorsque j'avais emménagé. Tout en simplicité, modernes, restant dans des variantes allant du blanc au noir. En dehors de la chambre de Noam, je devais bien admettre qu'il y avait peu de couleur chez moi, le salon semblait tout droit sorti de chez Ikéa mais c'est ainsi que je l'aimais. La cuisine était en marbre noir incrusté de paillettes et était sans doute ma pièce préférée. Ce n'était pas ici qu'elle trouverait des meubles anciens de grandes valeurs, je trouvais ça bien joli chez les autres mais certainement pas pour moi y vivre chaque jour.

Je posais ses valises et grimaçais en la voyant entrer dans le salon. Je suivais ses pas, espérant un instant que Lyla soit sortie faire un tour avec le petit mais mon regard s'arrêtait de suite sur Noam en entrant dans la pièce. Un sourire bienveillant et confiant se dessinait malgré moi sur mon visage, mon anxiété disparaissant aussitôt ; aussi importante soit-elle, je n'avais pas à craindre la réaction des gens face à mon fils, car il était ce qui m'importait le plus dans la vie. C'était plutôt le fait qu'elle me repousse qui m’inquiétait. « Tu me présentes..? » Mademoiselle Hepburn n'avait pas mis bien longtemps à le remarquer. Le sourire qu'elle arborait face à Noam me rassurait quelque peu, bien que je sois toujours hésitant. Je me dirigeais vers lui pour le sortir de sa balancelle et le prendre dans mes bras, me tournant vers elle pour qu'on lui fasse tous les deux face. « Je ne suis ni gay, ni marié... Mais je te présente Noam. Mon fils. » Je n'avais pas douté une seule seconde, gardant toute mon assurance en lui présentant... et sa réaction se ferait attendre. Lyla débarquait en sautillant au salon, se plantant tel un piquet devant Shalimar à qui elle tendait sa main. « Lyla, enchantée. Je suis sure que tu as entendu beaucoup de bien de moi! C'est le cas dans l'autre sens en tout cas. » Le tout accompagné d'un clin d'oeil complice. Vive, trop bavarde, bref ma petite soeur en toute simplicité. Elle se tournait rapidement vers moi, venant écraser un baiser sur ma joue et puis sur le front de Noam. « Je dois vraiment me sauver! Ravie d'avoir fait ta connaissance! » « Merci encore. » Je ne remercierais jamais assez ma famille d’être aussi présente pour m'aider avec le petit. Elle adressait un signe de main à Shal' et m'envoyait ensuite un baiser de sa main que je lui renvoyais avant de s'éclipser de l'appartement. Je n'avais pas vraiment planifier cette double rencontre pour Shalimar - bien que Noam était sans doute la plus surprenante - mais je ne pouvais éviter ni l'une ni l'autre. « Désolé pour la surprise. Il n'y a jamais eut un moment adéquat pour... le mentionner. » Je haussais les épaules, tentant de rendre l’annonce la plus insignifiante possible. En vérité, j'avais peur qu'elle ne prenne la fuite, je ne lui avais certes pas menti mais caché une partie très importante de ma vie.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

24/11/2009
94
top secret
Voir le profil de l'utilisateur http://chasing-the-sun.forumactif.com

CE MESSAGE A ETE POSTE Mer 7 Mai 2014 - 20:45

Elimar.
I'M COMING HOME


Je ne pouvais m'empêcher de sourire en voyant la tornade Lyla balayer tout sur son passage, me demandant si ces deux là pourraient ou non s'entendre. J'avais tendance à être vu comme le grand frère à ne pas toucher par le reste de la fratrie, ce dont je ne leur tenais pas rigueur puisque j'agissais exactement de la même façon avec elles. Quant à Lyla... elle était la plus sauvage, déterminée, caractérielle, protectrice et j'en passe, peut-être que Shalimar allait avoir plus de facilité avec Selena, calme et posée. Sans compter que Lyla tenait absolument à venir vivre à mes côtés, attendant juste le bon moment pour en parler aux parents, je voyais la jalousie nous sauter à la gorge incessamment sous peu. Enfin à celle de Shalimar plutôt. Je ne savais même pas pourquoi ces questions me trottaient dans la tête, la présence de mademoiselle Hepburn n'étant que temporaire. Normalement. Ma sœur avait fait l'effort de se montrer brièvement et souriante, ce dont j'étais reconnaissant. Je ne voulais pas faire fuir mon invité en moins de temps qu'il ne le faut pour le dire. « Elle était pressée... J'ai déjà de la chance qu'elle soit venue me garder Noam le temps de venir te chercher. Mais tu la croiseras bien assez vite à l'appart', crois moi. » Autant lui avouer les points "négatifs" groupés histoire qu'elle sache dans quoi je venais de l'embarquer. Ma famille était très présente dans ma vie, pour Noam comme pour moi, et bien vite l'une de mes sœurs passeraient jouer à la baby-sitter pour me laisser travailler. Peut-être que tous ces détails arrivaient en retard, j'affichais une légère moue, bien que satisfait qu'elle soit là. Qui sait si sa réponse aurait été positive en connaissance de cause?

« Peur? » Je l'observais surpris et haussait les épaules en conclusion à mes pensées. « Aucun risque là dessus je pense, il en faut beaucoup pour qu'il n'apprécie pas quelqu'un.» Je n'avais d'ailleurs personne à l'esprit, mon petit prince était bien plus calme en présence de la famille mais il allait aisément dans les bras de tout le monde, accordant des sourires à la pelle. Je grimaçais un peu à l'idée de lui révéler notre histoire, seuls quelques personnes étaient au courant de cette dernière, puisque je ne pouvais la raconter sans me dévoiler. J'avais fort heureusement la version brouillon de celle-ci pour tout les curieux qui se le demandaient même si je craignais toujours un retour de Charlie qui la démentirait. Je m'installais dans le fauteuil les jambes croisées en position du lotus et positionnait mon fils sur mon bras de manière à caler sa tête dans le creux de mon coude. « C'est pas très glorieux comme histoire. » Même la version brouillon me dénonçait comme la personne ayant rendu son père aux autorités, je tenais à ce que ça se rapproche le plus de la vérité. Et si Shalimar craignait que j'en fasse de même pour sa mère? Fini la confiance qu'elle m'accordait. Mais je ne pouvais me permettre d'avoir une troisième histoire, au risque de finir par m’emmêler les pinceaux ou qu'elle n'en parle avec une autre personne de mon entourage. « Je vais tenter de te donner la version courte. J'ai rencontré Charlie un peu par hasard mais on a tout de suite accroché tous les deux. J'étais certain que c'était la femme de ma vie et on a un peu plongé dans cette histoire sans se poser de questions. » Je déglutissais péniblement, réalisant que pour la première fois je parlais de cette certitude au passé. Non pas que je sois convaincu de l'inverse à présent, j'étais plutôt complètement paumé. Parler d'elle faisait toujours aussi mal et je n'aimais pas le faire devant Noam, bien que beaucoup trop petit pour comprendre un traître mot de ce que je racontais. « Sauf que j'ai vite compris que son père traînait dans des affaires louches : Trafic d'armes, d’œuvres d'art, meurtres. Faut croire que je suis un aimant. » Je lâche un bref rire, essayant de jouer la carte de la dérision afin qu'elle ne trouve pas louche ces rapprochements avec sa propre histoire. « J'ai été interrogé par la police et j'ai choisi de ne pas mentir. J'ai même accepté de leur servir d'indic' pour leur livrer quelques preuves qui allaient aider à le coincer pour du bon. Il y avait tellement de victimes de manière indirecte à cause de ses plans... Je n'ai pas vraiment pensé à elle mais plutôt à ce qui était juste. » J'étais un justicier, je faisais confiance aux autorités la plupart du temps, ce que je n'avais pas caché à Shalimar mais mon comportement était aussi celui d'un traître, malheureusement. J'avais l'impression que quelqu'un s'appliquait à former des nœuds dans mon estomac qu'il resserrait à chacun de mes mots et le fait qu'elle m'écoute sans la moindre réaction n'aidait pas mon cas. Je prenais une bonne inspiration et continuait donc, au point ou j'en étais, la plus grosse part de l'histoire était sortie, je n'avais plus grand chose à cacher. « Je me suis retrouvé une arme sur la tempe quand il a compris et la police l'a abattu. Charlie ne m'en a pas vraiment voulu pour son décès, elle ignorait tout de cette histoire. Elle n'a juste pas supporté que je livre des informations que j'obtenais lors de nos moments ensembles à la police. » En soit, c'était cela. Et le fait que tout notre rencontre soit préméditée. « Elle était enceinte de deux mois quand c'est arrivé, j'en avais pas la moindre idée... Peut-être que pour lui, j'aurais été capable de réfléchir autrement. J'ai bataillé longtemps pour qu'elle garde le bébé, elle ne voulait plus rien savoir... On en est arrivé à l'accord qu'elle le garde à condition que je l'autorise à abandonner tout ses droits à sa naissance en tant que mère et ne lui demande plus jamais rien. Pour moi ou pour lui. » A quelques détails près, l'histoire que je lui délivrais était proche de la vérité, j'essuyais ma main humide contre mon jeans, redoutant sa réaction. Si Shalimar était une personne sans la moindre histoire, mon point de vue avait plus de chance d'être compris... Sauf qu'elle savait ce que c'était d'avoir un parent qui traînait dans des histories louches, pire elle m'en avait confié certains détails à moi, ce traître. Je me mordais la joue et posais le regard sur Noam, qui avait le dont de m'apaiser, quelques secondes avant de planter celui-ci dans celui de la jeune femme. « J'ai retenu la leçon Shal'... Pas un mot ne sortira sans que tu m'en donnes l'autorisation. » Je lui adressais un faible sourire dans l'espoir de la rassurer. J'avais choisi la carte de l’honnêteté - ou presque -, j'étais prêt à en assumer les frais.
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


CE MESSAGE A ETE POSTE

Revenir en haut Aller en bas

 :: Bordel de Marine.